AccueilA la UneL'état de siège...

L’état de siège au Nord-Kivu et en Ituri suscite des avis divergents quant à son efficacité et à sa pertinence

Butembo, RDC – Dans un discours remarquablement franc, l’actuel ministre national de l’industrie et ancien gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, exprime des réserves substantielles concernant la déclaration de l’état de siège par le président Tshisekedi dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. M. Paluku, éminent leader politique et figure clé de la région, soulève des préoccupations cruciales sur les implications de cette mesure d’urgence.

« La question qui se pose avec une acuité indéniable est la suivante : la levée de l’état de siège est-elle l’antidote à nos maux sécuritaires ? », a déclaré M. Paluku lors de son discours prononcé à Butembo. « Si nous observons attentivement, nous constatons que la tension ne diminue pas nécessairement avec l’annonce de la levée de l’état de siège. Au contraire, cela suscite des préoccupations légitimes parmi les rangs militaires. »

Le ministre Paluku, tout en reconnaissant les objectifs louables du président Tshisekedi visant à rétablir l’autorité de l’État, à gérer les conflits armés et à défendre l’intégrité territoriale, souligne l’importance de la prudence et de l’analyse minutieuse dans la mise en œuvre de cette mesure.

« Un retour précipité à la normalité pourrait potentiellement diluer les efforts des militaires pour atteindre les objectifs constitutionnels qui leur ont été assignés », a-t-il affirmé. « Il est essentiel que nous soyons attentifs aux signaux émanant des rangs militaires. Si des tensions persistantes se manifestent à l’approche de la levée de l’état de siège, cela pourrait signaler une appréhension légitime de leur part concernant la transition.« 

Le discours de M. Paluku met en lumière une dimension rarement explorée dans le débat public : l’impact psychologique et logistique de la transition vers une période post-état de siège. Plutôt que de considérer cette transition comme un simple retour à la normale, il suggère qu’il s’agit d’une période critique nécessitant une planification minutieuse pour éviter toute perte de traction dans les efforts de stabilisation.

Alors que la République démocratique du Congo cherche à équilibrer les impératifs sécuritaires avec les besoins socio-économiques de ses citoyens, les commentaires de M. Paluku offrent une perspective éclairée et nuancée sur les défis auxquels le pays est confronté. Quelle que soit la décision prise quant à la levée de l’état de siège, il est indéniable que les préoccupations soulevées par des personnalités telles que le ministre Paluku doivent être soigneusement prises en compte pour garantir un avenir plus sûr et plus stable pour les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Jacquemain Shabani entame mission sécuritaire à Goma sous haute tension

Le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Jacquemain Shabani, a entamé ce samedi 13 juillet une mission délicate au Nord-Kivu, débutant par la ville de Goma.

RDC : L’UDPS en ébullition, Augustin Kabuya conserve le soutien de la Présidence

L'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) est actuellement au cœur d'une tempête politique. Plusieurs membres influents et militants du parti au pouvoir réclament le départ d'Augustin Kabuya, qu'ils accusent de gestion autoritaire et de favoritisme.

Congrès de l’ONEC : Michel Victor Lessay présente le rôle de l’APLC et son bilan face aux défis de la transparence financière en RDC

Lors du Congrès de l'ONEC, Michel Victor Lessay, Coordonnateur a.i. de l'Agence de Prévention et de Lutte contre la Corruption (APLC), a souligné les efforts soutenus de la République Démocratique du Congo dans la lutte contre la corruption, la fraude et le détournement de fonds publics. Il a mis en avant les stratégies de l'APLC ainsi que ses progrès et ambitions futures...