AccueilA la UneInauguration du Centre...

Inauguration du Centre Hospitalier Universitaire renaissance à Kinshasa

Le 19 décembre 2023 restera gravé dans l’histoire sanitaire de la République démocratique du Congo, alors que le président Félix Tshisekedi a officiellement inauguré la première phase du rénové Centre Hospitalier Universitaire Renaissance, anciennement connu sous le nom de Mama Yemo. Cet événement marque un jalon significatif dans les efforts déployés pour revitaliser le secteur de la santé dans le pays.

Une transformation salutaire

Le ministre de la Santé, le Dr Samuel-Roger Kamba, a salué cette étape majeure, soulignant l’importance de cette initiative dans la refondation du système de santé congolais. Il a rappelé l’état de délabrement dans lequel se trouvait le secteur à l’arrivée au pouvoir du président en 2019. L’hôpital général de référence de Kinshasa, symbole de cette détérioration, était devenu une illustration tragique de l’absence de structures sanitaires modernes.

« À votre arrivée au pouvoir en 2019, vous avez trouvé un secteur de santé complètement abandonné et caractérisé notamment par la vétusté des structures sanitaires et par l’absence de construction ne serait-ce que d’un seul hôpital public depuis l’accession du pays à l’indépendance en 1960. Cette vétusté était symbolisée par l’hôpital général de référence de Kinshasa, qui était devenu le lieu moins représentatif du mot hygiène du mot préventif et curatif. Devant ce constat, vous aviez conduit un diagnostic sans complaisance de notre système de santé, ce qui a amené à la conception d’un plan de refondation de ce système autour de votre vision phare de l’implémentation de la couverture santé universelle (CSU) », a déclaré le Dr Kamba.

Investissement structuré

Le développement de ce centre hospitalier est planifié en trois phases, démontrant un investissement stratégique dans le domaine de la santé. La première phase, inaugurée avec succès, représente un pas important. En complément aux 787 centres de santé construits et/ou réhabilités à travers le pays, d’autres structures notables telles que l’Hôpital Sendwe de Lubumbashi, l’Hôpital de la Muya à Mbuji-Mayi, et l’Hôpital de la CNSS à Lubumbashi ont été érigées sous l’égide du gouvernement congolais.

À ce stade, l’hôpital compte déjà 450 lits, dépassant la capacité de la clinique Ngaliema (270 lits) et rivalisant avec les cliniques universitaires (565 lits). Un scanner de 128 barrettes, le deuxième du pays après celui installé au Camp Tshatshi, renforce les capacités diagnostiques. À terme, le Centre Hospitalier Universitaire Renaissance disposera de 2 500 lits et emploiera environ 6 000 travailleurs, consolidant ainsi sa position en tant qu’une des plus importantes entreprises de la Ville-Province de Kinshasa.

Manassé Kitemoko Kosi
Journaliste chez Bisonews.cd

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.