L’ONU s’inquiète de la multiplication de discours incitant à la haine et de la situation sécuritaire dans le pays

Alors que la situation humanitaire a continué de s’aggraver en République démocratique du Congo, avec notamment une persistance d’attaques des groupes armés contre les civils dans les provinces orientales, les Nations Unies sont surtout inquiètes d’un regain de discours et messages incitant à la haine, dans un contexte de compétions politiques.

« Le pays continue d’assister à la propagation de discours de haine et d’incitation à l’hostilité, avec le risque de tensions et de violences ethniques et politiques généralisées », a alerté la Haute-Commissaire adjointe aux droits de l’homme de l’ONU, Nada Al-Nashif.

S’exprimant devant le Conseil des droits de l’homme, elle a tout de même salué « les efforts des autorités pour prévenir les discours de haine ».

A ce sujet, l’ONU estime que le projet de loi Sakata contre le tribalisme, le racisme et la xénophobie, qui a été inscrit pour discussion à l’Assemblée nationale, est une bonne étape.

« Notre bureau continuera à mettre en œuvre ses activités de coopération technique, y compris la formation, le renforcement des capacités et le soutien aux réformes juridiques », a dit la Cheffe adjointe des droits de l’homme de l’ONU, relevant que le leadership du gouvernement est nécessaire pour s’assurer de l’examen « d’importants projets de loi », qui sont en attente depuis plusieurs années au Parlement.

Des tensions liées à la nomination des membres de la Commission électorale

Poursuivant son propos, Mme Al-Nashif a rappelé que des élections doivent se tenir en 2023 mais que le processus connaît actuellement des retards, notamment en ce qui concerne les réformes électorales du fait des tensions liées à la nomination des membres de la Commission électorale.

Elle a appelé le gouvernement à prendre toutes les mesures pour assurer un processus non violent, transparent, inclusif et crédible. « Les efforts visant à élargir l’espace démocratique doivent se poursuivre », a-t-elle fait valoir.

A LIRE  Tueries dans le Parc de Virunga : les FDLR pointent du doigt l'armée rwandaise

De son côté, le Président de l’Équipe d’experts internationaux sur la situation au Kasaï a indiqué que les déplacements de l’Équipe au Nord-Kivu, au Sud-Kivu, dans la province du Tanganyika et dans l’Ituri lui ont notamment permis de constater l’existence de conflits « constamment alimentés par des phénomènes actuels, parmi lesquels la réalité d’une économie de guerre qui vit de ces conflits ; les trafics d’armes ; et l’exploitation frauduleuse des richesses du pays, avec des aspects transfrontaliers et internationaux notoires ».

« Les déplacements de notre équipe nous ont permis de faire un certain nombre de constats. D’abord le besoin de vérité sans laquelle les rumeurs, la stigmatisation et l’incitation à la haine pourront être difficilement combattues », a affirmé Bacre Wally Ndiaye. « Les nombreuses atrocités commises ont commencé par des mots, puis des discours de haine »

Dans ces conditions, la nécessité d’une politique de réconciliation et de tolérance mutuelle ne peut être durable que si elle est soutenue par la réalité d’une présence de l’Etat sur le plan administratif, sécuritaire, judiciaire et social, a détaillé le juriste sénégalais.

Face à ces alertes sur la multiplication de messages haineux, la délégation congolaise a rappelé l’histoire d’un pays « émaillée de nombreux conflits ethniques et tribaux alimentés souvent par les ambitions politiques des dirigeants ». « Les nombreuses atrocités commises ont souvent commencé par des mots, puis des discours de haine », a déclaré le Ministre des droits de l’homme de la RDC, Albert Fabrice Puela.

A LIRE  « Kikaya Bin Karubi a volé l'argent de la République » (Kabuya)

A cet égard, a-t-il indiqué, d’importantes recommandations ont été formulées aux différents organes politiques afin d’élaborer des stratégies de lutte contre les discours de haine. M. Puela a réaffirmé l’engagement de son pays à mettre en place un système de justice transitionnelle et un fonds national de réparation pour les victimes de crimes graves. La justice transitionnelle est essentielle pour débloquer le cercle vicieux de la violence qui persiste dans le pays depuis de nombreuses années, a-t-il souligné.

Près de 7.000 cas de violations et d’abus des droits de l’homme en 2021

Plus largement, la situation sécuritaire a continué de s’aggraver, avec notamment la persistance d’attaques des groupes armés contre les civils, notamment dans les provinces orientales. En 2021, le Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme a enregistré près de 7.000 cas de violations et d’abus des droits de l’homme dans tout le pays.

Malgré une baisse globale de près de 12% par rapport à 2020, les abus commis par les combattants des Forces démocratiques alliées (ADF) ont pourtant augmenté. Les attaques se sont intensifiées contre les civils au Nord-Kivu et en Ituri, malgré l’état de siège en place depuis mai 2021. En outre, les attaques contre les civils par le groupe armé Nyatura et divers groupes Maï-Maï ont également augmenté dans les provinces du Nord-Kivu, du Tanganyika, du Maniema et du Sud-Kivu, selon l’ONU.

Cette insécurité s’est également traduite par un « rétrécissement de l’espace humanitaire dans les provinces touchées par le conflit ». En 2021, les services de la Haute-Commissaire Michelle Bachelet ont documenté au moins 292 incidents de violence contre des acteurs humanitaires, avec sept morts, 29 blessés et 25 enlèvements contre rançon.

A LIRE  Problématique de l'impaiement des députés provinciaux : Jacques Amani sollicite l'implication personnelle de Félix Tshisekedi !

Réunion du Conseil de sécurité à New York


Bintou Keïta

De son côté, la cheffe de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO), Bintou Keïta, a fait le point mardi sur la situation dans le pays devant les membres du Conseil de sécurité de l’ONU.

Elle a déclaré que la situation sécuritaire dans le pays continuait de se détériorer, avec une augmentation du nombre de morts et de blessés civils et des déplacements de populations.

En plus des défis existants, Mme Keita a prévenu les membres du Conseil d’une recrudescence alarmante des activités du groupe armé M23. Des membres de ce groupe armé ont commis lundi des attaques visant des civils près de Rutshuru. Des combats ont également eu lieu dans la zone des trois frontières entre le Rwanda, la RDC et l’Ouganda, près de la ville de Bunagana.

Depuis le début de l’année, la MONUSCO a documenté près de 2.300 morts parmi les civils dans la partie orientale de la RDC.

Dans ce contexte, Mme Keita a indiqué que la mission de maintien de la paix redouble d’efforts pour mieux protéger les civils. Mais, a-t-elle ajouté, il faut être réaliste. Sans une combinaison d’approches ciblant à la fois les causes et les symptômes, les moyens de la MONUSCO et ceux de l’armée congolaise resteront insuffisants face à une telle dégradation sécuritaire.

Elle a réitéré son appel à la mise en œuvre par le gouvernement congolais de stratégies politiques globales, comprenant des mesures et des réformes qui permettront de parvenir à la stabilisation et à une paix durable dans l’est de la RDC.


UN News

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.