AccueilA la UneHausse des prix...

Hausse des prix sur le marché alors que le taux de change demeure stable : contradiction ou remise en question de la théorie ? (Enquête)

Depuis un certain moment à Kinshasa, les prix de denrées alimentaires connaissent une hausse vertigineuse, et ce dans plusieurs catégories des produits couvrant pas mal d’articles dans le panier ménager des congolais, notamment le sac de riz, de semoule, l’huile de palme et végétale, les légumes, le cosmétique et autres.

Étonné et n’ayant aucune explication claire suite à cette hausse des prix, M. Jordan non autrement identifié, vendeur dans une boutique explique : « nous avons remarqué la flambée des prix sur le marché. Le sac de riz (sac 25kg) que nous achetions à 40000fc, se négocie aujourd’hui à 55000fc, le semoule (sac 25kg) s’échangeait à 37000fc, mais à ce jour, ça se vend à 50000fc, le paquet d’eau en bouteille que nous achetions à 5000fc, est proposé aujourd’hui à 5500fc. Nous sommes vraiment coincés avec cette situation dont nous ne maîtrisons pas la vraie raison. Certains de nos clients n’achètent plus, car c’est trop cher. »

Cette onde de choc résonne également au niveau des ménages. À en croire Maman Sandra, cette hausse des prix affecte sérieusement le budget de son ménage. « Les prix grimpent tous les jours, et ceci affecte sérieusement notre budget. Nous pouvons comprendre si le salaire que l’on gagne venait de subir une augmentation, mais ce n’est pas le cas. Il faut que le Gouvernement nous explique le pourquoi. Pourtant jusque-là, le taux du dollar est resté stable, mais les prix continuent à monter », a-t-elle dit.

Cependant, alors que la valeur du dollar américain est demeurée relativement stable sur le marché de change, la hausse des prix sur le marché semble trouver d’autres explications hormis celle liée à la dollarisation de l’économie congolaise.

Hausse des prix sur le marché dans un contexte de stabilité relative du dollar; contradiction ou remise en question de la théorie ?

Ni l’un ni l’autre, renseignent quelques experts. « L’économie congolaise est extravertie, c’est à dire, qu’elle dépend fortement de l’évolution du contexte économique international. Or, la situation économique internationale est marquée par une inflation due à la pandémie Covid-19, et ses effets se répercutent sur les prix des produits que le pays importe, entre autre le riz, la semoule, et autres. »

Hénoc Mpongo
congo-press.com

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Kinshasa : Daniel Bumba, nouveau gouverneur, sollicite un crédit de 200 millions USD chez FirstBank DRC

À peine installé en tant que nouveau Gouverneur de Kinshasa, Daniel Bumba a rapidement pris des mesures audacieuses pour pallier le déficit budgétaire hérité à l'Hôtel de Ville. Face à des caisses vides, il a engagé des discussions avec FirstBank DRC SA en vue d'obtenir un crédit substantiel de 200 millions USD pour financer ses premiers grands projets de développement urbain.

Koffi Olomidé : Entre liberté d’expression et responsabilité sociale

La récente apparition de Koffi Olomidé au « Panier The Morning Show » de la RTNC a ravivé le débat sur la liberté d'expression et la responsabilité sociale des personnalités publiques en République Démocratique du Congo. Lors de son intervention, le célèbre artiste congolais a suscité la controverse en commentant la situation sécuritaire dans l'Est du pays, notamment l'avancée des troupes du M23 et les tensions frontalières avec le Rwanda.

RDC : Jacky Ndala, derrière Corneille Nangaa à la messe, une alliance inattendue ?

Lors d'une messe dominicale à la paroisse Saint Aloïs, située dans le territoire de Rutshuru sous contrôle de l'armée rwandaise, une présence intrigante a attiré l'attention : celle de Jacky Ndala, ancien coordonnateur national de la jeunesse d'Ensemble pour la République. Il était vu derrière Corneille Nangaa, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), suscitant des spéculations sur un possible ralliement à une nouvelle cause.