EAC: « La RDC a plus à perdre qu’à gagner dans un bloc régional », Raymond Tshibanda

En avril dernier, la République démocratique du Congo a rejoint la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC). Il est effectivement devenu le septième membre d’un bloc régional comprenant le Kenya, la Tanzanie, l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi et le Soudan du Sud.
 
« La CAE s’étend désormais de l’océan Indien à l’océan Atlantique, ce qui rend la région compétitive et facile d’accès à la plus grande zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) », a déclaré à l’époque Peter Mathuki, secrétaire général de l’organisme.

Au-delà du commerce, une collaboration régionale dans la résolution des conflits de longue date dans certaines parties de la RDC riche en minéraux, en particulier dans sa région orientale, est également présentée comme l’une des raisons de son adhésion à la communauté.

La violence actuelle en RDC est en partie enracinée dans la crise massive des réfugiés et les retombées du génocide de 1994 au Rwanda. Après la fuite des génocidaires hutus vers l’est de la RDC et la formation de groupes armés, des tutsis rivaux et des groupes rebelles opportunistes sont également apparus.

Incapable de vaincre les différents groupes armés dont certains menaçaient directement les pays voisins et menaient à la guerre – le gouvernement congolais a cherché de l’aide à l’extérieur du pays.

Quelques semaines seulement après l’annonce de l’adhésion de la RDC à l’EAC, l’organisme a entamé des négociations avec des dizaines de groupes rebelles dans l’est de la RDC – y compris le tristement célèbre groupe M23 pour discuter des conditions d’un accord d’amnistie.

Quelques jours seulement avant les négociations, les présidents du Kenya, de la RDC, du Burundi et de l’Ouganda, aux côtés du ministre rwandais des affaires étrangères, ont décidé de former une force d’intervention pour s’attaquer aux groupes qui continuaient à se battre, lors d’un sommet de l’EAC à Nairobi.

Raymond Tshibanda, ancien ministre des Affaires étrangères de l’administration Joseph Kabila et actuel chef de la plateforme d’opposition pro-Kabila, le Front commun pour le Congo (FCC), s’est entretenu avec Al Jazeera sur la faisabilité de ces efforts interventionnistes et les implications à long terme de la RDC. adhésion à l’EAC.

Al Jazeera : Alors, que pensez-vous maintenant que la RDC a rejoint l’EAC ?

Tshibanda :  C’est une décision politique sans fondement technique, irréfléchie, voire irresponsable, de la part d’un pouvoir qui ne comprend pas qu’entre États, seuls les intérêts comptent ; une puissance qui semble plus soucieuse de plaire aux dirigeants des pays voisins que de satisfaire ses propres exigences de sécurité et de compétitivité économique.

Comme il y a cinq ans, l’insécurité règne dans la région de la RDC frontalière de l’EAC. Le pillage des ressources naturelles de la RDC, avec la complicité ou au profit de certains États membres de l’EAC se poursuit sans relâche. L’infrastructure et l’industrie de la RDC sont moins développées que celles de la plupart des autres États membres de l’EAC.

En outre, les recettes budgétaires propres de la RDC dépendent fortement des taxes à l’exportation.

En bref, l’économie de la RDC est moins compétitive et moins résiliente que celle de l’EAC et de ses États membres.

Dans ces conditions, compte tenu de la suppression implicite des barrières tarifaires et de la libre circulation des biens et des personnes au sein de la Communauté, l’adhésion de la RDC à l’EAC est incontestablement bénéfique pour les États membres. Pour ne citer que quelques avantages : une croissance instantanée de 90 millions de nouveaux consommateurs sur le marché intérieur de la CAE ; une baisse du prix de revient des matières premières de la RDC sur le marché de l’EAC et une augmentation des échanges entre les États membres de l’EAC.

En RDC, les avantages économiques et sécuritaires attendus de l’adhésion à l’EAC sont hypothétiques et à long terme, tandis que les conséquences négatives sont presque certaines et immédiates. Les mêmes règles communautaires auront des effets plutôt pervers, notamment l’absence de progrès dans le développement industriel face à la concurrence des produits manufacturés bon marché des États membres les plus industrialisés de l’EAC.

Il n’y aura pas de résultats significatifs dans la lutte contre le pillage des ressources naturelles du pays et une baisse drastique des recettes douanières due à la suppression des barrières tarifaires intra-communautaires.

En fin de compte, il sera plus difficile de gérer les risques de sécurité pour le pays en raison de la politique d’exemption de visa entre les États membres, et pire encore, de la politique consistant à compter sur les pyromanes pour aider à éteindre l’incendie qu’ils ont déclenché, et qu’ils travaillent sans relâche pour continue de brûler.

Al Jazeera : Pendant votre mandat de ministre des Affaires étrangères, y avait-il des opportunités pour la RDC de rejoindre le bloc EAC ?

Tshibanda : Oui. Il y avait non seulement des opportunités mais aussi des invitations récurrentes et pressantes à se joindre des États membres et du secrétariat de l’organisation.

