De la condamnation à...

En République Démocratique du Congo, l'affaire Carine Lokeso, du nom de cette commissaire supérieure adjointe condamnée à la réclusion à perpétuité pour le meurtre de l'activiste Rossy Mukendi, continue de susciter de vives réactions et d'interroger sur le fonctionnement de la justice militaire dans le pays.

RDC : Vague de...

Dans le paysage politique de la République Démocratique du Congo, l'annonce de l'adhésion de Jean-Jacques Mamba, ex-député, au mouvement rebelle Alliance fleuve Congo (AFC), dirigé par Corneille Nanga, a suscité une série de réactions parmi les acteurs politiques et la société civile.

RDC : Vers une...

Dans un élan de solidarité et de coordination sans précédent, l'Institut national de santé publique (INSP), en étroite collaboration avec le Ministère de la Santé et divers partenaires du secteur sanitaire, se mobilise pour mettre au point une stratégie robuste destinée à contrer l'épidémie de Monkeypox qui frappe la République Démocratique du Congo.

Félix Tshisekedi et l’éloge...

Dans une récente prise de parole, le Président Félix Tshisekedi a tenu à mettre en lumière l'efficacité et la rigueur de l'Inspection Générale des Finances (IGF), sous la houlette de Jules Alingete, dans son rôle de gardien vigilant des finances publiques. Lors d'une allocution marquée par la présence de figures importantes, le chef de l'État a utilisé une métaphore frappante pour décrire l'action de l'IGF
AccueilA la UneRDC : Matata...

RDC : Matata refuse le don de la Palisade faite aux sénateurs par le Gouvernement et esitme que cet argent pouvait servir à construire des universités et des écoles

Dans une correspondance datée du 30 mars 2022 adressée au président du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo, Augustin Matata Ponyo dit refuser le don de la Hyundai Palisade faite aux sénateurs par le Gouvernement Sama Lukonde.

D’après l’ancien premier ministre Matata, cette offre symbolise la mauvaise gouvernance dans la gestion des affaires de l’État en République démocratique du Congo.

« Y faisant suite, je vous informe de ma décision de refuser une telle offre qui symbolise la mauvaise gouvernance dans la gestion des affaires de l’Etat. En effet, il me parait incompréhensible et inacceptable qu’au même moment que la plupart des députés et gouvernements provinciaux accusent plusieurs mois de retard de paiement de leurs émoluments et rétrocessions, qu’un tel don de plusieurs dizaines de millions de dollars américains soit accordé à quelques 609 députés et sénateurs« , écrit Matata Ponyo à Modeste Bahati.

Dans la foulée, Matata Ponyo signale au président du Sénat qu’au prix du marché réduit à 65.000 USD le véhicule, 609 véhicules couteraient près de 40 millions de dollars américains.

Pour cet ancien membre du PPRD, parti politique de l’ex-président Kabila, ces fonds sont en mesure, s’ils sont utilisés rationnellement et pour un seul projet, de financer par exemple :

– La construction de 3 à 4 universités dans les provinces ;

– La construction de plus de 400 écoles primaires ;

– La construction de 4 grands hôpitaux régionaux ;

– L’acquisition de deux avions Airbus 310 de moins de 10 ans ;

– L’acquisition de 400 grands bus Transco pour le transport en commun.

Pour rappel, ces véhicules avaient été donnés aux députés nationaux. Cependant, quelques élus du peuple avaient refusé de le recevoir. C’est le cas notamment de Delly Sesanga et Néhémie Mwilanya.

Jephté Kitsita

D’après l’ancien premier ministre Matata, cette offre symbolise la mauvaise gouvernance dans la gestion des affaires de l’État en République démocratique du Congo.

« Y faisant suite, je vous informe de ma décision de refuser une telle offre qui symbolise la mauvaise gouvernance dans la gestion des affaires de l’Etat. En effet, il me parait incompréhensible et inacceptable qu’au même moment que la plupart des députés et gouvernements provinciaux accusent plusieurs mois de retard de paiement de leurs émoluments et rétrocessions, qu’un tel don de plusieurs dizaines de millions de dollars américains soit accordé à quelques 609 députés et sénateurs« , écrit Matata Ponyo à Modeste Bahati.

Dans la foulée, Matata Ponyo signale au président du Sénat qu’au prix du marché réduit à 65.000 USD le véhicule, 609 véhicules couteraient près de 40 millions de dollars américains.

Pour cet ancien membre du PPRD, parti politique de l’ex-président Kabila, ces fonds sont en mesure, s’ils sont utilisés rationnellement et pour un seul projet, de financer par exemple :

– La construction de 3 à 4 universités dans les provinces ;

– La construction de plus de 400 écoles primaires ;

– La construction de 4 grands hôpitaux régionaux ;

– L’acquisition de deux avions Airbus 310 de moins de 10 ans ;

– L’acquisition de 400 grands bus Transco pour le transport en commun.

Pour rappel, ces véhicules avaient été donnés aux députés nationaux. Cependant, quelques élus du peuple avaient refusé de le recevoir. C’est le cas notamment de Delly Sesanga et Néhémie Mwilanya.

Jephté Kitsita

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

De la condamnation à l’appel : décryptage de l’affaire Carine Lokeso et la quête de justice pour Rossy Mukendi

En République Démocratique du Congo, l'affaire Carine Lokeso, du nom de cette commissaire supérieure adjointe condamnée à la réclusion à perpétuité pour le meurtre de l'activiste Rossy Mukendi, continue de susciter de vives réactions et d'interroger sur le fonctionnement de la justice militaire dans le pays.

RDC : Vague de réactions suite à l’adhésion de Jean-Jacques Mamba à l’Alliance fleuve Congo

Dans le paysage politique de la République Démocratique du Congo, l'annonce de l'adhésion de Jean-Jacques Mamba, ex-député, au mouvement rebelle Alliance fleuve Congo (AFC), dirigé par Corneille Nanga, a suscité une série de réactions parmi les acteurs politiques et la société civile.

RDC : Vers une stratégie renforcée contre l’épidémie de Monkeypox

Dans un élan de solidarité et de coordination sans précédent, l'Institut national de santé publique (INSP), en étroite collaboration avec le Ministère de la Santé et divers partenaires du secteur sanitaire, se mobilise pour mettre au point une stratégie robuste destinée à contrer l'épidémie de Monkeypox qui frappe la République Démocratique du Congo.