AccueilA la UneL'Affaire Stanis Bujakera...

L’Affaire Stanis Bujakera : Quand la Liberté d’Expression Devient un Crime [Claudel Lubaya]

Dans le paysage médiatique tumultueux de notre nation, une figure se détache par son engagement sans faille envers la vérité et la justice. Stanis Bujakera, journaliste reconnu pour sa rigueur et son professionnalisme, se retrouve aujourd’hui au cœur d’une controverse qui questionne la liberté d’expression au sein de notre République.

L’accusation de propagation de fausses informations qui pèse sur Stanis Bujakera dans le contexte d’une affaire où l’État et ses organes de sécurité semblent bien en peine de fournir des preuves tangibles, soulève des questions fondamentales sur la protection des droits fondamentaux. Alors que la République connaît une période trouble marquée par l’obscurité des événements, la perspicacité de Bujakera dans la diffusion de l’information est devenue une voix solitaire et cruciale pour éclairer l’opinion publique, malgré les menaces et les intimidations.

Depuis son arrestation arbitraire, le silence médiatique est assourdissant. Les informations vérifiées de Stanis Bujakera manquent cruellement à un public en quête de vérité. Cependant, il est essentiel de rappeler que Stanis Bujakera est un homme dont l’innocence ne fait guère de doute pour de nombreux observateurs. Sa place n’est pas derrière les barreaux, et cette conviction est partagée par de nombreux citoyens, bien que le déni de la réalité semble être devenu la norme.

Pendant le quinquennat qui touche à sa fin, notre pays a été le théâtre de crimes odieux, tant économiques que de sang. Pourtant, à ce jour, aucun responsable n’a été incarcéré. Des morts suspectes, des massacres à Goma, des détournements massifs, des marchés de gré à gré, des rétro-commissions légalisées, des pratiques prédatrices flagrantes, des ressources naturelles accaparées, des délits financiers tolérés, et des dépassements budgétaires inouïs ont entaché la réputation de la République et de ses dirigeants à tous les niveaux.

Dans cette atmosphère pré-électorale, l’acharnement contre Stanis Bujakera, un journaliste qui n’a que la vérité pour boussole, suscite des interrogations légitimes. À qui profite sa détention ? À qui profite son arrestation ? À qui profite l’accusation portée contre lui ? Qui trouve son intérêt dans l’emprisonnement de Stanis Bujakera ? Pendant ce temps, l’enquête sur l’affaire Cherubin Okende demeure dans l’ombre. Où en est-elle ? Où en est l’autopsie ? Qui sont les principaux suspects ? Qui a commandité cet assassinat, et quelles sont les motivations derrière cet acte atroce ?

Rejoignant la chorale de voix appelant à la libération inconditionnelle de Stanis Bujakera, nous posons les questions qui s’imposent.

Manassé Kitemoko Kosi

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.