Masina : Joseph Kabila réclamé à haute voix pour revenir au pouvoir! [Vidéos]

Incroyable mais vrai ! Dans l’après midi du vendredi 15 avril 2022, le président de la République Démocratique du Congo honoraire Joseph Kabila Kabange a été fort ovationné sur son passage dans la commune de Masina à Kinshasa. Une foule composée des gens de tous les âges et sexes scandaient des cris à son honneur appellant le Rais à retourner immédiatement au pouvoir qu’il a quitté en 2018.

Sans connaître exactement d’où il venait et où il allait en ce jour du vendredi saint où la fraîcheur d’après la pluie qui s’était abattue le matin à Kinshasa faisait du bien sur l’organisme humain, les habitants de la Commune populeuse de Masina sont sortis brusquement à sa rencontre, l’obligeant à travers des chants et slogans en son honneur à récupérer son fauteuil présidentiel.

Pour ces manifestants, le Rais Joseph Kabila doit retourner immédiatement au pouvoir prétextant que rien n’irait actuellement au pays après son départ du pouvoir.

Sur le passage de son cortège contraint d’avancer à pas de tortue, les congolais lambda lui faisaient savoir en criant comme si le quatrième président de la République Démocratique du Congo n’en avait pas l’information que le pays va mal et que la vie est devenue intenable.

A LIRE  L'Assemblée nationale accuse le fils de Museveni d’avoir trahi la RDC et annonce la suspension du processus de ratification des accords signés avec l’Ouganda

 » Tout est devenu cher. L’insécurité s’est intensifiée. La ville est devenue plus que salle. Les  » coopa » des ‘ bana kwata’ ne fonctionnent plus comme avant », lançaient les hommes et femmes qui semblent l’escorter gratuitement.

N’eût été sa garde rapprochée, Joseph Kabila aurait vraiment du mal à se débarrasser d’une marée humaine décidée à le retenir le plus longtemps possible sur le lieu alors que la circulation routière était presque paralysée.

Une opinion politique peut s’interroger sur cet événement en ce sens que le fils du M’zee Laurent Désiré Kabila a toujours l’habitude d’emprunter ce chemin en allant à son cher Kingakati ou en revenir sans vivre ce qu’il a vécu en ce jour où les chrétiens du monde entier se souviennent de la mort sur la Croix du Christ Jésus.

Qu’est ce qui aurait alors motivé cet engouement populaire instantané autour de Joseph Kabila ? Pourquoi voudrait -on que le mari à Olive Lembe Kabila retourne aujourd’hui au pouvoir ?

A LIRE  Ministère de l'industrie: Julien Paluku présente son plan richissime à son cabinet

Pour certains, c’est tout simplement un sentiment de grande déception du régime actuel lequel, à son avènement, avait donné aux congolais un espoir de mener une vie où il serait possible pour un petit congolais de manger à sa fin et à au moins trois fois par jour.

Point n’est besoin de le nier, affirme un analyste politique congolais, le peuple congolais souffre cruellement. Il serait déçu de voir plusieurs promesses faites par le président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo n’ont jamais été réalisées. Jamais alors au grand jamais, les congolais espéraient encore entendre dans ce pays les termes maudits comme : corruption, blanchiment des capitaux, détournement des deniers publics. Vol et même tribalisme.

Le peuple congolais voudrait savoir si la vie qu’il mène actuellement serait ce que le chef de l’État lui avait promis en disant solennellement au début de son mandat qu’il ferait avant la fin de ceci de la République Démocratiques l’Allemagne de l’Afrique.

A LIRE  Carburant/Pollution : fin ce lundi 30 août 2021, de l'utilisation de l'essence au plomb dans le monde

Quoi qu’il en soit, l’ambiance de ce vendredi Saint à Masina redonnerait pleinement confiance à l’homme qui a déjà gouverné le plus grand pays francophone du monde. Des rumeurs persistantes évoquent le retour aux affaires politiques de Joseph Kabila en 2023 alors que Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo va naturellement se représenter comme candidat.

La bataille pour les prochaines échéances électorales s’annonce alors impitoyable. Chacun des candidats essayerait comme le veut la tradition politique en la matière de parler en mal de l’autre candidat pour se faire élire comme le prochain et 6e président du pays de Kimbangu.

Qui vivra verra !

Philippe Dephill Lipo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.