Rester informé sur l'actualité de la RDC et d'ailleurs

Situation Épidémiologique en RDC

samedi, octobre 16, 2021
57,269
Personnes infectées
Updated on October 14, 2021 6:51 pm
5,250
Personnes en soins
Updated on October 14, 2021 6:51 pm
50,930
Personnes guéries
Updated on October 14, 2021 6:51 pm
1,089
Personnes mortes
Updated on October 14, 2021 6:51 pm

Minerais de sang: le Rwanda de nouveau cité dans un rapport de l’ONU comme financier des rebelles à l’Est

Le Rwanda vient à nouveau d’être cité dans un nouveau rapport de l’ONU comme financier des groupes armés à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC).

Selon l’entreprise de médias et informations canadienne « The Globe and mail », cette enquête des experts de l’ONU met en lumière le rôle du Rwanda dans des réseaux de contrebande sophistiqués qui extraient l’or et le coltan des zones de conflit congolais; et acheminent illicitement les minéraux d’importance stratégique dans la chaîne d’approvisionnement mondiale des produits de consommation comme les téléphones portables, les ordinateurs et les bijoux.

Cette contrebande alimente également les violations militaires et des droits de l’homme en Afrique centrale , tout en nuisant aux efforts soutenus par les entreprises de la région pour réglementer le commerce des minéraux, selon les preuves.

Alors que des dirigeants actuels de deux pays prétendent nettoyer le commerce souterrain: des nouvelles preuves tirées d’un rapport des Nations Unies et d’une affaire d’arbitrage d’investisseurs très médiatisée; ont révélé comment ces réseaux fleurissent au Rwanda et en République démocratique du Congo.

Le dernier rapport du Groupe d’experts de l’ONU sur la RDC, soumis au Conseil de sécurité de l’ONU en juin, décrit comment l’or et le coltan sont passés en contrebande de la RDC au Rwanda, où les taxes sont beaucoup moins élevées.

Le coltan dissimulé dans des pirogues et autres bateaux sur le lac vers le Rwanda

Le coltan est souvent dissimulé dans des pirogues et autres bateaux sur le lac Kivu, qui chevauche la frontière entre les deux pays, ou caché dans des compartiments secrets dans des camions.

Cette étude rappelle par exemple que lors d’un incident en mars dernier, un camion traversant la frontière entre la RDC et le Rwanda transportait 24 sacs de coltan de contrebande. Le rapport de l’ONU comprend des photos de sacs de coltan de 10 et 20 kilogrammes dans l’est de la RDC, vendus par des commerçants non enregistrés à des acheteurs rwandais sur les routes de contrebande. Il contient également des entretiens avec des contrebandiers de minerais qui ont parlé ouvertement des routes illicites à travers le lac Kivu vers le Rwanda.

En conséquence, les consommateurs occidentaux de gadgets technologiques et de bijoux n’ont aucune assurance que leurs achats ne contribuent pas aux conflits et aux abus au Congo. Et les nouvelles preuves ajoutent aux doutes sur le miracle économique tant vanté du Rwanda, qui a attiré des milliards de dollars des donateurs et des budgets d’aide étrangère au cours du dernier quart de siècle.

A LIRE  Covid-19/RDC: la barre de 700 cas dépassée, le cumul est de 705
A LIRE  Société : « L’Etat de droit est né quand Joseph Kabila avait promulgué la constitution en 2006 » (Ngoyi Mulunda)

Le secteur minier du Rwanda, avec des revenus officiellement évalués à 412 millions de dollars US par an, est le deuxième plus gros producteur d’exportation du pays et l’une des industries clés qu’il revendique comme la preuve d’un boom économique diversifié. Les revenus de l’industrie ont augmenté régulièrement pendant des années, ajoutant à la flambée du PIB du Rwanda.

Mais des études récentes dans des revues académiques ont remis en cause les statistiques économiques du pays. Les nouveaux rapports de contrebande pourraient susciter des questions de la part des investisseurs et des donateurs sur le véritable état de l’économie rwandaise.

Ainsi, la contrebande continue d’alimenter les conflits et l’instabilité en RDC, ont-ils déclaré dans leur dernier rapport. L’exploitation minière dans la région « reste dangereuse, exposée à la violence et aux abus et manque souvent d’une gouvernance appropriée et transparente par toutes les parties » , indique le rapport.

Rubaya, riche en coltan, victime de la convoitise du Rwanda

Les chercheurs de l’ONU ont cité la région de Rubaya dans l’est de la RDC, qui fournit environ 15 pour cent de l’approvisionnement mondial en coltan. Malgré les réglementations visant à garantir que les approvisionnements mondiaux en coltan n’alimentent pas les conflits, les chercheurs ont trouvé des preuves d’affrontements armés, de distribution d’armes et d’autres abus sur les sites d’extraction de coltan autour de Rubaya.

Des machettes et des fusils d’assaut Kalachnikov faisaient partie des armes distribuées aux creuseurs de mines pour être utilisées lors d’affrontements, selon le rapport. Des hommes armés – dont des policiers – ont incendié des magasins et des maisons, emprisonné des creuseurs et battu certains d’entre eux, avec deux décès confirmés. Le trafic de minerais et la fraude étaient courants dans les mines.

Le rapport de l’ONU est étayé par des preuves d’un investisseur minier américain, Bay View Group, dans une affaire d’arbitrage au Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements, une institution de la Banque mondiale.

