TP Mazembe et Al...

Dans une confrontation où les occasions de briller n'ont pas manqué, le TP Mazembe a été tenu en échec par le National Al Ahly, le samedi 20 avril, à Lubumbashi...

Levy Mbuta élu à...

Levy Mbuta a été élu président du bureau définitif de l’Assemblée provinciale ce samedi, recueillant la majorité des suffrages lors d'une séance marquée par une participation active des députés. Avec 23 voix sur 43 votants, Mbuta

Des remerciements depuis la...

Suite à une maladie non divulguée, Salomon Idi Kalonda, éminent conseiller spécial de Moise Katumbi et figure de l'opposition, a manifesté sa reconnaissance envers les personnes qui ont contribué à son évacuation sanitaire vers la Belgique

Attaques de CODECO en...

La province de l'Ituri reste une zone de conflit actif, particulièrement touchée par les activités de la milice CODECO. Dernièrement, une série d'attaques brutales a conduit à la mort d'au moins 16 civils, dont un chef de village, dans le secteur des Banyali Kilo.
AccueilEn continuSociété"Je veux savoir...

« Je veux savoir où mon fils a été enterré pour faire le deuil » (Germaine Namwezi)

Un peu plus de trois ans depuis la disparition de leurs proches qui accompagnaient les deux experts de l’ONU tués en mars 2017 au Kasaï, les familles des accompagnateurs congolais de Zaida Catalan et Michael Sharp demandent à la justice de faire toute la lumière sur cette affaire.
Sur les quatre accompagnateurs, trois ont été identifiés: Betu Tshintela, Isaac Kabuayi et Pascal Nzala.
Un entretien a été accordé lundi 8 juin à Radio Okapi à la mère de ce dernier qui est l’un des motards qui transportaient Zaida Catalan et Michael Sharp vers Bunkonde. Voyage dont ils ne sont jamais revenus.
Madame Germaine Namwezi relate n’avoir appris le départ de son fils vers Bunkonde qu’à son retour du culte matinal de ce dimanche 12 mars 2017. Elle ne l’a plus revu.
« Je veux savoir où mon fils a été enterré pour faire le deuil », fait savoir la dame.
Les quatre accompagnateurs sont portés disparus. En mai 2018, des restes humains avaient été déterrés près de la localité où les deux experts de l’ONU avaient été tués.
Des échantillons ont été envoyés en laboratoire pour identifier les corps et déterminer s’il s’agit bien des restes des accompagnateurs congolais.
La mère de Pascal Nzala révèle avoir été invité à l’auditorat militaire à Kananga pour un prélèvement de salive. Mais depuis, elle n’a reçu aucune suite.
« Après sa disparition, nous avons vu des blancs passer ici à la maison prendre certains de ses effets, notamment la brosse à dent et habits, promettant de revenir. […] Les personnes qui ont confirmé avoir commis cet acte ont amené les équipes sur le lieu du crime et ils ont déterré les os. J’ai même été invité à l’auditorat où ma salive a été prélevée. Mais cela fait maintenant trois ans » que je n’ai pas de nouvelle, explique la dame.
Fixer les familles sur le sort de leurs proches
Les familles de Betu Tshintela, Isaac Kabuayi et Pascal Nzala ont contacté un cabinet d’avocats à Kananga qui suit pour elles cette affaire.
« Nous attendons du Parquet qu’il nous dise si effectivement ces corps exhumés n’étaient pas ceux des accompagnateurs », explique Me Jacques Nkole.
Pour l’avocat, c’est seulement après que le Parquet aura donné les résultats des tests réalisés en laboratoire que les familles pourront déterminer la démarche qu’elles vont entreprendre pour la suite de cette affaire.
Dans l’hypothèse où les restes des corps déterrés en 2018 ne seraient pas ceux des accompagnateurs congolais, «nous sommes en mesure de mettre en branle un autre mécanisme prévu notamment par le code de la famille pour présumer le décès parce que la circonstance de disparition des infortunés nous fait déjà penser au décès», fait savoir Me Jacques Nkole, avant de poursuivre :
« Comme vous le savez, le code de la famille prévoit que la disparition dans ces circonstances dès lors qu’on n’a plus de nouvelles de ces infortunés endéans autant de jours, on peut déjà devant le juge naturel, compétent obtenir le jugement déclaratif de décès. Et par conséquent, ce jugement-là peut nous permettre d’avancer avec la procédure »
« Mais on ne peut pas y aller avec le mécanisme prévu par le code de la famille dès lors que l’on n’a pas encore reçu une décision définitive devant le Parquet qui a en charge le dossier », conclut l’avocat.

Radio Okapi/ Bisonews.Cd

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

RDC : Jeannot MUBENGA demande à FATSHI de contraindre les réseaux de téléphonie mobile à restituer les unités coupées et réparer les dégâts causés

Cher Président FATSHI, d'emblée je m'en vais vous dire merci pour avoir suspendu cette escroquerie de RAM. Ceci prouve que vous êtes à l'écoute de la population. Cher Président, les dégâts causés par cette redevance sont déjà énormes, et peut-être...

Kinshasa-Renforcement des capacités des communicateurs : CeFoRCE organise une formation pratique sur la «conception du plan de communication»

Dans le cadre de contribuer à la formation des communicateurs et apprenants de la science de la communication, le Centre de Formation et de Recyclage en Communication des Entreprises (CeFoRCE) organise une formation pratique qui portera particulièrement sur la...

RDC : «L’état de siège : ce qu’il ne faut pas accepter» (Papy TAMBA)

La notion de l'état de siège tire son origine des concepts qui entourent des pratiques dictatoriales. Comparé dans une certaine mesure à la loi martiale, l'état de siège transfère les pouvoirs civils aux militaires. Il restreint aussi les libertés...