AccueilA la UneLa RDC anticipe...

La RDC anticipe un quatrième cycle électoral sous l’Œil attentif du président Tshisekedi

Au cœur des enjeux politiques et économiques de la République Démocratique du Congo (RDC), un quatrième cycle électoral se profile à l’horizon de décembre de cette année. Le Président actuel, Félix Tshisekedi, candidat à sa propre succession, se félicite des réalisations de son gouvernement, dirigé d’une main de maître par le Premier Ministre Sama Lukonde. Ces avancées, dont certaines sont directement issues de ses instructions données en Conseil des Ministres, témoignent de l’efficacité de sa vision économique.

Dans un souci de transparence et d’efficacité dans la gestion axée sur les résultats, le Président Tshisekedi a mandaté le Premier Ministre et l’ensemble du gouvernement pour dresser un inventaire exhaustif de toutes les directives émises lors des réunions du Conseil des Ministres. Cette démarche vise à renforcer la responsabilité gouvernementale et à garantir une gestion efficiente des politiques économiques.

Malgré le dynamisme et la réactivité du gouvernement dans la mise en œuvre de ces directives présidentielles, il est à noter que certaines d’entre elles n’ont pas encore été pleinement concrétisées. C’est un défi que le gouvernement s’engage à relever avec vigueur.

Le Président Tshisekedi s’est également penché sur l’amélioration du quotidien des citoyens les plus vulnérables. Dans cette optique, il recommande la poursuite de l’opérationnalisation du cadre de concertation établi lors de la 2ème réunion du Comité de pilotage du Conseil Présidentiel de Veille Stratégique, qui rassemble la Primature, le CPVS et le Secrétariat Général du Gouvernement. Cette initiative vise à renforcer la coordination et la cohérence des politiques économiques et sociales.

Le gouvernement actuel, placé sous la houlette du Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde, a vu le jour après la dissolution de la coalition FCC et CACH. Lors de sa présentation devant l’Assemblée Nationale, ce gouvernement a dévoilé un programme quinquennal ambitieux pour la période 2021-2023, assorti d’un budget colossal de 36 milliards de dollars, soit une moyenne de 12 milliards par an.

Près d’une année après sa mise en place, ce gouvernement a connu des ajustements significatifs avec l’arrivée de personnalités de renom au sein de l’Union Sacrée, notamment Vital Kamerhe au ministère de l’Économie Nationale, Jean-Pierre Bemba à la Défense Nationale et aux Anciens Combattants, ainsi qu’Antipas Mbusa à la tête de l’Intégration Régionale.

En somme, la RDC se prépare à un tournant majeur de son histoire politique et économique, avec un gouvernement déterminé à concrétiser la vision du Président Tshisekedi et à répondre aux attentes de la population. L’avenir de la nation congolaise se jouera sur les fronts de la gouvernance économique et de la stabilité politique, des défis à relever avec une détermination sans faille.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.