La demande de liberté provisoire de Ngoy Mulunda rejetée

La demande de liberté provisoire introduite par l’ancien président de la commission électorale nationale indépendante, Daniel Ngoy Mulunda a été rejetée par la justice, annoncent une source à actu7.

Il y a quelques jours, des informations relayées dans certains médias annonçaient la libération du pasteur Ngoyi Mulunda.

Des informations qui ont été rapidement démenties par les proches du pasteur. « son pourvoi en cassation et sa demande de liberté provisoire avaient été plaidés le mardi 19 avril 2022. L’affaire a était prise en délibéré et jusqu’aujourd’hui, aucune suite », précisaient-ils.

« S’ils ne veulent pas que le Katanga se coupe, ils doivent respecter nos dirigeants, et plus particulièrement notre leader, le président honoraire et sénateur à vie, Joseph Kabila », voilà les propos qui ont valu trois (3) ans de prison à l’ancien président de la CENI (Commission Électorale Nationale Indépendante).

La justice reproche également au pasteur de la Nouvelle Église Méthodiste, proche de l’ancien président de la République, « l’incitation à la haine tribale, propagation de faux bruits », et « atteinte à l’intégrité du territoire national.

A LIRE  Assemblée nationale : Jean-Jacques Mamba demande à Jean-Marc Kabund de démissionner de son poste de premier vice-président

Le verdict a été rendu le mardi 26 janvier, tard dans la soirée, en l’absence des avocats de l’accusé. Daniel Ngoy Mulunda, ancien président de la centrale électorale a été également condamné au paiement d’une amende de 500 000 Francs congolais.

Le verdict avait été mis en cause par la défense du prévenu, dénonçant « des atteintes délibérées et répétées des règles et principes fondamentaux du droit ».


Actu 7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.