fbpx

Rester informé sur l'actualité de la RDC et d'ailleurs

Situation Épidémiologique en RDC

mardi, mars 2, 2021
26,050
Personnes infectées
Updated on 02/03/2021 9:02 pm
4,873
Personnes en soins
Updated on 02/03/2021 9:02 pm
20,466
Personnes guéries
Updated on 02/03/2021 9:02 pm
711
Personnes mortes
Updated on 02/03/2021 9:02 pm

Covid-19 : avec plus de 579 cas confirmés, Kinshasa risque de connaître une période sombre




La ville province de Kinshasa est au bord de la catastrophe sanitaire dûe à la pandémie du coronavirus. Considérée par  bon nombre d’observateurs comme épicentre de cette maladie, la capitale congolaise risque de connaître le plus dur moment de son histoire. Actuellement, la ville compte 579 cas confirmés selon l’équipe de riposte contre le covid-19 en République démocratique du Congo.

Isolé des autres provinces du pays après l’annonce du premier cas confirmé du coronavirus le 10 mars dernier, Kinshasa vit une menace réelle du coronavirus.

Les indices à la base de la propagation rapide du Covid-19 à Kinshasa

Les autorités provinciales de la ville de Kinshasa avaient annoncé le mois dernier, plusieurs mesures barrières à observer pour limiter la propagation de cette pandemie dévastatrice dans la ville de Kinshasa, notamment la limitation des nombres des passagers dans les bus, taxi bus, taxi moto, fermeture des marchés, églises, bars, restaurants, ajouté à cela, le confinement de la commune de la Gombe.

Mais sur terrain, le constat est resté amer. Si ces mesures barrières semblent être respectées par les conducteurs des véhicules à Kinshasa, les marchés des Kinshasa sont inondés comme si rien n’était. À l’acceptation du grand marché de Kinshasa, dans tous les autres marchés, les activités se déroulent comme d’habitude. Plusieurs personnes n’y croient même pas à l’existence de cette pandemie à Kinshasa.

La crainte de l’Institut national des recherches biomédical-INRB

L’INRB estime que parallèlement aux dizaines des cas qui ont déjà été testés positivement, ce sont aujourd’hui plus d’un millier des porteurs du virus qui circulent en permanence à Kinshasa, entassés à 5 dans des minuscules taxis ou à 25 dans des petites camionnettes-taxi pour se rendre à leur travail. Le nombreux marchés locaux sont également bondés, au point qu’on ne peut y circuler sans se bousculer pour y trouver passage. Selon toutes les statistiques officielles publiées dans le monde, ce nombre de porteurs du virus va au minimum doubler environ tous les deux jours, et le professeur Muyembe estime que le taux de mortalité des patients atteints du covid-19 atteindra 10%, soit davantage que le taux de mortalité malheureusement constaté en Italie actuellement.

Une question se pose : le confinement général n’est-il pas le moyen le mieux indiqué pour l’éradication de cette pandemie ?

Dans un article publié sur le site d’information Libre Afrique qui livre l’opinion du Dr Antoine Samsoni, celui-ci craint le pire avec les mesures de confinement copie-collé appliqué par les autorités de Kinshasa. Le gouvernement congolais a bien recommandé des mesures de confinement, en copié-collé des mesures de confinement sanitaire appliquées en Europe et partout dans le monde. L’épidémie en RDC en général et à Kinshasa en particulier sera fulgurante et meurtrière d’ici quelques semaines. Les experts sur place à Kinshasa s’accordent sur l’hypothèse probante d’un taux de contamination de 5% de la population, avec un taux de mortalité de 10%, ce qui laisse craindre 75.000 décès rien qu’à Kinshasa, avec tous les troubles sociaux et économiques et risques d’émeute et de pillages qui en découleraient.

Les solutions de confinement qui sont actuellement proposées en RDC ne fonctionneront malheureusement pas suffisamment. La majorité de la population vit sous le seuil de pauvreté et a le réel besoin de circuler dans la ville durant la journée, ne fût-ce que pour rentrer le soir avec les quelques euros qui sont nécessaires pour nourrir sa famille au jour le jour. Aucun confinement ne pourra être appliqué économiquement, car cela reviendrait à condamner la plus grande partie de la population de Kinshasa à rester cloîtrée chez elle et mourir de faim, ce qui entraînerait des troubles que même l’armée congolaise n’arriverait pas à contrôler. Il en serait de même dans les autres villes importantes du Congo.

Cette situation nécessite un sens élevé de responsabilité de la part des autorités pour freiner la propagation de cette pandemie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Covid-19 : avec plus de 579 cas confirmés, Kinshasa risque de connaître une période sombre 2

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.