De l’ombre à la...

Dans un contexte où les tensions politiques et sociales sont palpables en République Démocratique du Congo (RDC), les récentes révélations judiciaires concernant la tragique disparition de Chérubin Okende ont suscité une vague d'émotions et de réactions au sein de la population. Au cœur de ces tourments, un citoyen burundais partage ses réflexions et met en garde contre les dangers d'une manipulation médiatique susceptible d'aggraver la situation.

Bintou Keita en visite...

Dans le cadre d'une mission délicate, Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la République Démocratique du Congo (RDC), a posé ses valises à Mikenge, situé dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu, ce jeudi 29 février. Ce déplacement s'inscrit dans le processus d'évaluation de l'application d'un plan de désengagement stratégique de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco)

Nouvelle vague de violence...

Dans une récente montée de tension au Nord-Kivu, la région de Masisi a été le théâtre d'une tragédie humaine ce vendredi 1er mars 2024, suite à des bombardements attribués aux rebelles du M23/RDF. Ces attaques ont semé la terreur parmi la population, entraînant la mort de trois personnes et laissant plusieurs autres blessées.

Kinshasa accueille une session...

Dans la capitale de la République démocratique du Congo, Kinshasa, le parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé), dirigé par l'opposant Martin Fayulu, a inauguré ce vendredi 1er mars 2024, une session extraordinaire de son conseil national. Cette réunion de haut niveau, prévue pour s'étendre jusqu'au 4 mars
AccueilAfriqueLe Niger face...

Le Niger face à la crise politique : Soutiens internes et appels à la retenue

Dans un contexte de putsch au Niger, les putschistes ont reçu un appui de poids ce jeudi 27 juillet. Le commandement des forces armées a exprimé son soutien aux auteurs du coup d’État, exprimant ainsi leur volonté d’éviter tout bain de sang dans le pays. Alors que des manifestations favorables au coup se sont organisées, le silence de la classe politique se fait remarquer.

La situation s’est rapidement stabilisée à Niamey, la capitale du Niger. Les opérations humanitaires de l’ONU ont été suspendues, mais la vie semble reprendre son cours normal avec la réouverture des banques et des magasins, et la circulation qui reprend son rythme habituel.

Ce jeudi matin, le général Abdou Sidikou Issa, chef d’état-major général des armées, a publié un communiqué sur les réseaux sociaux exprimant son soutien au mouvement putschiste.

Niger

L’unité des putschistes s’est renforcée avec la déclaration de dix hauts gradés issus des différentes forces de défense et de sécurité, y compris l’armée, la garde présidentielle, les forces spéciales, la gendarmerie, la police et les pompiers, qui ont annoncé le coup d’État mercredi soir.

En revanche, la classe politique nigérienne est restée silencieuse depuis mercredi, certains refusant de s’exprimer en raison de la suspension des activités des partis politiques décrétée par un communiqué diffusé à la télévision nationale.

Le climat de tension est perceptible à Niamey, où des manifestants ont vandalisé le siège du PNDS, le parti au pouvoir jusqu’alors, provoquant un important incendie.

Le ministre des Affaires étrangères et chef de gouvernement par intérim, Hassoumi Massoudou, n’a plus fait de déclaration depuis son message sur les réseaux sociaux mercredi soir.

En opposition, les partis qui avaient soutenu Mahamane Ousmane, ancien chef de file de l’opposition lors de la dernière élection présidentielle, se sont réunis dans une coalition appelée « Union des patriotes nigériens ». Ils soutiennent les motivations du CNSP (Conseil national de salut public) et s’engagent à l’accompagner dans sa mission de rétablissement de la souveraineté nationale. Ainsi, l’opposition semble avoir pris position en faveur des putschistes.

Des rassemblements sporadiques ont été signalés dans les rues de Niamey avec des appels à la mobilisation d’une « Coalition des forces démocratiques », bien que la composition de cette coalition reste inconnue pour l’instant.

La France a été critiquée par le CNSP qui demande à tous les partenaires extérieurs de ne pas interférer dans la situation. Le CNSP met en garde contre toute intervention militaire étrangère qui pourrait entraîner des conséquences désastreuses.

La communauté internationale suit de près l’évolution de la situation à Niamey, en particulier au sein de la sous-région. Une délégation d’officiers nigérians a tenté une médiation dès le début de la crise, et un avion de la Nigerian Air Force aurait atterri à Niamey selon certains sites de suivi du trafic aérien.

En réponse aux accusations du CNSP concernant un avion militaire français qui aurait atterri à Niamey malgré la suspension des vols, le Quai d’Orsay a déclaré qu’il n’y avait pas eu de violation de l’espace aérien, car cet avion disposait d’un plan de vol officiel établi avant la notification de la suspension des vols. La France condamne fermement le coup d’État et appelle à la libération du président Mohamed Bazoum et de sa famille.

Patrice Talon, mandaté pour une mission de bons offices auprès des putschistes, n’a pas encore effectué son voyage à Niamey et reste à Cotonou depuis son retour d’Abuja. On ignore si sa mission est reportée ou annulée. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) reste active et prépare un sommet extraordinaire des chefs d’État qui pourrait se tenir à Abuja le dimanche 30 juillet.

Dans l’attente de cette réunion, Patrice Talon est en contact permanent avec le président en exercice de la CEDEAO, Bola Tinubu, ainsi qu’avec les dirigeants togolais, ivoiriens, sénégalais et bissau-guinéens.

Le chef d’état-major de l’armée nigériane, envoyé en émissaire à Niamey, est toujours présent dans la capitale et a été aperçu se rendant à la résidence où le président Mohamed Bazoum est retenu.

La situation au Niger reste délicate et suivie de près par la communauté internationale. Les soutiens internes aux putschistes s’affirment tandis que les appels à la retenue se multiplient pour éviter une escalade de la violence dans le pays. Les efforts diplomatiques de la CEDEAO et des partenaires internationaux visent à trouver une issue pacifique à la crise et à rétablir l’autorité civile.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

De l’ombre à la lumière : leçons burundaises sur la manipulation médiatique en RDC

Dans un contexte où les tensions politiques et sociales sont palpables en République Démocratique du Congo (RDC), les récentes révélations judiciaires concernant la tragique disparition de Chérubin Okende ont suscité une vague d'émotions et de réactions au sein de la population. Au cœur de ces tourments, un citoyen burundais partage ses réflexions et met en garde contre les dangers d'une manipulation médiatique susceptible d'aggraver la situation.

Bintou Keita en visite à Mikenge pour superviser le plan de retrait progressif de la Monusco

Dans le cadre d'une mission délicate, Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la République Démocratique du Congo (RDC), a posé ses valises à Mikenge, situé dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu, ce jeudi 29 février. Ce déplacement s'inscrit dans le processus d'évaluation de l'application d'un plan de désengagement stratégique de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco)

Nouvelle vague de violence au Nord-Kivu : L’escalade du conflit avec le M23 fait des victimes civiles

Dans une récente montée de tension au Nord-Kivu, la région de Masisi a été le théâtre d'une tragédie humaine ce vendredi 1er mars 2024, suite à des bombardements attribués aux rebelles du M23/RDF. Ces attaques ont semé la terreur parmi la population, entraînant la mort de trois personnes et laissant plusieurs autres blessées.