AccueilA la UneRDC : le...

RDC : le gouvernement informé de la coupure de liaison Rutshuru-Bunagana et de l’évolution positive des négociations de paix en Ituri avec les groupes armés

Intervenant lors de la 58e réunion du conseil des ministres du vendredi 17 juin, le ministre de la défense nationale et des anciens combattants, Gilbert Kabanda, est revenu essentiellement sur les opérations militaires en cours menées par les Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) sur différents fronts notamment contre les terroristes du M23 portés par le Rwanda et contre les ADF MTM.

D’après le compte rendu de la réunion fait par le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, il a mis en exergue et en évidence les faits ci-après :

• la violation de nos frontières par l’armée Rwandaise dans le Nord-Kivu;

• l’activisme des terroristes ADF MTM dans les territoires de Beni et Irumu ;

• la persistance des attaques inter communautaires dans la province de l’Ituri ;

•  l’attaque des positions des FARDC sur l’axe Bunagana par les terroristes du M23 qui ont coupé la liaison Rutshuru-Bunagana ;

• Le lancement, il y a quelques jours, des obus depuis Rwanda qui ont explosé dans une école dans la localité de Biruma tuant dans la foulée 2 enfants de 6 ou 7 ans et constituant de ce fait un crime de guerre.

Gilbert Kabanda a aussi, d’après la source précitée, fait état de l’évolution positive dans les négociations de paix entre le gouverneur militaire de l’Ituri ainsi que les groupes armés.

 » La communauté Bira d’abord représentée par 5 de ses grands chefs il y a un mois, ensuite CODECO représenté par 6 de ses principaux leaders, ces négociations ont abouti à un accord d’accompagnement de la pacification par la Monusco et le gouverneur militaire « , précise le compte rendu de la réunion.

La partie Est de la République Démocratique du Congo fait face à l’activisme des groupes armés nationaux et étrangers depuis près de deux décennies déjà. Ces dernières semaines, la rébellion à dominante tutsi vaincue en 2013 par Kinshasa, le M23, a repris les armes fin 2021, en reprochant aux autorités congolaises de ne pas avoir respecté un accord pour la démobilisation et la réinsertion de ses combattants. Les combats se sont intensifiés ces dernières semaines et Kinshasa a clairement accusé Kigali de soutenir cette rébellion.

Les tensions entre Kinshasa et Kigali ne baissent pas toujours, après les incidents qui se sont déroulés ayant causé la mort militaire congolais, les autorités congolaises ont décidé de commencer à fermer les frontières avec le Rwanda à partir de 15 heures.

Clément MUAMBA

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Kinshasa : Daniel Bumba, nouveau gouverneur, sollicite un crédit de 200 millions USD chez FirstBank DRC

À peine installé en tant que nouveau Gouverneur de Kinshasa, Daniel Bumba a rapidement pris des mesures audacieuses pour pallier le déficit budgétaire hérité à l'Hôtel de Ville. Face à des caisses vides, il a engagé des discussions avec FirstBank DRC SA en vue d'obtenir un crédit substantiel de 200 millions USD pour financer ses premiers grands projets de développement urbain.

Koffi Olomidé : Entre liberté d’expression et responsabilité sociale

La récente apparition de Koffi Olomidé au « Panier The Morning Show » de la RTNC a ravivé le débat sur la liberté d'expression et la responsabilité sociale des personnalités publiques en République Démocratique du Congo. Lors de son intervention, le célèbre artiste congolais a suscité la controverse en commentant la situation sécuritaire dans l'Est du pays, notamment l'avancée des troupes du M23 et les tensions frontalières avec le Rwanda.

RDC : Jacky Ndala, derrière Corneille Nangaa à la messe, une alliance inattendue ?

Lors d'une messe dominicale à la paroisse Saint Aloïs, située dans le territoire de Rutshuru sous contrôle de l'armée rwandaise, une présence intrigante a attiré l'attention : celle de Jacky Ndala, ancien coordonnateur national de la jeunesse d'Ensemble pour la République. Il était vu derrière Corneille Nangaa, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), suscitant des spéculations sur un possible ralliement à une nouvelle cause.