AccueilA la UneExploration des méandres...

Exploration des méandres judiciaires : entre ambitions écrasées et gouvernance contestée

Dans le dédale complexe du système judiciaire, une question persiste : quelle forme de justice prévaut réellement ? Plutôt que l’ornement d’une toge élégante, c’est la véritable essence de la justice qui doit être scrutée. Matata Ponyo, figure au cœur des débats, incarne un exemple saisissant. Sa chute n’est pas liée à un manque de compétence pour concrétiser une ambition, mais à son opposition résolue envers notre modèle de gouvernance défaillant.

L’échec supposé de Bukanga-Lonzo suscite des opinions divergentes. Certaines voix pointent du doigt Matata Ponyo comme l’artisan de cet échec. Pourtant, une conviction s’ancre : ces perceptions manquent le cœur du problème. Les racines de cette débâcle plongent bien plus profondément, dans nos méthodes de gouvernance et l’essoufflement de notre système politique. Les questionnements soulevés par Bukanga-Lonzo résonnent, légitimes et nécessaires. Toutefois, ils demeurent superficiels face aux causes sous-jacentes et aux signaux avant-coureurs de ce déclin. Des débats trop timides, voire inexistants, laissent l’ensemble dans l’ombre.

La confortabilité du régime actuel explique en partie cette inertie. L’audace de ses actions s’accompagne d’une impunité sans précédent, défiant la réprimande. Une arrogance qui se savoure jusqu’à l’ivresse du pouvoir, une démesure inégalée que même la balance de la justice ne peut contrebalancer.

Les nations en développement se heurtent trop souvent à une réalité inacceptable : l’instrumentalisation constante de la justice à des fins de terreur et de régression démocratique. Une réflexion s’impose quant à la considération permanente des moyens et des fins, dans le prisme de la justice. Les aspirations nobles qu’elle poursuit trouvent leur écho dans les méthodes employées. Lorsque ces méthodes se teintent de malveillance, l’objectif se pervertit. Ainsi, dans le domaine judiciaire, la finalité ne saurait justifier des moyens viciés, tout comme les moyens ne sauraient légitimer une fin corrompue. Seule l’harmonie de ces éléments confère à la justice sa pleine légitimité, sa capacité à rendre un châtiment équitable.

À l’intersection de l’ambition brisée de Matata Ponyo et de la gouvernance remise en question, se profile une toile complexe de défis et d’enjeux. Se contenter de la surface revient à ignorer les racines du dysfonctionnement. L’heure est venue pour les sociétés en développement de réévaluer leur utilisation de la justice, de redéfinir son rôle en tant que gardienne impartiale et non en tant qu’outil de manipulation politique. C’est seulement en embrassant cette restructuration que la justice pourra accomplir sa véritable mission : préserver l’équité, la démocratie et la noblesse des idéaux.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Kinshasa : Daniel Bumba, nouveau gouverneur, sollicite un crédit de 200 millions USD chez FirstBank DRC

À peine installé en tant que nouveau Gouverneur de Kinshasa, Daniel Bumba a rapidement pris des mesures audacieuses pour pallier le déficit budgétaire hérité à l'Hôtel de Ville. Face à des caisses vides, il a engagé des discussions avec FirstBank DRC SA en vue d'obtenir un crédit substantiel de 200 millions USD pour financer ses premiers grands projets de développement urbain.

Koffi Olomidé : Entre liberté d’expression et responsabilité sociale

La récente apparition de Koffi Olomidé au « Panier The Morning Show » de la RTNC a ravivé le débat sur la liberté d'expression et la responsabilité sociale des personnalités publiques en République Démocratique du Congo. Lors de son intervention, le célèbre artiste congolais a suscité la controverse en commentant la situation sécuritaire dans l'Est du pays, notamment l'avancée des troupes du M23 et les tensions frontalières avec le Rwanda.

RDC : Jacky Ndala, derrière Corneille Nangaa à la messe, une alliance inattendue ?

Lors d'une messe dominicale à la paroisse Saint Aloïs, située dans le territoire de Rutshuru sous contrôle de l'armée rwandaise, une présence intrigante a attiré l'attention : celle de Jacky Ndala, ancien coordonnateur national de la jeunesse d'Ensemble pour la République. Il était vu derrière Corneille Nangaa, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), suscitant des spéculations sur un possible ralliement à une nouvelle cause.