« Il est temps qu’on prolonge de 5 à 7 ans le mandat du chef de l’État » ( Me Dieudonné Tshibuabua)

Des réactions fusent de partout en rapport avec l’idée émise par plusieurs leaders politiques de la République Démocratique du Congo, de proposer une révision constitutionnelle sur le mandat présidentiel qui devra passer de 5 à 7 ans.

Dans une interview exclusive accordée à RTNC.CD ce lundi 07 mars 2022, Me Dieudonné Tshibuabua, président de la Fédération de la Diaspora Congolaise, salue cette initiative et pense que cela va permettre au chef de l’État élu aux scrutins démocratiques d’exercer pleinement son travail.

« Au sein de la diaspora nous suivons attentivement ce qui se passe au pays , entant que juriste je pense que la révision de la constitution est toute à fois régulière si on respecte les formes prévues par la constitution sans toucher les articles qui ne peuvent pas être prévus. Donc la constitution ce n’est pas quelque chose qui est figé, ça évolue e fonction de circonstance, en fonction de la nature de ce qu’on veut revisiter et de la réalité politique . En ce qui concerne le Congo on peut faire une révision oui qui doit être encadrée et respectée la constitution elle-même. Il y’a les articles qui peuvent être revus et les autres non » déclare cet avocat de Bruxelles

A LIRE  Covid-19: la RDC compte désormais 897 cas testés positifs

À l’en croire, cette initiative fera partie du socle de développement de Congo-Kinshasa.

« En ce qui concerne le mandat du chef de l’État, la constitution à son article 220 parle de la durée du mandat donc la constitution ne dit pas qu’on ne peut pas prolonger la durée du nombre du mandat . Les élections au Congo on a jamais respecté le délai dans l’organisation. Je suis pragmatique , je pense qu’il faut qu’on revisite certaines choses. Ça ne me frustre pas , qu’on prolonge le mandat du chef de l’État de 5 à 7 ans pour lui permettre d’exercer réellement son travail. Quelqu’un qui a le mandat de 5 ans aura du mal à faire la moitié de son programme. Les deux premières années ont toujours été les années de contestation et après nous sommes dans les années électorales, nous connaissons bien le Congo » martèle Me Dieudonné Tshibuabua

Dans la foulée, ce juriste de formation estime que concernant le nombre du mandat à exercer par un chef de l’État au sommet de l’État, il n’ya que les politiciens qui peuvent décider sur la révision de cette disposition constitutionnelle.

A LIRE  Session de septembre : plusieurs dossiers brûlants attendus à l’Assemblée nationale

« Si les politiciens qui ont mis en place cette constitution, se mettent d’accord autour d’une table pour discuter et revisiter certaines dispositions de la constitution, là ce n’est pas un problème car la constitution est évolutive en fonction de la situation du pays. Je ne vois pas le mal » dit-il

Par la même occasion, Me Dieudonné Tshibuabua appelle également le parlement de la RDC à s’investir davantage à la prochaine session de Mars pour inscrire cette priorité de la révision de l’article 10 de la constitution qui exclut « injustement » les congolais de la diaspora sur la scène nationale.

Au cas contraire, le président de la Fédération Congolaise de la Diaspora menace de mettre sur la table son « plan B » axé sur le dépôt de la pétition lancée depuis plusieurs jours.

« Nous allons continuer avec notre lobbying et démarche au pays. Aujourd’hui nous pensons que la diaspora ne peut pas continuer d’être exclue et subir cette injustice . Nous allons continuer notre pression si les politiciens ne veulent pas toujours traiter ce dossier , nous avec 100 milles signatures de la pétition, en nous appuyant sur ce que prévoit la constitution dans son article 218 et déposer cela aux deux chambres du parlement, pour la révision de l’article 10 et insérer le principe de l’irrévocabilité de la nationalité congolaise d’origine et sa conservation. Ce n’est pas possible de continuer avec cet article de la constitution qui n’a pas sa raison d’être pendant que la diaspora est estimée à plus de 10 millions des congolais qui ont acquis d’autres nationalités. Nous demandons aux congolais de continuer de signer la pétition sur notre sites MINCO-RDC.ORG pour aboutir à cette révision de la constitution à son article 10 telque tient le président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo » conclut-il

A LIRE  Kinshasa : Les médecins menacent de supprimer même le service minimum!

Rappelons que depuis un certain temps, les leaders politiques ont émis une idée visant à réviser la constitution de la République démocratique du Congo, dans son article relatif au mandat présidentiel qui, d’après eux, doit être modifié pour passer de 5 à 7 ans. Ils ont même annoncé pour bientôt une pétition à ce sujet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.