AccueilA la UneIncitation à la...

Incitation à la haine : la démarche de Dany Banza désavouée par la population (Tribune)

Ça circule sur les réseaux sociaux, une vidéo devenue virale sur la toile, où l’actuel ambassadeur itinérant du Chef de l’État, Dany Banza, propage un message de haine à l’égard de certains compatriotes congolais. Ce message est très critiqué par l’opinion qui note la volonté manifeste de ce dernier de saper les actions du Président Tshisekedi pour la paix en République Démocratique du Congo.

Ce fait s’est passé à Fungurume. Devant les militants de sa formation politique, l’on voit visiblement Monsieur Dany Banza relayer des propos comme quoi, il y a des gens qui chercheraient sa mort. Le porteur de ce même message accuse gratuitement deux autres personnes (inconnues) depuis Kinshasa. D’après certaines indiscrétions, il se murmure que l’une de ces personnes est Guylain Nyembo, alors directeur de cabinet du Chef de l’État. À la grande surprise de tous, ces allégations se tiennent sans aucune enquête judiciaire qui peut affirmer ces propos. Quoi de plus normal pour que cela inquiète les congolais en pleine année électorale. Ce message, sans nul doute, devrait être propagé par tout citoyen lambda, mais surtout pas par un si proche collaborateur du Président de la République.

« Si quelque chose m’arrive, disait-il, il faut s’attaquer à eux ». Entre-temps, des questions ne cessent de se poser sur la nature de cette déclaration qui incite à la haine et à la violence. Sur la toile, que des réactions s’opposant farouchement à cette position de Dany Banza. Un aspect qui contribue nécessairement à la baisse de sa popularité dans l’espace Grand Katanga.

En effet, certains peuvent ignorer combien les discours peu démocratiques de certains leaders d’opinion peuvent participer au blocage du bon fonctionnement des institutions étatiques. La RDC comme pays, souffre déjà de plusieurs maux tels que la guerre dans l’Est, le phénomène « Mobondo » à l’Ouest et les tensions politiques liées au processus électoral, le voilà préparer le lit pour des tensions dans le Katanga. Pour le Chef de l’État, Félix Tshisekedi, rien que la recherche de la paix prime au-delà de tout. Quiconque travaille à ses côtés devrait obligatoirement se ranger derrière sa vision pour un Congo meilleur.

Oui. Les institutions existent et fonctionnent sous le régime du Président actuel. Au-delà de l’art de gérer la cité, la politique doit être pour beaucoup le moyen de mieux vendre leurs actions, mieux leurs savoir-faire. Aucun Congolais n’a le droit de miser sur sa posture pour nuire aux droits de ses compatriotes. Le trafic d’influence constitue une infraction qui du reste est punissable. S’attaquant à Guylain Nyembo, comme certains le disent, alors Dany Banza doit s’assumer.

Aurélie Ngalula

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Rencontre proposée entre Tshisekedi et Kagame pour la crise des réfugiés

Le 20 juin, Journée internationale des réfugiés, Dieudonné Musagalusha, coordonnateur du panel des experts de la société civile, a appelé à une rencontre entre les présidents Félix Tshisekedi de la République démocratique du Congo et Paul Kagame du Rwanda

Solidarité avec les réfugiés : le message de Patien Sayiba Tambwe

Aujourd'hui, la Journée Mondiale du Réfugié est célébrée sous le thème : « Pour un monde qui accueille les personnes réfugiées. » Ce message appelle à la solidarité envers les millions de réfugiés à travers le globe, et particulièrement en République Démocratique du Congo.

La RDC interdit le ravitaillement en carburant des véhicules burundais à la frontière de Kavimvira

Le service de migration de la République Démocratique du Congo a pris une mesure radicale en interdisant aux véhicules portant l’immatriculation burundaise de traverser la frontière congolaise pour se ravitailler en carburant à la frontière de Kavimvira, à Uvira (Sud-Kivu)...