fbpx

Rester informé sur l'actualité de la RDC et d'ailleurs

Situation Épidémiologique en RDC

mercredi, octobre 21, 2020
11,066
Personnes infectées
Updated on 21/10/2020 1:48 pm
401
Personnes en soins
Updated on 21/10/2020 1:48 pm
10,362
Personnes guéries
Updated on 21/10/2020 1:48 pm
303
Personnes mortes
Updated on 21/10/2020 1:48 pm

Construction des Sauts- de mouton à Kinshasa : » c’est de l’argent jeté qui pouvait servir à la construction des routes » (ordre des architectes de la RDC)




À l’occasion de la journée internationale de l’architecture et l’habitat célébrée le premier lundi du mois d’octobre de chaque année, le président de l’Ordre National des Architectes de la République démocratique du Congo (ONA-RDC) a passé en revue toutes les questions liées à son secteur. C’était ce lundi 5 octobre 2020 à Kinshasa, lors d’un face-à-face avec les professionnels des médias. 

Abordant la question de la construction des sauts-de-mouton dans la capitale congolaise, Brunel Joseph Gibale Leki Kananga n’est pas allé par le dos de la cuillère. À l’en croire, ces ouvrages sont une blague et une masse de béton qui ne sert à rien.

« Pour moi, c’est de la farce et c’est de la blague parce que, quand les sauts-de-mouton ont commencé, je crois avoir fait 13 émissions dans  différentes chaînes pour m’opposer à ça, les gens ne comprenaient pas et les gens ne me croyaient pas. Aujourd’hui, nous avons les résultats, dites moi, les deux sauts-de-mouton qui sont sur le boulevard (30 juin, ndlr) qu’ils existent, qu’ils n’existent pas, qu’est-ce que ça change ? C’est juste une décoration, c’est une masse de béton qu’on est venue déposer qui ne nous sert à rien parce que, maintenant qu’on utilise pas le saut-de-mouton de 24, est-ce qu’il y a embouteillage sur 24 ? », s’est interrogé le président de l’ONA.

Et de poursuivre : « Rien que la réhabilitation des feux de signalisation de 24, le saut-de-mouton existe, on l’utilise même pas, est-ce qu’il y a l’embouteillage ? Donc, ça prouve à suffisance que ces sauts-de-mouton n’ont pas d’importance. C’est juste de l’argent jeté, avec cet argent…on on pouvait construire des routes. Vous savez un projet des infrastructures ne doit pas seulement être à impact visible pour une publicité politique mais un projet des infrastructures doit être à impact social et ces sauts-de-mouton n’ont pas d’impact social. Par contre, ça vient détruire l’environnement parce que ce sont des masses de béton qui vont dégager de CO2 pour détruire l’environnement ».

Autre point abordé lors de cette conférence de presse, c’est l’organisation en août 2022 des 9èmes Jeux de la Francophonie à laquelle l’ONA est associé. À ce sujet, B-J Gibale a affirmé que la RDC risque de perdre l’organisation de ces jeux à cause du retard accumulé dans la construction des infrastructures.

« L’ordre est impliqué dans les Jeux de la Francophonie, l’ordre a fait sa partie qu’il devait faire mais il reste que le gouvernement aussi s’implique et fasse quelque chose de façon que nous puissions évoluer. Sinon,  il y a possibilité de perdre même les jeux de la Francophonie. Le Congo risque de perdre les jeux de la Francophonie à l’allure où nous sommes en train de partir. C’est un moment très interpellateur de façon que tous les acteurs se réveillent comme un seul homme pour gagner et avancer parce que le mois d’octobre, c’est un dead line pour nous au niveau du Congo », a alerté le président de l’ONA.

Il a, de ce fait, invité le gouvernement de la République à disponibiliser les moyens requis pour le lancement des travaux notamment la construction de 23 immeubles (5000 chambres pour les athlètes participants) et ainsi, éviter cette situation.

S’agissant de la saison de pluie durant laquelle le pays fait face à des inondations, le président de l’ONA a réitéré ses recommandations aux autorités afin d’éviter le pire. Il s’agit entre autres du curage des caniveaux, de la création des caniveaux supplémentaires et du respect des normes de l’urbanisme dans le lotissement.

Par ailleurs, il a déploré le fait qu’une grande partie de la population congolaise n’ait pas de nos jours ni toit ni installations sanitaires, alors que « le bien-être physique, physiologique d’un individu dépend de ses conditions de vie dans un logement salubre et en sûreté ».

Par conséquent, B-J Gibale a indiqué que l’urbanisation croissante doit être une réponse à la croissance exponentielle des populations. Il a aussi appelé à la création d’autres centres urbains au pays pour pallier cette difficulté. « Il est urgent de contenir l’augmentation de nos populations par la construction des centres urbains au lieu d’assister impuissant à l’apparition incontrôlée des bidonvilles », a-t-il dit.

Pour rappel, l’ONA existe depuis 2 ans. Il compte aujourd’hui environ 800 architectes membres sur près de 1500 que compte la RDC. Le Congo-Kinshasa, d’après les chiffres relevés par cet organe technique du gouvernement, a un déficit de logements de 7.000.000 dont 54,4% dans la ville de Kinshasa.

Avec 7sur7.cd

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Construction des Sauts- de mouton à Kinshasa :" c'est de l'argent jeté qui pouvait servir à la construction des routes" (ordre des architectes de la RDC) 2

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.