AccueilAfriqueAfrique : La...

Afrique : La Russie se positionne pour une plus grande influence au Kenya

La diplomatie russe déploie tous ses efforts sur le continent africain. Le Ministre des Affaires étrangères russe a effectué une escale à Nairobi, au Kenya, le lundi 29 mai, avant de se rendre en Afrique du Sud où il a été chaleureusement accueilli par le Président Ruto.

Le Président kényan a exprimé son mécontentement face au faible niveau des échanges commerciaux entre Moscou et Nairobi, malgré un potentiel énorme. Les deux dirigeants ont annoncé la signature d’un accord visant à remédier à cette situation, sans donner plus de détails.

William Ruto a également profité de cette visite pour plaider en faveur d’une réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies, auquel la Russie est membre permanent, et où le continent africain aspire à obtenir un siège.

Cependant, en arrière-plan de cette rencontre, la guerre en cours entre Kiev et Moscou a été évoquée. William Ruto a réaffirmé la position inébranlable du Kenya quant au respect de l’intégrité territoriale des États membres de l’ONU, tout en appelant à une résolution du conflit de manière respectueuse pour les deux parties. Cette position sobre intervient alors que l’Ukraine et la Russie rivalisent pour obtenir le soutien des pays africains.

La visite de Sergueï Lavrov, annoncée à la dernière minute, survient seulement quelques jours après la tournée du diplomate ukrainien Dmitro Kuleba sur le continent africain. Au cours de sa tournée, ce dernier a annoncé l’ouverture de nouvelles ambassades en Afrique et a plaidé pour que le continent sorte de sa neutralité. Ainsi, la Russie et l’Ukraine rivalisent pour étendre leur influence en Afrique.

Renforcement des liens entre la Russie et le Kenya : Quelles implications pour l’Afrique ?

Le Kenya, pays dynamique de l’Afrique de l’Est, attire de plus en plus l’attention des grandes puissances mondiales. La visite du Ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, témoigne de la volonté de la Russie d’accroître son influence sur le continent africain en renforçant les liens avec des partenaires clés tels que le Kenya.

La Russie et le Kenya : un potentiel commercial inexploité

Malgré un potentiel commercial énorme, les échanges économiques entre la Russie et le Kenya restent faibles. Le Président kényan, William Ruto, a exprimé son mécontentement face à cette situation lors de la visite de Sergueï Lavrov. Dans le but de remédier à cette lacune, les deux chefs d’État ont annoncé la signature d’un accord dont les détails n’ont pas encore été divulgués. Cet accord pourrait ouvrir de nouvelles perspectives pour les entreprises russes et kényanes, favorisant ainsi la croissance économique des deux pays.

La quête du Kenya pour une réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies

Lors de la visite de Sergueï Lavrov, William Ruto a profité de l’occasion pour plaider en faveur d

‘une réforme du Conseil de sécurité de l’ONU. En tant que membre permanent de cet organe, la Russie joue un rôle clé dans les décisions mondiales. Le Kenya, tout en reconnaissant l’importance de la Russie, aspire à obtenir un siège au Conseil de sécurité afin de représenter les intérêts de l’Afrique. Cette demande soulève des questions sur la redistribution du pouvoir et la représentativité des pays africains dans les instances internationales.

La situation en Ukraine : une préoccupation pour le Kenya

Le conflit en cours entre l’Ukraine et la Russie a également été évoqué lors de la rencontre entre William Ruto et Sergueï Lavrov. Le Kenya a réaffirmé son engagement en faveur du respect de l’intégrité territoriale des États membres de l’ONU. Tout en adoptant une position de neutralité, le Kenya encourage les deux parties à résoudre leurs différends de manière pacifique et respectueuse. La rivalité entre la Russie et l’Ukraine pour obtenir le soutien des pays africains ajoute une dimension complexe à cette question.

Une compétition pour l’influence en Afrique

La visite de Sergueï Lavrov s’inscrit dans une série de déplacements diplomatiques en Afrique, où la Russie et l’Ukraine rivalisent pour étendre leur influence. La tournée du diplomate ukrainien Dmitro Kuleba, qui a précédé celle de Lavrov, témoigne également des efforts déployés par l’Ukraine pour renforcer ses relations avec les pays africains. L’ouverture de nouvelles ambassades et les appels à la sortie de la neutralité du continent africain mettent en évidence la volonté des deux pays de consolider leur présence en Afrique.

En conclusion, la visite de Sergueï Lavrov au Kenya souligne la volonté de la Russie de renforcer ses liens avec le continent africain et d’accroître son influence. Les implications de cette démarche pour le Kenya et l’Afrique dans son ensemble suscitent des interrogations sur les perspectives commerciales, la réforme de l’ONU et les relations internationales. Alors que la compétition entre la Russie et l’Ukraine pour l’influence en Afrique s’intensifie, il est crucial de suivre attentivement l’évolution de la situation et ses conséquences à long terme.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Solidarité avec les réfugiés : le message de Patien Sayiba Tambwe

Aujourd'hui, la Journée Mondiale du Réfugié est célébrée sous le thème : « Pour un monde qui accueille les personnes réfugiées. » Ce message appelle à la solidarité envers les millions de réfugiés à travers le globe, et particulièrement en République Démocratique du Congo.

La RDC interdit le ravitaillement en carburant des véhicules burundais à la frontière de Kavimvira

Le service de migration de la République Démocratique du Congo a pris une mesure radicale en interdisant aux véhicules portant l’immatriculation burundaise de traverser la frontière congolaise pour se ravitailler en carburant à la frontière de Kavimvira, à Uvira (Sud-Kivu)...

Situation salariale : les ouvriers du centre financier réclament justice à Constant Mutamba

Les ouvriers du centre financier ont envahi le palais de la justice ce mercredi 19 juin pour réclamer justice quant à leur situation salariale. Le Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Constant Mutamba, était obligé de descendre de son bureau pour écouter leurs revendications.