Le dollar, valeur refuge, s’approche encore de la parité avec l’euro

Le dollar, valeur refuge, montait fortement ce lundi 11 juillet, notamment face à l’euro qui s’approchait de la parité face au billet vert, plombé par la possibilité d’une coupure des approvisionnements russes en gaz en Europe.

Les investisseurs s’éloignent des actifs à risque et privilégient le billet vert, qui gagnait 0,92% à 1,0093 dollar pour un euro vers 12H10 GMT (14H10 à Paris), après avoir gagné plus de 1% quelques instants plus tôt.

Le rebond de l’euro de vendredi, quand la monnaie unique avait repris des forces après avoir atteint son plus bas en près de deux décennies à 1,0072 dollar, n’aura pas duré.

Le géant russe Gazprom a entamé lundi des travaux de maintenance des deux gazoducs Nord Stream 1, qui acheminent une grande quantité de son gaz livré encore à l’Allemagne ainsi qu’à plusieurs autres pays de l’Ouest de l’Europe.

Même si les travaux sont prévus de longue date, ils alimentent des inquiétudes déjà nourries la veille par le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire, selon qui il faut se préparer à « la coupure totale du gaz russe (…) aujourd’hui l’option la plus probable ». Cette hypothèse « renforcerait la stagflation, déjà élevée, en Europe », craint Stephen Innes, analyste chez SPI AM.

A LIRE  RDC : la BCC publie les indicateurs du cadre macro-économique du mois de juillet

Risques de fragmentation

La flambée des prix de l’énergie dope en effet l’inflation tout en faisant stagner, voire reculer, l’économie de la zone euro. « Ce scénario va probablement focaliser le marché sur les risques de fragmentation », c’est-à-dire d’écart grandissant entre les taux d’emprunts de différents pays de la zone euro, complète Jane Foley, analyste chez Rabobank.

La croissance atone laisse peu de marge de manœuvre à la Banque centrale européenne (BCE) pour remonter ses taux.

Par ailleurs, les créations d’emploi aux Etats-Unis, meilleures que prévu en juin, selon les chiffres publiés vendredi, renforcent l’idée que la Réserve fédérale américaine (Fed) peut se permettre de remonter ses taux pour limiter l’inflation. Le rapport « tend à confirmer que la Fed va remonter ses taux de 0,75 point de pourcentage lors de sa prochaine réunion », estime Richard Hunter, analyste chez Interactive Investor.

Les analystes de UBS jugent cependant que la vigueur du billet vert ne peut plus durer face à certaines monnaies, car la politique monétaire va commencer à peser sur la croissance américaine. « Nous conseillons à nous investisseurs de ne pas se positionner sur une poursuite de la hausse du dollar, mais de privilégier le franc suisse comme valeur refuge », estime Mark Haefele, analyste chez UBS.

A LIRE  Félix Tshisekedi condamne des actes de vandalisme contre des Indo-Pakistanais.

Vendredi, le franc suisse a atteint un plus haut face à l’euro depuis 2015, à 0,9866 franc suisse. Mais la devise s’inscrivait lundi en baisse de 0,41% à 0,9811 franc suisse face au dollar.


AFP / La Libre Eco

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.