fbpx

Rester informé sur l'actualité de la RDC et d'ailleurs

Situation Épidémiologique en RDC

mercredi, septembre 23, 2020
10,537
Personnes infectées
Updated on 23/09/2020 1:30 pm
225
Personnes en soins
Updated on 23/09/2020 1:30 pm
10,041
Personnes guéries
Updated on 23/09/2020 1:30 pm
271
Personnes mortes
Updated on 23/09/2020 1:30 pm

Jeannine Mabunda Lioko engage 37 500 USD, à raison de 7 500 USD par mois pour payer un cabinet de lobbying basé aux USA




La présidente de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo, Jeannine Mabunda a engagé une entreprise de lobby de Washington pour insister sur les priorités du législateur en ce qui concerne les tensions croissantes avec le président du pays.

L’avocat de Jeanine Mabunda, la première femme à diriger cette chambre, a conservé les services de Stratégies mondiales de Greystone, une société de conseil politique de Washington qui a longtemps travaillé avec les nations africaines en transition politique. Le contrat de 7 500 dollars par mois court au mois d’août jusqu’à la fin de l’année en cours. Greystone a déjà reçu 7 500 dollars de frais de consultation le 3 juin.

Mabunda est une femme politique de longue date proche de l’ancien président Joseph Kabila, dont le Front commun pour le Congo domine la chambre, ayant gagné 341 des 500 sièges aux élections de décembre 2018. Elle a été élue présidente de l’organe en avril 2019 après avoir été désignée par Kabila.

L’entreprise «concevra et mettra en œuvre un programme de relations et de communications gouvernementales pour éduquer les principales parties prenantes aux États-Unis en ce qui concerne le rôle constitutionnel et les priorités politiques de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo», déclare le contrat. « Greystone Global Strategies s’efforcera également de définir de nouveaux domaines de partenariat et de collaboration avec les institutions américaines pour aider l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo à mettre en œuvre les meilleures pratiques mondiales ».

Le PDG de Greystone Chris Beatty est le seul agent étranger enregistré sur le compte. Il a précédemment travaillé avec les campagnes politiques et les administrations des présidents Ellen Johnson Sirleaf au Libéria et Nana Addo Dankwa Akufo-Addo du Ghana.

Le Parlement congolais s’est heurté à l’administration du président Felix Tshisekedi sur des questions allant des élections aux réformes judiciaires.

En juin, les alliés de Kabila à l’Assemblée nationale ont présenté un trio de réformes judiciaires qui permettent au ministère de la justice de mieux contrôler les poursuites pénales, y compris les affaires de corruption contre les anciens fonctionnaires.

Les États-Unis et d’autres ambassades occidentales ont exprimé leur inquiétude au moment où la législation « pouvait être utilisée pour saper un pouvoir judiciaire indépendant ». Le ministre de la justice Celestin Tunda, allié de Kabila, a démissionné le mois dernier après un différend avec le président Tshisekedi au sujet des réformes.

Le mois dernier, le législateur a fait plus de vagues lorsqu’il a voté sur la recommandation d’un groupe d’organisations religieuses de nommer Ronsard Malonda, un homme accusé d’avoir aidé à la remise des élections passées en faveur de Kabila, en tant que président de la commission électorale nationale indépendante du CENI. Ce mouvement, qui n’a pas encore été approuvé par le Président, a provoqué des manifestations massives dans lesquelles des dizaines d’entre elles ont été arrêtées.

Fred Bauma, militant congolais avec le Groupe de recherche au Congo au Centre de recherche de l’Université de New York, a déclaré que Mabunda cherche à construire des alliances américaines dans le cadre d’une poussée anticorruption qui représente une menace particulière pour Kabila et ses alliés. Le département d’État est considéré comme proche de Tshisekedi depuis son élection en janvier 2019, malgré les allégations de fraude électorale.

«Les États-Unis jouent un rôle très intéressant aujourd’hui au Congo», a dit Bauma au rapport du Lobby Foreign Lobby. Engager un lobbyiste pourrait être un moyen de concilier l’influence de l’ambassade à Kinshasa en faisant appel à certaines influences à Washington.

Mabunda n’est pas étrangère à l’industrie de Washington.

En tant que ministre des sociétés d’État il y a dix ans, elle a signé un contrat de 290 000 dollars avec les consultants du Croissant pour former les substituts congolais à «discuter des faits positifs survenus en RDC» dans les médias anglais du pays (la société n’a jamais divulgué de paiements).

Plus récemment, en tant que responsable de la lutte contre la violence sexuelle et le recrutement d’enfants soldats, elle a signé un accord de trois mois avec KRL International en septembre 2017 pour mettre en lumière les progrès réalisés par le pays sur ces questions. L’ONU a retiré la RDC de sa liste des groupes armés qui recrutent et utilisent des enfants soldats en octobre 2017.

Julian Pecquet/Bnews

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Jeannine Mabunda Lioko engage 37 500 USD, à raison de 7 500 USD par mois pour payer un cabinet de lobbying basé aux USA 2

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.