AccueilAfriqueIsraël en discussion...

Israël en discussion avec le Rwanda et le Tchad pour l’accueil de résidents de Gaza

Tel-Aviv, le [Date] – Israël explore actuellement des pourparlers avec le Rwanda et le Tchad pour faciliter le déplacement de milliers de Palestiniens de la bande de Gaza. Contrairement à certains pays ayant catégoriquement rejeté cette proposition, le Rwanda et le Tchad ont manifesté leur accord pour poursuivre les discussions, selon des informations divulguées par Zman Israel, citant un responsable politique israélien.

Les discussions en cours, orchestrées en collaboration avec le Mossad et le ministère des Affaires étrangères, soulèvent des préoccupations délicates quant à la perception internationale d’un tel déplacement. Le responsable politique insiste sur la nécessité de déployer cette initiative avec précaution, soulignant : « Nous devons faire avancer cette solution tout en faisant très attention aux réactions internationales qui pourraient l’interpréter comme un transfert forcé et non une migration volontaire ». Il ajoute que des conseils juridiques sont étroitement impliqués pour garantir la légalité du processus.

Selon nos sources, l’idée fondamentale derrière cette proposition est d’offrir une généreuse subvention financière à tout Palestinien désireux de quitter Gaza, tout en fournissant une assistance substantielle au pays d’accueil, y compris une aide militaire. Un membre du cabinet politique et de sécurité israélien a déclaré à Zman Israel que, selon eux, « il n’y a pas d’autre solution pour les résidents de Gaza que l’immigration. Ils n’ont nulle part où retourner aujourd’hui. Gaza est détruite et n’a pas d’avenir car elle le restera ».

Le Rwanda, qui a déjà établi des relations solides avec Israël, voit cette proposition comme une solution potentielle à sa pénurie de main-d’œuvre dans le secteur de la construction, malgré une économie en plein essor. Le président rwandais Paul Kagame a effectué une visite officielle en Israël, renforçant ainsi les liens entre les deux nations. Quant au Tchad, qui a établi des relations diplomatiques avec Israël en 2019, il serait également disposé à accueillir des migrants palestiniens, avec une majorité de sa population étant de confession musulmane sunnite.

Jeudi dernier, des informations circulaient sur des discussions secrètes entre Israël et le Congo en vue d’une réinstallation « volontaire » des Palestiniens de Gaza dans ce pays. Une source haut placée au sein du cabinet de sécurité a affirmé que « le Congo serait disposé à accueillir plusieurs milliers de migrants palestiniens ».

Manassé Kitemoko Kosi

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Kinshasa : Daniel Bumba, nouveau gouverneur, sollicite un crédit de 200 millions USD chez FirstBank DRC

À peine installé en tant que nouveau Gouverneur de Kinshasa, Daniel Bumba a rapidement pris des mesures audacieuses pour pallier le déficit budgétaire hérité à l'Hôtel de Ville. Face à des caisses vides, il a engagé des discussions avec FirstBank DRC SA en vue d'obtenir un crédit substantiel de 200 millions USD pour financer ses premiers grands projets de développement urbain.

Koffi Olomidé : Entre liberté d’expression et responsabilité sociale

La récente apparition de Koffi Olomidé au « Panier The Morning Show » de la RTNC a ravivé le débat sur la liberté d'expression et la responsabilité sociale des personnalités publiques en République Démocratique du Congo. Lors de son intervention, le célèbre artiste congolais a suscité la controverse en commentant la situation sécuritaire dans l'Est du pays, notamment l'avancée des troupes du M23 et les tensions frontalières avec le Rwanda.

RDC : Jacky Ndala, derrière Corneille Nangaa à la messe, une alliance inattendue ?

Lors d'une messe dominicale à la paroisse Saint Aloïs, située dans le territoire de Rutshuru sous contrôle de l'armée rwandaise, une présence intrigante a attiré l'attention : celle de Jacky Ndala, ancien coordonnateur national de la jeunesse d'Ensemble pour la République. Il était vu derrière Corneille Nangaa, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), suscitant des spéculations sur un possible ralliement à une nouvelle cause.