Révélation d’une fraude de...

L'Autorité de Régulation des Sous-traitances Publiques (ARSP) a récemment mis à jour un réseau de prête-noms orchestrant une fraude évaluée à 535 millions de dollars américains...

Isangi face aux défis...

Le débordement récent du fleuve Congo et de ses affluents a plongé les communautés de Basoko, Isangi et Yahuma, dans la province de Tshopo, dans une crise humanitaire grave. Les inondations ont non seulement détruit des habitations mais ont également submergé

Décisions imminentes de la...

Ce jeudi, la Cour constitutionnelle de la République Démocratique du Congo est sur le point de rendre des décisions cruciales concernant les élections législatives nationales. Leur verdict, attendu le 18 avril

La Belgique renforce son...

La Belgique a réaffirmé son engagement à soutenir la République Démocratique du Congo (RDC) dans ses efforts pour restaurer la paix dans la région tumultueuse de l'Est du pays. L'ambassadrice belge en RDC, Roxane de Bilderling
AccueilA la UneUn arrêt attendu...

Un arrêt attendu : Peter Kazadi obtient gain de cause dans le conflit sur les nominations des chefs de secteurs

Le verdict du Conseil d’État en faveur du ministre de l’Intérieur, Peter Kazadi, concernant l’interprétation de l’article 126 de la Loi organique portant composition, organisation et fonctionnement des entités territoriales décentralisées et leurs rapports avec l’État et les provinces, vient clore un différend qui secouait les plus hautes sphères du gouvernement. Ce débat portait sur la compétence pour nommer les chefs de secteur, un enjeu crucial dans la gouvernance des entités territoriales décentralisées en République démocratique du Congo.

Dans sa décision, le Conseil d’État a statué de manière catégorique : « Le ministre des Affaires intérieures nomme les chefs des secteurs et les chefs adjoints des secteurs. Il reconnaît les Chefs des chefferies et les chefs des groupements. Il peut, par arrêté motivé, suspendre toute autorité chargée de l’administration des circonscriptions territoriales pour compromission dans l’exercice de leurs fonctions ou manquements aux devoirs de leurs charges. »

Cette décision clarifie également la répartition des responsabilités en matière de tutelle sur les organes des entités administratives décentralisées. En vertu de cette interprétation, le ministre des Affaires intérieures détient cette autorité, tandis que les actes sont placés sous la responsabilité des gouverneurs des provinces.

L’arrêt du Conseil d’État met ainsi fin à une période de tumulte et de controverse déclenchée par la nomination par Eustache Muhanzi des chefs de secteur jeudi dernier. Cette démarche était justifiée par Muhanzi comme une tentative visant à renforcer l’autorité de l’État et à revitaliser l’administration au sein des Entités territoriales décentralisées (ETD).

Cependant, cette décision n’a pas été bien accueillie par le ministre de l’Intérieur, Peter Kazadi. Dans une réaction rapide, le même jeudi, Kazadi a émis des instructions claires dans un télégramme, enjoignant les gouverneurs des provinces et les administrateurs des territoires à « ignorer » l’arrêté de son collègue, tout en les avertissant de possibles sanctions.

Cette décision du Conseil d’État, bien qu’attendue, suscite des réactions diverses au sein de la classe politique et de la société civile. Certains estiment que cela renforcera la stabilité et la cohérence dans l’administration des ETD, tandis que d’autres craignent que cela ne laisse place à une centralisation excessive du pouvoir. L’avenir révélera l’impact réel de cette décision sur la gouvernance locale en République démocratique du Congo.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Révélation d’une fraude de 535 millions USD impliquant des sous-traitants dans le secteur minier en RDC

L'Autorité de Régulation des Sous-traitances Publiques (ARSP) a récemment mis à jour un réseau de prête-noms orchestrant une fraude évaluée à 535 millions de dollars américains...

Isangi face aux défis des inondations : appel urgent à l’action gouvernementale

Le débordement récent du fleuve Congo et de ses affluents a plongé les communautés de Basoko, Isangi et Yahuma, dans la province de Tshopo, dans une crise humanitaire grave. Les inondations ont non seulement détruit des habitations mais ont également submergé

Décisions imminentes de la Cour Constitutionnelle sur les législatives du 18 Avril

Ce jeudi, la Cour constitutionnelle de la République Démocratique du Congo est sur le point de rendre des décisions cruciales concernant les élections législatives nationales. Leur verdict, attendu le 18 avril