« Je suis l’un des ministres qui n’avaient pas demandé sa reconduction au gouvernement » (Déo Nkusu)

« Je suis le candidat le plus demandé par la population. Et cela est vérifiable sur le terrain. Partout où je passe, je suis réclamé, parce que la province ne va pas bien de Kasangulu à Moanda », affirme, sur Top Congo FM, Déo Nkusu.

Le candidat gouverneur de la province du Kongo Central affirme avoir été signifié depuis « le 12 septembre 2021, que je serai le candidat proposé par l’Union sacrée ».

Sans révéler par qui, le député national, ancien ministre des Relations avec le Parlement (gouvernement Ilunkamba) qui a depuis rejoint l’Union Sacrée, dit s’être préparé à ces élections depuis longtemps.

« Je suis l’un des ministres qui n’avaient pas demandé sa reconduction au gouvernement, j’ai dit ça à Papa Simon Kimbangu (chef spirituel kimbanguiste) et au Premier ministre. J’avais d’ailleurs déjà commencé les contacts avec les députés ».

Province réservée au Chef de l’État

« Il y a un accord et même le président de la République était au courant, mais malheureusement on a tout chamboulé », déplore Déo Nkusu.

A LIRE  Le Groupe BGFI Bank réagit à l’enquête des lanceurs d’alerte

« Il y a des provinces stratégiques qui sont, depuis toujours, réservées au Chef de l’État dont la province du Kongo Central où l’UDPS n’a qu’un seul député provincial et un député national, les candidats de Déo Nkusu aux législatives de 2011 ».

L’ancien gouverneur intérimaire (2012-2013) s’interroge, « comment même les collaborateurs du Chef de l’État se permettent ce crime de lèse-majesté en mettant des gens (après une promesse lui faite)? Il y a un accord au sein de l’Union sacrée réservant la province du Kongo Central » au Chef de l’État.

Pas de candidat de l’Union sacrée

« Il n’y a pas eu un candidat de l’Union sacrée. Quand il s’agit du document de l’Union sacrée, tout l’encadrement de l’Union sacrée doit signer dont les présidents des deux chambres du Parlement, le secrétaire général de l’UDPS, le vice-président Jean-Pierre Bemba et le Premier ministre », explique-t-il.

« Je respecte ma parole. Dès que l’Union sacrée sort un candidat, je m’incline. Ce qui m’intéresse, c’est la victoire de mon compagnon de lutte, Félix Tshisekedi. C’est comme ça qu’il m’appelle. Je veux qu’il n’aille plus mendier les députés demain pour constituer sa majorité. Je suis l’un des anciens piliers de l’UDPS en France », rappelle Déo Nkusu.

A LIRE  RDC : L'évolution du projet intégré de croissance agricole dans les grands-lacs(PICAGL )au centre des discussions entre le ministre de l'agriculture, le gouverneur du Sud-Kivu et le gouverneur de l'Ituri

« Si j’avais seulement dans un coin de ma tête un certain doute sur le candidat de l’Union sacrée, je me serais retiré », rassure Déo Nkusu.

« Quand un Chef choisit un candidat et que ses proches présentent d’autres candidats, on est en train de torpiller le Chef ».

Passé élogieux

« Les critères pour le choix d’un gouverneur seraient être membre de l’Union sacrée, député, compétent, expérimenté, intègre, honnête et populaire, je suis tout cela », précise Déo Nkusu.

« Depuis l’existence du Kongo Central, aucun gouverneur n’a travaillé autant que Mbatshi Mbatsia (dont il était le vice-gouverneur). Il a été accompagné d’un très grand vice-gouverneur. Je suis le vice-gouverneur le plus populaire. Si j’avais un certain goût du pouvoir, j’aurais créé mon parti politique qui aurait eu beaucoup de succès ».

Déo Nkusu rappelle que « nous avons construit des écoles et hôpitaux, nous en avons réhabilité autant ».

Un de 22 candidats gouverneurs, « si je suis élu, je vais commencer là où j’ai laissé la province. J’avais fait les états généraux de l’eau et de l’électricité. Quand j’étais le gouverneur a.i, j’avais baissé mon salaire de 15% et celui de mes ministres de 10%. Je suis en train de battre pour qu’on remette en valeur nos députés provinciaux ».

A LIRE  Assemblée Nationale : Une nouvelle pétition lancée contre Jean-Marc Kabund

Déo Nkusu annonce que « si je deviens gouverneur, l’appui budgétaire sera payé automatiquement et au même moment que les rémunérations de l’exécutif. Je suis le gouverneur qui payais le 22 de chaque mois, je vais supprimer les frais de participation à l’examen d’État ».

L’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs aura lieu le 6 mai prochain.

Barick Bwematelwa
Top Congo FM

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.