Kinshasa suspend les vols de Rwandair

Le gouvernement congolais a suspendu vendredi soir les vols de la compagnie rwandaise à destination de la République démocratique du Congo.

« …au titre des mesures conservatoires, la suspension immédiate des vols de la compagnie d’aviation Rwandair a destination de la République démocratique du Congo », a annoncé le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya.

Sans mâcher les mots, Kinshasa hausse le ton contre le régime de Paul Kagame, premier soutien des terroristes du M23. Lors de la réunion du Conseil superieur de la défense dirigée par le président Félix Tshisekedi, il a établi clairement que l’armée rwandaise soutient militairement le M23 . « Les effets militaires retrouvés sur place, les images détenues par nos forces armées ainsi que les témoignages recueillis auprès de nos populations démontrent à suffisance que le M23 est soutenu par l’armée rwandaise ».

Les autorités congolaises ont dénoncé une « attitude récidiviste » du Rwanda qui « vise à torpiller les efforts de pacification engagés dans le cadre du processus de Nairobi ».

A LIRE  Ituri : les miliciens CODECO sont appelés à déposer les armes par le Canada et la Suisse !

Par ailleurs, le M23 est exclu des pourparlers de Nairobi. En plus, rébellion pro-rwandaise est considérée désormais comme un mouvement terroriste.

Outre la mise en garde adressée au Rwanda, l’ambassadeur du Rwanda accrédité en République démocratique du Congo sera convoqué pour lui notifier la désapprobation totale du gouvernement congolais.

Mercredi, dans un communiqué remis à la presse à Goma, l’armée congolaise a annoncé que « le gouverneur militaire du Nord-Kivu et commandant des opérations » avait « saisi » le Mécanisme conjoint de vérification « pour les investigations sur l’origine (de) graves incidents » survenus depuis la veille.

En effet, précise le texte signé du général Sylvain Ekenge, porte-parole du gouverneur, « plus de 20 obus et bombes tirés de l’Est vers l’Ouest de l’axe routier Goma-Rutshuru ont explosé » mardi et mercredi « sur le territoire congolais ». De plus, dans sa « débandade » après l’attaque d’une position congolaise, « l’ennemi » a abandonné des armes et des effets militaires « non utilisés par les FARDC ni par les terroristes du M23 », ajoute le communiqué.

A LIRE  Hausse des prix sur le marché alors que le taux de change demeure stable : contradiction ou remise en question de la théorie ? (Enquête)

Un haut responsable militaire avait affirmé mardi, sous couvert d’anonymat, que « des tenues de l’armée rwandaise avaient été saisies ». Déjà fin mars, lors de précédents combats avec le M23, le général Ekenge avait clairement déclaré que ce mouvement était « soutenu par les Forces de défense du Rwanda (FDR) », ce que Kigali avait démenti.

Les relations entre Kinshasa et Kigali sont tendues depuis le génocide au Rwanda en 1994 avec l’arrivée massive en RDC de Hutu rwandais accusés d’avoir massacré des Tutsi durant le génocide. Depuis, le Rwanda a été régulièrement accusé par Kinshasa d’incursions au Congo et de soutien à des groupes armés dans l’est du pays.


OURAGAN

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.