Comment la RD Congo peut-elle se remettre de la qualification pour la Coupe du Monde et essayer à nouveau lors du prochain cycle ?

Après la douloureuse élimination des Léopards en qualification pour la coupe du monde 2022 au Quatar, la question qu’il faut se poser est de savoir comment envisager l’avenir pour que cela ne se reproduise plus.

Les grands absents du mondial 2022

Histoire d’atténuer un peu la douleur des supporteurs des Léopards, si cela est possible, il nous faut observer que plusieurs équipes légendaires du football mondial seront aussi absentes de la coupe du monde de football.

En premier, citons l’Italie, sacrée championne du monde à quatre reprises et qui est le dernier vainqueur du championnat d’Europe (2020) qu’elle avait survolée avec classe. Elle possède le record du nombre de matchs sans défaite d’affilé à savoir 37 matchs (octobre 2018 à octobre 2021). Imaginez l’abattement des supporteurs italiens après le but marqué par l’équipe de Macédoine du Nord à la 92e minute lors des barrages des éliminatoires.

La Suède et Zlatan Ibrahimović n’iront pas au Quatar. L’Égypte finaliste de la dernière CAN et qui n’a été battue par le Sénégal qu’aux tirs au but ne sera pas non plus du voyage. Il en va de même pour la Côte d’Ivoire, l’Algérie et le Nigéria.

Ni l’équipe de Colombie ni celle du Chili ne sont qualifiées.

Il y a aussi de nombreux joueurs de classe mondiale que l’on ne verra pas à la coupe du monde. Parmi ceux-ci, relevons Erling Haaland, Mohamed Salah, Luis Diaz, Riyad Mahrez ou encore Jan Oblak.

A LIRE  Covid-19 / RDC: "Une menace sérieuse pour la santé publique"( Félix Tshisekedi)

Néanmoins, qualifiées ou non pour la coupe du monde 2022, vous pouvez suivre les matchs des équipes nationales, mais aussi des clubs dans leurs championnats respectifs ainsi que les évènements majeurs tout au long de l’année et ainsi vivre des émotions fortes en jouant sur sports betting sites.

Ce qui ne me tue pas me rend plus fort

stadium-77878_1920

Pixabay

Vous devez connaître cette célèbre phrase, écrite par Nietzsche dans Crépuscule des idoles, qui dit « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort ». Perdre, ce n’est agréable pour personne, mais l’important c’est de se relever et d’aller de l’avant pour prendre sa revanche et gagner.

Rappelez-vous du 17 novembre 1994, où la France battue par la Bulgarie dans les dernières secondes du match qualificatif pour la coupe du monde 1994 est éliminée de celle-ci.

Le traumatisme qui s’en suivit fut énorme. L’équipe de France a su se relever et en 1998 c’est elle qui remportait sa première coupe du monde.

Nombreux sont ceux qui pensent que cette défaite contre la Bulgarie a joué un rôle majeur dans la victoire de 98.

Aux Léopards de faire en 20 226, comme l’équipe de France, car la nouvelle réglementation sera plus favorable aux pays africains.

A LIRE  RDC/état de siège : 8 personnes tuées dans une attaque ADF à Mbingi

48 équipes qualifiées en 2026

Jusqu’à présent, seules 32 équipes dont 5 pour la zone Afrique étaient qualifiées pour la coupe du monde de football. En 2026, pour l’édition qui se déroulera en Amérique du Nord (Canada, États-Unis, Mexique) la donne change.

En effet, le nombre d’équipes admises passe de 32 à 48 dont 9 pour l’Afrique et peut-être une 10e grâce à la place de barrages. Ainsi, au minimum La zone Afrique comptera 4 équipes supplémentaires ce qui offre une excellente opportunité à l’équipe de RD Congo de se qualifier.

Accepter de perdre pour reconstruire

En 2026, les joueurs qui aujourd’hui sont âgés de 18 à 20 ans auront entre 22 et 24 ans. Quant aux joueurs âgés de 32 à 36 ans, ils auront de 36 à 40 ans.

Pour pouvoir espérer aller à la coupe du monde 2026, il va falloir faire des sacrifices et notamment accepter de faire l’impasse sur la CAN 2023.

La chose n’est pas simple à faire sur un plan psychologique et il faudra veiller à bien expliquer la chose aux supporteurs et aux joueurs.

Jouer une rencontre de football est impressionnant pour tout nouveau joueur appelé en équipe nationale et ce d’autant plus s’il est jeune. De nombreuses télévisions filmeront tous ses gestes et ses actions. La moindre de ses erreurs sera vue par tous le monde. Il risque de jouer avec la peur au ventre, car il aura peur de mal faire et de décevoir ses supporteurs.

A LIRE  Muhindo Nzangi : « Mon ambition est de remettre l’ESU sur les rails »

Plus notre jeune joueur va jouer de matchs et plus il prendra de l’assurance. Il jouera donc de mieux en mieux pour son équipe. Il convient donc de l’intégrer le plus rapidement possible dans l’équipe des Léopards pour être certain qu’en 2026, il sera prêt.

Prenons l’exemple d’un joueur de 32 ans qui est bon, qui mérite sa place d’international dans 3 ans, il ne sera peut-être plus aussi performant. Il faudra, lui, trouver un remplaçant en urgence. Le remplaçant en question aura-t-il suffisamment de temps pour acquérir de l’expérience ?

Remplacer un bon joueur par un autre, peut-être légèrement moins bon, en vue de lui faire acquérir de l’expérience n’est pas une décision facile à prendre.

Par ailleurs, des joueurs bons, mais qui ne gagnent pas n’ont pas la victoire en eux, mais portent la défaite.

En 2023, une nouvelle CAN va se dérouler. Nous pensons qu’il faut la faire jouer par de jeunes joueurs, en vue de l’échéance 2026, quitte à faire un mauvais résultat. Nous disons donc que 2026 est une opportunité à saisir dès maintenant en promouvant de nouveaux joueurs pour les aguerrir même si cela va créer des incompréhensions chez certains.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.