AccueilA la UneRwanda : l'étau...

Rwanda : l’étau des sanctions américaines se resserre suite au soutien au M23

Les liens diplomatiques entre les États-Unis et le Rwanda connaissent un nouveau tournant abrupt, alors que Washington prend la décision de placer Kigali sur la liste des nations impliquées dans le recrutement d’enfants soldats. Cette sanction survient en réponse au soutien avéré du gouvernement dirigé par le président rwandais, Paul Kagame, envers le groupe armé M23, une entité opérant dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC).

Selon les évaluations des experts des Nations Unies chargés de surveiller la situation en RDC, le M23 a intensifié ses opérations de recrutement en juillet 2022, ciblant spécifiquement les zones de Rutshuru, Masisi, Walikale et Lubero. De plus, les enquêteurs ont relevé la présence croissante de jeunes combattants en provenance de l’Ouganda et du Rwanda. Les nouvelles recrues étaient souvent dupées par de fallacieuses promesses d’emploi. Plus troublant encore, certains membres du M23 ont confirmé que le colonel Kanyamibwa supervisait des séances d’entraînement militaire à Tshanzu et à Runyoni, conformément à un rapport qui a été soumis au Conseil de sécurité des Nations Unies en décembre dernier.

La décision des États-Unis de sanctionner le Rwanda se base sur la « Loi de prévention de l’utilisation d’enfants soldats de 2008 », une législation visant à éradiquer l’engagement d’enfants dans les conflits armés. Cette loi autorise les États-Unis à imposer diverses restrictions aux pays qui s’adonnent au recrutement d’enfants soldats, notamment en limitant l’aide militaire et d’autres formes de soutien. Il convient de noter que le Rwanda avait déjà figuré sur cette liste en 2013, 2014 et 2016, en raison de ses liens présumés avec des groupes armés, dont le M23, qui étaient impliqués dans l’utilisation d’enfants soldats.

En 2023, les États-Unis ont également révisé cette liste en assouplissant partiellement les restrictions imposées à plusieurs pays, notamment la Turquie, la Libye, la Somalie, la République démocratique du Congo, la République centrafricaine et le Yémen. Cette décision témoigne de la reconnaissance par Washington des efforts déployés par ces nations pour résoudre la problématique des enfants soldats, malgré leurs antécédents controversés. En conséquence, les États-Unis maintiendront leur soutien militaire et d’autres formes d’aide, considérant que ces pays font des avancées significatives dans la résolution de cette grave question.

La restriction de la coopération militaire avec le Rwanda souligne les préoccupations internationales croissantes concernant l’implication de ce pays dans le conflit en RDC, mettant en exergue la complexité des relations diplomatiques dans cette région sensible.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Coup d’État avorté en RDC : le récit poignant de l’épouse de Vital Kamerhe

L'attaque survenue le dimanche 19 mai à la résidence du vice-premier ministre sortant de la République démocratique du Congo, Vital Kamerhe, a plongé sa famille dans un cauchemar dont l'issue aurait pu être tragique...

Reprise du trafic sur l’avenue Nguma à Kinshasa : un pas vers la normalisation de la circulation urbaine

Le ministre des Infrastructures, A. Gisaro, a récemment annoncé la reprise du trafic sur certains tronçons de l'avenue Nguma à Kinshasa, à partir du lundi 20 mai. Cette ouverture concerne spécifiquement le rond-point Kintambo

Éliminatoires Mondial : Silas Katompa forfait contre le Sénégal et le Togo

La Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA) a récemment annoncé un coup dur pour l'équipe nationale de la RDC. En effet, l'attaquant de Stuttgart, Silas Katompa, ne pourra pas participer aux prochains matchs des éliminatoires de la Coupe du Monde 2026...