Maïs, sucre, riz, huile, tomate, piment, carburant…, les prix flambent sur le marché : la population aux abois

La population de la RDC, en particulier celle de la capitale Kinshasa, est aux abois. Avec les conditions salariales déjà médiocres, elle n’arrive plus à s’approvisionner sur le marché. Pour cause ? La hausse vertigineuse des prix des denrées alimentaires de première nécessité, affectant du coup, le panier de la ménagère. Farine de maïs, riz, sucre, huile, tomates, pain, piment, boissons alcoolisées… tout flambe.

Pourtant, les trois quarts des ménages congolais vivent sous le seuil de la pauvreté. Ils estiment quant à eux que, ce sont les conséquences économiques de la guerre menée par la Russie en Ukraine. Conséquemment, la RDC elle-même est en proie à une guerre sans merci qui décime ses populations dans l’est du pays, laquelle guerre impacte également sur le vécu quotidien des congolais. Lors du dernier conseil des ministres, les membres du gouvernement ont été invités à prendre les mesures nécessaires pour atténuer l’impact de la guerre en Ukraine sur l’économie nationale.

A LIRE  RDC : a fin avril 2022, les dépenses du sénat sont évaluées à plus de 50 millions USD contre les prévisions de 32,7 millions USD

Dans le même ordre d’idées, plusieurs délégués de la société civile montent au créneau pour fustiger cet état des choses, mais le gouvernement est dos au mur, mieux coincé, car il ne semble pas maîtriser la situation. Pour certaines langues, le gouvernement fait la sourde oreille. En ce moment des préparatifs des élections de 2023, les priorités des gouvernants congolais se trouvent dans leur repositionnement et leur réélection. Dans l’entre temps, il s’installe un grand malaise social, surtout que les prix des produits de première nécessité prennent de l’ascenseur tous les jours.

Certains expliquent que la hausse des prix des denrées alimentaires et autres produits, est consécutive à la majoration du prix du carburant à la pompe, qui a des répercussions sur les transports et sur le prix des produits de première nécessité. Il y a également des opérateurs économiques qui font de la rétention de stocks, en attendant de voir comment le marché mondial va évoluer.

A LIRE  Makutano 7: 300 participants et 3 accords signés en soutien au secteur privé

Pourtant, déjà paralysés par les effets de la Covid-19, les kinois font face à une expérience de vie, celle de la hausse de prix des denrées alimentaires, alors que la crise économique bat son plein à travers le pays. L’organisation de Défense des Consommateurs (ODC) en République Démocratique du Congo a déploré cette hausse des prix de denrées alimentaires.

Cette structure a plaidé auprès des autorités du pays, particulièrement au ministère de l’Economie nationale pour la mise en place des stratégies pouvant permettre d’éradiquer ce fléau social, et vivre l’entièreté de la vision du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi qui est ‘’le peuple d’abord’’.

Du côté des spécialistes, un cri d’alarme est lancé pour que le gouvernement agisse en toute urgence, en favorisant la production intérieure et en réhabilitant des routes des dessertes agricoles, afin de permettre l’écoulement des produits vers les centres villes.

JW
congo-press.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.