Au moins 35 députés pro-Katumbi se désolidarisent de la ligne du Parti « Ensemble pour la République » après les déclarations de Kamitatu

Les récentes déclarations du porte-parole de Moïse Katumbi au sujet de la gestion du pays sonnent très mal jusque dans les rangs des députés nationaux affiliés au Président du Tout Puissant Mazembe.

Dans une déclaration faite tard mardi 11 octobre 2022, trente-cinq (35) députés nationaux qui se présentent comme « membres du courant révolutionnaire et progressiste » au sein de la plate-forme politique « Ensemble pour le Changement » appellent Olivier Kamitatu « à faire une nette différence » entre son parti politique (Ensemble pour la République) et leur plate-forme (Ensemble pour le Changement) au sein duquel se trouvent plusieurs partis politiques.

Assurant n’avoir jamais été consultés au sujet de cette sortie médiatique du porte-parole de Moïse Katumbi, ces députés nationaux qui affirment que « le parti Ensemble pour la République se définit aujourd’hui comme un parti d’opposition », appellent cette formation politique à prendre ses responsabilités.

« (…) Le courant Révolutionnaire et progressiste d’Ensemble pour le Changement constate (…) qu’au regard des actes posés par les dirigeants du Parti Ensemble pour la République, celui-ci se définit aujourd’hui comme un parti d’opposition politique (…) Notre courant demande au parti Ensemble pour la République d’en tirer toutes les conséquences de droit, à savoir la démission de tous ses délégués qui occupent les fonctions dans (…) le Gouvernement central, les Gouvernements provinciaux et autres institutions (…) », lit-on dans ce document transmis à Actu7 CD.

A LIRE  Kinshasa : La dépouille mortelle de l'honorable Sapu Kalimasi exposée à l'esplanade du stade des Martyrs !

Dans un clip vidéo enregistré la semaine dernière, l’ancien Ministre du Plan et actuel homme de main de Moïse Katumbi, le porte-parole d’Ensemble pour la République avait vertement critiqué la gestion du pays par Félix Tshisekedi. Abordant les questions électorales, Olivier Kamitatu avait assuré « qu’une minute de plus ne doit être accordée à ceux qui sont censés nous représenter au-delà de la limite fixée par notre constitution ».

Andy Kambale Matuku
Actu 7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.