« La priorité de la session de mars à l’Assemblée nationale est de réformer la loi électorale » (Rapporteur)

‘Nous allons reprendre les matières qui n’ont pas été examinées ou traitées lors de la précédente session. Il est vrai qu’en priorité, nous pouvons évoquer la loi électorale. Les élections se pointent déjà à l’horizon. Récemment, nous avons reçu le président de la CENI, avec qui nous avons échangé sur le même sujet », affirme, sur Top congo fm, Joseph Lembi Lubula, rapporteur de l’Assemblée nationale.

À six jours de l’ouverture de la session parlementaire de mars, il reste convaincu que  »cette loi sera traitée et examinée en urgence et en premier lieu ».

Reçu par le président de l’Assemblée nationale, le président de la CENI (Photo) a plaidé pour ces réformes soient faites rapidement.

Accusé de geler et de ne pas suivre l’application de différentes recommandations de l’Assemblée nationale faites au gouvernement, et de surcroît visée par une pétition, la rapporteur du bureau de l’Assemblée nationale estime que  »la pétition est permise par le règlement intérieur. Ceux qui ont initié cette pétition sont libres, mais il faut que les griefs qui sont mis à notre charge soient réellement fondés ».

A LIRE  Ni glissement, ni élections bâclées en 2023, exige la Dypro (Déclaration)

Alors que le débat autour d’une éventuelle révision de la Constitution divise la classe politique, Joseph Lembi tempère :  »en ce qui concerne la modification de la Constitution, il y a une procédure, mais elle est longue ».

Au sujet de la démission annoncée du premier vice-président du bureau, il indique que  »l’Assemblée nationale traite des dossiers à caractère public de la nation. L’affaire du premier vice-président de Jean-Marc est une affaire privée. Nous n’allons pas nous focaliser sur ça ».

Le premier vice-président de l’Assemblée nationale Jean-Marc Kabund avait annoncé sa démission via une publication sur son compte twitter le 14 janvier, en pleines vacances parlementaires. Décision prise après l’assaut sur sa résidence des militaires de la garde républicaine, suite à un incident survenu la veille dans lequel ses gardes ont désarmé un membre de ce corps d’élite de l’armée.

Son cabinet avait annoncé, quelques jours plus tard, qu’il s’était ravisé. Mais l’UDPS, à qui revient ce poste, a pris acte de cette démission et a entamé le processus de son remplacement.

A LIRE  Jacques Djoli : « le G13 n’a pas touché aux matières non révisables de la Constitution »

Top Congo Fm

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.