Affaire François Beya & consorts : les six faits qui énervent les organisations de défense des droits de l’homme (Document) !

Dans un communiqué de presse parvenu à Bisonews.cd, l’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme, ASADHO en sigle, accuse le Président Tshisekedi de laisser l’ANR violer les droits fondamentaux des citoyens congolais impunément.

Très préoccupée, l’ASADHO dénonce le silence du Président Tshisekedi face à la multiplication des cas de violation des droits fondamentaux dont l’Agence Nationale de Renseignements se rend coupable tant à Kinshasa qu’en Provinces.

Elle énumère ainsi six faits qui violent les droits de l’homme.

Ci-dessous, l’intégralité du communiqué de presse !

COMMUNIQUE DE PRESSE N°003/ASADHO/2022

« L’ASADHO accuse le Président Tshisekedi de laisser l’ANR violer les droits fondamentaux des citoyens congolais impunément »

L’Association Africaine de défense des Droits de l’Homme, ASADHO en sigle, est très préoccupée par le silence du Président Tshisekedi face à la multiplication des cas de violation des droits fondamentaux dont l’Agence Nationale de Renseignements se rend coupable tant à Kinshasa qu’en Provinces.

En 2019, l’ASADHO avait salué les mesures courageuses prises par le Président Tshisekedi pour humaniser les missions de l’ANR et mettre fin à l’arbitraire instauré par certains de ses animateurs.

A LIRE  RDC : Mise au point de la présidence de la République sur les allégations de surconsommation des crédits budgétaires distillées dans la presse

Trois ans après la prise desdites mesures, les mauvaises pratiques décriées sous l’administration du Président Joseph Kabila sont revenues. Il s’agit notamment des cas de torture, arrestation pour des faits civils, enlèvements et non accès des personnes arrêtées aux membres de leur famille et aux avocats.

L’ASADHO mentionne de manière particulière les cas ci-après :

1. Monsieur François BEYA, Conseiller Spécial en matière de sécurité du Président Tshisekedi, arrêté depuis le 5 février 2022 n’a jamais eu accès à un avocat ;

2. Monsieur Claude KIDICHO, protocole au CNS, enlevé à partir de son bureau au Mont-Ngaliema, en date du 03mars 2022, s’est retrouvé en détention à l’ANR (UZB). Il n’a pas droit à la visite des membres de sa famille ni accès aux avocats ;

3. Le Colonel Arsène MATATA MISIMBO arrêté et détenu depuis le 14 février 2022 à l’ANR est privé de la visite des membres de sa famille et de la possibilité d’être assisté par un avocat ;

A LIRE  Baisse des prix des surgelés : bientôt 27 300 tonnes de poissons chinchards vont inonder les marchés

4. Monsieur Pierre KALENGA, Commandant de sécurité au CNS enlevé depuis fin février 2022, s’est retrouvé en détention à l’ANR(UZB) sans la possibilité de voir les membres de sa famille ni d’accéder aux services des avocats ;

5. Maître KIAMA, Avocat au Barreau de Kwilu est en détention à l’ANR (3Z) depuis le début du mois de mars 2022, pour un conflit parcellaire. Il n’a pas accès aux membres de sa famille ni à un avocat ;

6. Monsieur Luc MULOPWE, membre du parti politique ECIDE, arrêté et détenu à l’ANR(3Z) depuis le 14 janvier 2022 n’a jamais eu accès aux membres de sa famille ni aux services d’un avocat.

Sans interférer dans les affaires pour lesquelles ces citoyens congolais sont interpelés, il a lieu de constater que les droits fondamentaux leurs reconnus par la Constitution sont systématiquement violés par l’ANR sans que le Président Tshisekedi ne sanctionne les auteurs de tels actes.

L’ASADHO rappelle au Président Tshisekedi que les actes posés par l’ANR violent les articles 18 et 19 de la Constitution de la République Démocratique du Congo, d’une part, et qu’on ne peut pas construire un Etat de droit en acceptant que les lois du pays soient violées pour telle ou telle autre raison.

A LIRE  Mercato OM : Accord total avec Cédric Bakambu, qui va renforcer Marseille !

Le silence du Président de la République est considéré comme une acceptation de ces actes illicites.

Elle appelle avec insistance le Président Tshisekedi à sanctionner et à faire arrêter tous les fonctionnaires de l’ANR qui ont violé la Constitution du Congo.


Fait à Kinshasa, le 28 mars 2022

ASADHO
Pour toute information, prière de contacter :
Me Jean Claude KATENDE : Président National
Téléphone : +243811729908

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.