AccueilA la UneLe Gouvernement Congolais...

Le Gouvernement Congolais appelle au retrait anticipé de la Monusco en RDC

La République Démocratique du Congo (RDC) a fait entendre sa voix au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies en réclamant avec insistance une accélération du processus de retrait de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo (Monusco). Cette demande pressante émane du vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères, qui a adressé une lettre officielle au Conseil de sécurité. Les autorités congolaises estiment que la Monusco a perdu la confiance de la population et que sa crédibilité est sérieusement entachée. Cet appel intervient dans un contexte extrêmement sensible, à seulement quatre mois des élections nationales.

Le gouvernement va même jusqu’à affirmer que la Monusco est désormais « disqualifiée » et qu’elle ne propose plus une solution institutionnelle adéquate à la crise sécuritaire sévissant dans l’Est de la RDC.

Kinshasa interpelle directement le Conseil de sécurité pour la mise en œuvre du plan de transition révisé de la Monusco et préconise une réduction graduelle des effectifs des casques bleus dès cette année.

Cette demande formelle survient à quelques encablures de la tenue de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui marquera également la fin de ce mandat quinquennal pour le président Félix Tshisekedi.

Néanmoins, l’opposition exprime des réserves, dénonçant une possible exploitation politique de la part du président Félix Tshisekedi, l’accusant d’utiliser le rejet de la Monusco à des fins électorales. En conséquence, les opposants évitent de demander ouvertement le départ des soldats de l’ONU, conscients de la sensibilité de la question et des possibles réactions au sein de la population.

Du côté de la mission onusienne, l’évolution des événements suscite l’étonnement.

Dans son dernier rapport, Antonio Guterres avait noté que le gouvernement congolais avait initialement suggéré que la transition précédant le départ effectif de la Monusco devait intervenir après les élections de décembre 2023. Le Secrétaire général des Nations Unies avait mis en garde contre un retrait prématuré de la mission, craignant des conséquences graves pour les civils qui dépendent de la Monusco pour leur sécurité. Il mentionnait notamment la situation à Djugu, où plus de 100 000 personnes déplacées bénéficient actuellement de la protection de la Monusco grâce à ses bases opérationnelles et à ses unités de combat dans la région.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.