En fait, pour l’EAC, faire en sorte que la RDC rejoigne la communauté a été le rêve de toute une vie. Compte tenu de la dotation en ressources naturelles, de la taille de son territoire et de sa population, l’adhésion de la RDC à l’EAC est considérée comme un changement de donne, pour les États membres et la communauté.

Al Jazeera : Pour quelles raisons avez-vous refusé ?

Tshibanda : Principalement pour des raisons de sécurité nationale et économiques. Des études coûts-bénéfices menées par une équipe pluridisciplinaire d’experts congolais issus du gouvernement et du secteur privé ont clairement établi que, pour notre pays, il y avait, à l’époque, plus à perdre qu’à gagner à rejoindre l’EAC. L’adhésion était donc prématurée et contraire aux intérêts de la RDC.

Al Jazeera : Vous avez mentionné qu’il y a plus à perdre qu’à gagner en rejoignant l’EAC. Qu’est-ce que la RDC gagne en tant que membre du bloc de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), ce qui n’est pas possible dans l’EAC ?

Tshibanda : Surtout, la sécurité et la stabilité. L’EAC est composée de sept pays, dont trois ont dû attaquer la RDC et entretiennent avec elle des relations houleuses depuis 25 ans.

Alternativement, la SADC a toujours été du côté de la RDC, et a soutenu militairement cette dernière face à l’agression dont elle a été victime par lesdits pays [EAC] en 2018. Plus tard, elle l’a aidée à neutraliser les forces négatives et les groupes armés. , dont le M23, dans le cadre de la brigade d’intervention de la MONUSCO (Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo).

Al Jazeera : Quel impact l’adhésion de la RDC à l’EAC aura-t-elle sur les relations du pays avec le bloc SADC, le cas échéant ?

Tshibanda : Les relations entre la RDC et les pays de la SADC sont historiques et indestructibles.

Ces relations reposent sur l’idéologie commune à tous les combattants africains de la liberté et de l’émancipation, tels Nelson Mandela, Kenneth Kaunda et Sam Mujoma pour l’Afrique australe, et Patrice Emery Lumumba, Mzee Laurent Désiré Kabila et Joseph Kabila Kabange pour la RDC. De plus, ils ont été cimentés dans le sang, les fils et filles de la SADC ayant versé leur sang pour sauvegarder l’intégrité territoriale du Congo.

L’adhésion de la RDC à l’EAC ne modifiera donc pas substantiellement ses relations avec la SADC. Il constitue néanmoins un défi supplémentaire pour le leadership de la RDC car il devra remplir des obligations parfois contradictoires vis-à-vis de deux communautés régionales économiquement et commercialement concurrentes qui sont à des niveaux de développement différents.

Al Jazeera : Puisque vous n’êtes pas désireux de rejoindre le bloc, cela affecterait-il votre relation de travail avec le bloc si votre parti politique devait gagner les élections à l’avenir ?

Tshibanda : Notre mégastructure politique n’est pas sceptique quant à l’intégration régionale. Lorsque nous étions encore aux commandes du pays, nous pensions seulement, et nous pensons encore aujourd’hui, que notre pays n’était pas, et n’est pas prêt pour une adhésion gagnant-gagnant de la RDC à l’EAC. Si les conditions générales le permettaient, notre stand aurait été différent.

En tout cas, pour mon parti, la dignité, la crédibilité et les intérêts du Congo, en tant que nation et État, passent avant tout. Cela signifie honorer les engagements pris par tout gouvernement congolais légitime, au nom du pays.

De plus, les États de la CAE sont des pays frères. Nous sommes tenus de vivre ensemble et, espérons-le, de vivre en harmonie.

Ainsi, lorsque notre parti remportera les élections – et je suis sûr que ce sera le cas la prochaine fois – nous respecterons toutes les obligations statutaires de la RDC en vertu de la charte de l’EAC. Nous veillerons cependant à ce que les autres États membres de l’EAC respectent leurs obligations en vertu de la même charte et du droit international.


24hcongo

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Rencontre proposée entre Tshisekedi et Kagame pour la crise des réfugiés

Le 20 juin, Journée internationale des réfugiés, Dieudonné Musagalusha, coordonnateur du panel des experts de la société civile, a appelé à une rencontre entre les présidents Félix Tshisekedi de la République démocratique du Congo et Paul Kagame du Rwanda

Solidarité avec les réfugiés : le message de Patien Sayiba Tambwe

Aujourd'hui, la Journée Mondiale du Réfugié est célébrée sous le thème : « Pour un monde qui accueille les personnes réfugiées. » Ce message appelle à la solidarité envers les millions de réfugiés à travers le globe, et particulièrement en République Démocratique du Congo.

La RDC interdit le ravitaillement en carburant des véhicules burundais à la frontière de Kavimvira

Le service de migration de la République Démocratique du Congo a pris une mesure radicale en interdisant aux véhicules portant l’immatriculation burundaise de traverser la frontière congolaise pour se ravitailler en carburant à la frontière de Kavimvira, à Uvira (Sud-Kivu)...