CENI : « Il faut un consensus, l’Assemblée nationale ne peut pas départager les confessions religieuses » (Inagosi)

« Il n’y a aucune disposition de la loi organique portant organisation et fonctionnement de la CENI qui fait de l’Assemblée nationale l’arbitre ou encore la médiatrice les divergences au sein des composantes », la députée nationale, Geneviève Inagosi.

Ce cadre du Front Commun pour le Congo (FCC) précise aussi que chaque composante est libre selon la loi de désigner ses délégués à la CENI et des transmettre la liste de ses délégués conformément à l’article 10 à l’Assemblée nationale.

« L’Assemblée nationale a une compétence liée, c’est la compétence d’entérinement. Si des divergences il y a au sein des composantes, en tout cas il n’est pas de la compétence de l’Assemblée nationale de les départager ».

En défaut de consensus, l’Assemblée nationale peut tout simplement entériner les délégués des 6 confessions religieuses ?

À cette question, l’ancien ministre de Genres, familles et enfants s’accroche au cas Ronsard Malonda.

« Nous sommes dans la même situation qui a une année, lorsque la candidature de Malonda a été entérinée par l’Assemblée nationale quand bien même que l’Assemblée nationale avait entériné, le président de la République n’a pas investi Malonda. Nous sommes dans la même situation et je suis sûr que le président de la République ne va pas entériner une candidature sans consensus », a-t-elle souligné.

A LIRE  RDC : Vital kamerhe se dit, obsédé à œuvrer pour un Congo qui s'élève et qui marche pour le bien des congolais

Cependant, elle prévient aussi qu’en cas de glissement, ça sera de la volonté manifeste de la majorité au pouvoir.
La Tribune Plus

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.