AccueilA la UneAlerte : Salomon...

Alerte : Salomon Kalonda, le Conseiller Spécial de Moïse Katumbi, Arrêté à l’Aéroport de N’Djili

Dans le paysage politique congolais, un événement récent a suscité de vives réactions et attiré l’attention de nombreux observateurs. Salomon Kalonda, le conseiller spécial de Moïse Katumbi, a été arrêté à l’aéroport international de N’Djili, alors qu’il s’apprêtait à quitter Kinshasa en compagnie de l’opposant candidat à la prochaine présidentielle, Moïse Katumbi.

Un arrestation qui fait grand bruit

L’arrestation de Salomon Kalonda à l’aéroport de N’Djili a créé une onde de choc dans le paysage politique congolais. Cette arrestation intervient dans un contexte tendu, à quelques mois seulement de l’élection présidentielle à venir. Moïse Katumbi, figure de l’opposition congolaise et candidat potentiel à la présidence, était sur le point de quitter Kinshasa avec son conseiller spécial lorsque les autorités sont intervenues.

Des motivations politiques?

De nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer une manœuvre politique derrière cette arrestation. Selon certains observateurs, cette action viserait à entraver la campagne de Moïse Katumbi et à limiter ses déplacements, dans le but de l’empêcher de mobiliser efficacement ses partisans à travers le pays. L’arrestation de Salomon Kalonda, proche collaborateur de Moïse Katumbi, pourrait ainsi être perçue comme une tentative de déstabilisation politique.

Une mobilisation de l’opposition

Suite à cette arrestation, l’opposition congolaise s’est mobilisée pour dénoncer cette action et réclamer la libération immédiate de Salomon Kalonda. Des manifestations ont été organisées dans plusieurs villes du pays, rassemblant des milliers de personnes qui expriment leur soutien à Moïse Katumbi et dénoncent cette arrestation comme une atteinte à la démocratie et à la liberté d’expression.

Un climat politique tendu

Cette arrestation intervient dans un contexte politique déjà tendu en République démocratique du Congo. Les tensions entre l’opposition et le pouvoir en place se sont intensifiées ces derniers mois, avec des manifestations, des affrontements et une répression violente dans certaines régions du pays. L’arrestation de Salomon Kalonda ne fait qu’ajouter une nouvelle dimension à ce climat politique déjà électrique.

L’appel à la libération de Salomon Kalonda

Face à cette situation, de nombreux acteurs nationaux et internationaux ont appelé à la libération immédiate de Salomon Kalonda. Des organisations de défense des droits de l’homme, des personnalités politiques et des diplomates se sont exprimés publiquement pour condamner cette arrestation et demander sa libération. Ces appels font écho aux préoccupations concernant le respect des droits de l’homme et la démocratie en République démocratique du Congo.

L’arrestation de Salomon Kalonda, conseiller spécial de Moïse Katumbi, à l’aéroport international de N’Djili a suscité de vives réactions tant au niveau national qu’international. Cette arrestation soulève des questions sur les motivations politiques derrière cette action et vient s’ajouter à un climat politique déjà tendu en République démocratique du Congo. La mobilisation de l’opposition et les appels à la libération de Salomon Kalonda mettent en lumière les préoccupations concernant la démocratie et les droits de l’homme dans le pays.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

RDC : nouveaux affrontements entre les FARDC et le M23 à Rutshuru

Ce dimanche, le territoire de Rutshuru a de nouveau été le théâtre de violents combats entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les rebelles du M23

Kwamouth : attaque armée sur la rivière Kasaï, un bandit recherché s’empare d’une embarcation

Une nouvelle attaque armée a eu lieu jeudi sur la rivière Kasaï, près du village Mpwaka. Un bandit bien connu sous le nom de "Ferre"

Assemblée nationale : un nouveau chapitre politique s’ouvre

Après l'installation du bureau définitif de l'Assemblée nationale, la sortie de la nouvelle équipe gouvernementale semble imminente. Deux mois après la nomination de la Première ministre Judith Suminwa