AccueilA la UnePressions inquiétantes sur...

Pressions inquiétantes sur les avocats de Stanis Bujakera après l’audience du 12 Janvier

Kinshasa-Gombe, RD Congo – Des avocats congolais font face à des menaces et des pressions inquiétantes à la suite de l’audience du 12 janvier au tribunal de grande instance. Ces menaces interviennent après la mise en détention de Stanis Bujakera, qui, depuis quatre mois, est emprisonné suite à la publication par son média d’un article basé sur une note confidentielle de l’Agence nationale de sécurité (ANR).

L’article mettait en cause les renseignements militaires dans l’assassinat de l’ancien ministre devenu opposant, Cherubin Okende. Les autorités congolaises avaient qualifié la note de fausse, sans fournir d’éléments à l’appui. Cependant, la veille de l’ouverture du procès, un document de la police avait révélé un spécimen de signature que le parquet considérait comme authentique, suggérant ainsi que la note n’était peut-être pas fausse.

Au cours de l’audience du 22 décembre, le parquet avait annoncé que des éléments avaient été transmis à l’expert désigné par le tribunal, suscitant l’espoir que l’accusation serait éclaircie. Cependant, des avocats ont découvert au greffe que la signature et le sceau présentés par l’ANR différaient de ceux du parquet, remettant en question toute l’accusation.

Conformément au Règlement Intérieur des Cours, Tribunaux et Parquets, des avocats se sont rendus au greffe pour prendre connaissance de ces nouveaux éléments. Ils ont constaté des divergences cruciales entre les documents présentés par l’ANR et ceux du parquet, remettant en cause l’intégrité de l’accusation.

À l’audience du 12 janvier, la défense a été surprise d’apprendre que l’expert désigné avait renoncé à sa mission deux mois après sa désignation, invoquant le manque de moyens après la destruction de ses équipements.

Une nouvelle demande de remise en liberté provisoire

Face à ces développements, le collectif de défense de Stanis Bujakera a décidé d’introduire une nouvelle demande de remise en liberté provisoire. La question centrale demeure : pourquoi maintenir Bujakera en prison alors que le parquet s’appuie sur des éléments contestés ?

Une justice congolaise à l’épreuve

La justice congolaise est aujourd’hui confrontée à une question cruciale : assurer le respect des droits de la défense. Dans l’intérêt de la justice, il est impératif de résoudre les incohérences entourant les preuves présentées.

Me Henri Thulliez, représentant du collectif d’avocats de la Défense de Stanis Bujakera, déclare : « J’espère que mes confrères pourront continuer à travailler sereinement sans faire l’objet d’intimidations. Le droit doit enfin être dit, et les droits de la défense doivent être respectés. »

La Rédaction

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Jacquemain Shabani entame mission sécuritaire à Goma sous haute tension

Le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Jacquemain Shabani, a entamé ce samedi 13 juillet une mission délicate au Nord-Kivu, débutant par la ville de Goma.

RDC : L’UDPS en ébullition, Augustin Kabuya conserve le soutien de la Présidence

L'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) est actuellement au cœur d'une tempête politique. Plusieurs membres influents et militants du parti au pouvoir réclament le départ d'Augustin Kabuya, qu'ils accusent de gestion autoritaire et de favoritisme.

Congrès de l’ONEC : Michel Victor Lessay présente le rôle de l’APLC et son bilan face aux défis de la transparence financière en RDC

Lors du Congrès de l'ONEC, Michel Victor Lessay, Coordonnateur a.i. de l'Agence de Prévention et de Lutte contre la Corruption (APLC), a souligné les efforts soutenus de la République Démocratique du Congo dans la lutte contre la corruption, la fraude et le détournement de fonds publics. Il a mis en avant les stratégies de l'APLC ainsi que ses progrès et ambitions futures...