AccueilA la UneStanis Bujakera :...

Stanis Bujakera : 20 ans de prison requis pour un article fantôme

En République Démocratique du Congo, une affaire judiciaire suscite un vif émoi tant sur le plan national qu’international. Au cœur de la tourmente, Stanis Bujakera, journaliste congolais de renom, et directeur de publication adjoint au média en ligne ACTUALITÉS.CD, également correspondant pour le magazine Jeune Afrique. La justice congolaise a requis contre lui une peine de vingt ans de servitude pénale principale, pour des chefs d’accusation graves incluant la contrefaçon, le faux en écriture, l’usage de faux et la propagation de fausses nouvelles.

Le procureur Serge Bashonga a porté ces accusations au tribunal, soulignant le rôle présumé du journaliste dans la diffusion d’un article critique envers les renseignements militaires congolais, relatant les circonstances controversées de la mort de l’ex-ministre des Transports, Chérubin Okende. Curieusement, l’article incriminé, paru le 30 août 2023 sur le site de Jeune Afrique, ne portait pas la signature de Bujakera, ce qui soulève des questions sur les véritables motifs de cette accusation.

Arrêté le 8 septembre 2023, alors qu’il s’apprêtait à quitter le pays via l’aéroport international de N’Djili, Stanis Bujakera est depuis lors détenu, devenant le symbole d’un système judiciaire aux prises avec des critiques sur son intégrité et son impartialité. Cette affaire a même conduit le Chef de l’État à déclarer que Bujakera est « victime de la justice congolaise qui est malade », témoignant des tensions entre le pouvoir judiciaire et le gouvernement, ainsi que des inquiétudes grandissantes concernant la liberté de presse en RDC.

L’arrestation et le procès de Bujakera s’inscrivent dans un contexte de répression accrue contre les voix dissidentes et les médias en RDC, où journalistes et activistes font régulièrement face à des intimidations, des arrestations arbitraires et des violences. Cette affaire soulève des questions cruciales sur la liberté d’expression, la responsabilité des forces de l’ordre et la nécessité de réformes judiciaires dans le pays. Alors que la communauté internationale et les organisations de défense des droits humains se mobilisent, l’issue de ce procès pourrait avoir des répercussions significatives sur l’état de la démocratie et des libertés fondamentales en République Démocratique du Congo.

Éditorial signé par l’équipe de rédaction.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Jacquemain Shabani entame mission sécuritaire à Goma sous haute tension

Le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Jacquemain Shabani, a entamé ce samedi 13 juillet une mission délicate au Nord-Kivu, débutant par la ville de Goma.

RDC : L’UDPS en ébullition, Augustin Kabuya conserve le soutien de la Présidence

L'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) est actuellement au cœur d'une tempête politique. Plusieurs membres influents et militants du parti au pouvoir réclament le départ d'Augustin Kabuya, qu'ils accusent de gestion autoritaire et de favoritisme.

Congrès de l’ONEC : Michel Victor Lessay présente le rôle de l’APLC et son bilan face aux défis de la transparence financière en RDC

Lors du Congrès de l'ONEC, Michel Victor Lessay, Coordonnateur a.i. de l'Agence de Prévention et de Lutte contre la Corruption (APLC), a souligné les efforts soutenus de la République Démocratique du Congo dans la lutte contre la corruption, la fraude et le détournement de fonds publics. Il a mis en avant les stratégies de l'APLC ainsi que ses progrès et ambitions futures...