50% des mineraux et 90% du coltan qu’exportent le Rwanda proviennent de la RDC (Société Bay View)

A LIRE  Pour lutter contre la propagation du virus covid-19, la REGIDESO a augmenté sa production d’eau potable !

Bay View, l’un des plus gros investisseurs dans le secteur minier rwandais de 2006 à 2016, demande maintenant 95 millions de dollars de dommages et intérêts au gouvernement rwandais, alléguant que le régime a saisi les actifs de l’entreprise parce qu’elle refusait de participer à la « contrebande illégale rampante » de coltan et d’autres minerais congolais au Rwanda.

A LIRE  Armée: 21 Officiers généraux mis à la retraite (Ordonnance)

L’une des concessions d’une entreprise se trouvait près de la frontière congolaise, ce qui en aurait fait « un terrain idéal pour la contrebande de minerais », explique Bay View.

La société estime que la valeur de la véritable production des mines rwandaises n’est que d’environ 20 millions de dollars US par an – une petite fraction des 412 millions de dollars US que le gouvernement a réclamés dans ses chiffres d’exportation.

« On pense que plus de 50 pour cent de tous les minéraux exportés du Rwanda proviennent de la RDC et que plus de 90 pour cent du coltan exporté du Rwanda provient de la RDC« , a déclaré la société au centre d’arbitrage dans sa réclamation.

Bay View a noté que le Rwanda ne divulgue que la quantité de minéraux que le pays exporte, pas la quantité qu’il produit. Cela permet au Rwanda de prétendre que les minerais de contrebande de la RDC proviennent en fait du Rwanda, augmentant ainsi ses statistiques économiques, a déclaré la société.

La société a également déclaré que les exportations officielles de minéraux du Rwanda ont considérablement augmenté depuis 2013, malgré ses faibles niveaux de production minière. « La seule façon dont cela pourrait être possible est que le Rwanda passe en contrebande des minéraux de la RDC, les étiquette comme Rwandais et les exporte dans le monde comme Rwandais. »

D’autres sociétés témoignent sur la contrebande du Rwanda en RDC

D’autres témoins, qui ont fourni des déclarations dans l’affaire d’arbitrage à l’appui de Bay View, ont fourni d’autres preuves de contrebande.

Christophe Barthelemy, ancien directeur général de Phoenix Metals Ltd., une société rwandaise de négoce et de fusion, a déclaré qu’il était largement connu dans la communauté minière que « des quantités relativement importantes de minerais » en provenance de RDC étaient étiquetées comme rwandaises et que les commerçants illégaux n’encouraient aucune conséquence. .

« Les commerçants/mineurs rwandais vendraient du coltan de la RDC à des acheteurs chinois, qui ne s’intéressaient pas à l’origine des minéraux », a-t-il déclaré dans sa déclaration

A LIRE  Construction des Sauts- de mouton à Kinshasa :" c'est de l'argent jeté qui pouvait servir à la construction des routes" (ordre des architectes de la RDC)

Le gouvernement rwandais réfute toutes les allégations


Les déclarations sur la contrebande de minerais sont « sans fondement et calomnieuses » et ont été faites « uniquement dans une tentative malavisée d’embarrasser le Rwanda », a déclaré le gouvernement.

Il a déclaré que le Rwanda est « à la pointe des efforts visant à empêcher la contrebande de minerais en provenance de la RDC ».

A LIRE  Covid-19/RDC: la barre de 700 cas dépassée, le cumul est de 705

Les preuves de la contrebande, cependant, vont au-delà du commerce du coltan. Le rapport de l’ONU et d’autres études ont documenté la contrebande massive d’or congolais à travers le Rwanda vers les marchés étrangers.

Les chercheurs de l’ONU ont détaillé, par exemple, comment l’or est acheminé au Rwanda depuis un grand site minier contrôlé par l’armée congolaise et ses alliés des milices à Walikale, dans l’est de la RDC, malgré une loi interdisant la présence de soldats sur les sites miniers. Au moins 2 500 creuseurs artisanaux travaillent sur le site minier, selon le rapport de l’ONU.

Les autorités minières de l’est de la RDC ont déclaré aux chercheurs de l’ONU que presque tout l’or produit autour de Walikale avait été omis des registres officiels l’année dernière. Seule une « infime fraction de la production réelle » a été officiellement enregistrée, et l’or produit dans la région était généralement passé en contrebande au Rwanda ou en Ouganda, selon le rapport.

Le rapport détaille également comment les exportateurs congolais ont utilisé le Rwanda comme voie de contrebande pour envoyer de l’or à Dubaï et à Hong Kong depuis des endroits de l’est de la RDC où la production d’or était contrôlée et taxée par une milice armée connue sous le nom de Mai-Mai Yakutumba.

Le gouvernement rwandais n’a pas commenté le dernier rapport de l’ONU, mais plus tôt cette année, il s’est plaint que le Groupe d’experts de l’ONU avait un « manque de bonne foi » et un « manque de rigueur ».

Le gouvernement a déclaré avoir fourni au groupe des preuves de ses efforts de lutte contre la contrebande, y compris des minerais saisis. Il a également déclaré au groupe qu’il n’avait détecté aucun cas de contrebande de novembre 2020 à avril 2021.


MEDIA CONGO PRESS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.