AccueilUncategorizedNouvelle flambée de...

Nouvelle flambée de violence au Nord-Kivu : les civils paient un lourd tribut

Le secteur de Katoyi, dans le territoire de Masisi (Nord-Kivu), a été le théâtre de violents affrontements ayant coûté la vie à au moins trois civils, dans la nuit de dimanche dernier. Les groupes armés PARECO et APCLS ont été impliqués dans ces combats meurtriers qui ont également entraîné l’incendie de maisons et le pillage des biens de la population.

Selon Télesphore Mitondeke, rapporteur de la société civile de Masisi, cette région est le théâtre d’un conflit de longue date entre les deux groupes armés rivaux. Alors que des missions de pacification ont été déployées sur le terrain, les recommandations pour le redéploiement urgent des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) dans la zone n’ont malheureusement pas été mises en œuvre, permettant aux belligérants de continuer à utiliser cette région comme champ de bataille.

Les groupes armés PARECO et APCLS sont des acteurs majeurs dans cette région, mais un nouveau groupe baptisé « Wazalendo », se présentant comme des patriotes, a également fait son apparition. Ce groupe aurait pour mission de soutenir les FARDC dans leur lutte contre l’agression présumée du Rwanda, camouflée derrière le M23. Ces alliances complexes ajoutent un degré supplémentaire de volatilité à la situation déjà explosive.

La société civile locale de Masisi s’inquiète également des conséquences humanitaires de ces affrontements récurrents. De nombreuses personnes ont été contraintes de fuir leurs villages pour trouver refuge dans des zones jugées plus sûres, entraînant ainsi un déplacement massif de populations. Cette situation précaire suscite des inquiétudes quant à la rentrée des classes prévue en septembre prochain, car l’accès à l’éducation pourrait être fortement perturbé pour les enfants déplacés.

Face à ces événements tragiques, l’armée n’a pas encore réagi publiquement. Les habitants de la région attendent avec impatience des actions concrètes de la part des autorités pour ramener la paix et la stabilité dans leur communauté.

Malgré les nombreux efforts de pacification déployés dans la région, la paix semble toujours insaisissable, et les habitants de Masisi continuent de subir les conséquences dévastatrices de ces conflits armés. Une solution durable et un engagement réel de toutes les parties prenantes sont indispensables pour mettre fin à cette spirale de violence et permettre enfin aux populations locales de vivre dans un environnement sécurisé et pacifique.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Kinshasa : Daniel Bumba, nouveau gouverneur, sollicite un crédit de 200 millions USD chez FirstBank DRC

À peine installé en tant que nouveau Gouverneur de Kinshasa, Daniel Bumba a rapidement pris des mesures audacieuses pour pallier le déficit budgétaire hérité à l'Hôtel de Ville. Face à des caisses vides, il a engagé des discussions avec FirstBank DRC SA en vue d'obtenir un crédit substantiel de 200 millions USD pour financer ses premiers grands projets de développement urbain.

Koffi Olomidé : Entre liberté d’expression et responsabilité sociale

La récente apparition de Koffi Olomidé au « Panier The Morning Show » de la RTNC a ravivé le débat sur la liberté d'expression et la responsabilité sociale des personnalités publiques en République Démocratique du Congo. Lors de son intervention, le célèbre artiste congolais a suscité la controverse en commentant la situation sécuritaire dans l'Est du pays, notamment l'avancée des troupes du M23 et les tensions frontalières avec le Rwanda.

RDC : Jacky Ndala, derrière Corneille Nangaa à la messe, une alliance inattendue ?

Lors d'une messe dominicale à la paroisse Saint Aloïs, située dans le territoire de Rutshuru sous contrôle de l'armée rwandaise, une présence intrigante a attiré l'attention : celle de Jacky Ndala, ancien coordonnateur national de la jeunesse d'Ensemble pour la République. Il était vu derrière Corneille Nangaa, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), suscitant des spéculations sur un possible ralliement à une nouvelle cause.