Présidentielle de 2023 : des alliances et rapprochements politiques inattendus !

Face à la grande année électorale 2023 en vue, des manœuvres s’accélèrent entre les acteurs politiques comme pour annoncer les joutes à venir. Si des anciennes alliances s’effritent, celles nouvelles tentent de se créer alors que l’unité et la réconciliation de façade se font, pourvu que l’on reste au-devant de la scène politique.

Les candidats déclarés et ceux en embuscade se jaugent de loin comme de près, multipliant des déclarations par des seconds couteaux proches de leur idéologie dans un branle-bas de combat connu depuis des longues années à l’approche de grandes échéances politiques.

Des rencontres parfois inattendues et à priori inédites sont-elles des signes avant-coureurs du bouleversement du paysage politique à venir bientôt ?

Si Martin Fayulu et Augustin Matata se sont affichés tout sourire dehors devant les objectifs des photos-caméras pour annoncer ce qui sera peut-être leur future et nouvelle alliance inattendue, juste avant d’exploser comme en plein air dans une colère inexpliquée.

Devant des journalistes médusés, Fayulu n’a pas carrément hésité de traiter un politique dont il n’a pas citer le nom de « Bolole », ce qui veut dire « imbécile » en lingala, pour la simple raison qu’ils n’émettent plus aujourd’hui sur la même longueur d’ondes politiques.

Un raisonnable Muzito ?

C’est loin de ces mêmes objectifs photos et caméras qu’Adolphe Muzito a repris langue avec Jean-Pierre Bemba Gombo pour échanger autour des enjeux de l’heure dans le pays ; une préfiguration d’une nouvelle heure de rapprochement pendant que les élections de 2023 approchent à géants pas.

Hier encore jusqu’auboutiste aux côtés de Martin Fayulu dans leur combat pour la vérité des urnes, le président du parti politique Nouvel Elan a surpris son monde via les réseaux sociaux dans un tweet daté du 10 mai 2022 en lançant des éloges à l’endroit du gouvernement Sama Lukonde pour ses performances économiques, une prise de position qu’on ne lui avait jamais connu depuis près de quatre ans.

A LIRE  RDC : Samy Badibanga dépose sa candidature au poste de "1er vice-président" du Sénat et "compte sur la sagesse" des sénateurs


Adolphe Muzito

Adolphe Muzito serait-il devenu pragmatique politique que de demeurer dans le radicalisme parfois obtus de son allié Fayulu qui se rapproche aujourd’hui de Matata, « symbole du Kabilisme » qu’il avait toujours dénoncé avec véhémence ? Ici sans doute plus qu’ailleurs la politique est dynamique voir déroutante.

Selon certaines sources, en se rapprochant de nouveau de Jean-Pierre Bemba proche du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi au sein de l’Union Sacrée de la Nation, Adolphe Muzito ne serait plus politiquement sur la même longueur d’onde que son ami Marti Fayulu.

Il reprocherait à ce dernier un « problème de conviction politique et divorce d’avec la vision créant la coalition LAMUKA. Fayulu ne reconsidérant pas l’évolution des choses et de se radicaliser contre le régime Tshisekedi alors que tous les anciens leaders de ladite coalition ont évolué dans leur vision ».

« Les alliances étant à l’image de la politique elle-même, à savoir hyper personnalisées. Les partis politiques étant davantage des machines au service des présidents fondateurs ou autorités morales que des réceptacles d’idéologie à même d’inspirer une vision et in fine une offre politique traduite en un programme cohérent et lisible » écrit un confrère analyste du microcosme kinois.

A LIRE  Pétition contre Mboso : Lihau dit non et appelle les députés à soutenir l'ensemble du bureau !

« Pas donc sûr que les alliances qui se dessinent soient fondamentalement différentes de précédentes. Les années passent, mais la manière de faire de la politique demeure quasiment la même. Tout tourne autour du positionnement ou du repositionnement personnel des propriétaires des partis politiques. Les militants, tels des variables d’ajustement, sont là pour acter les options levées par l’autorité morale, non pas à l’aune de l’idéologie ou tout au moins de l’identité du parti mais en fonction de l’équation individuelle du chef » souligne ce même confrère.

Unité et réconciliation katangaises…

Parmi les manœuvres politiques saillantes de la dernière semaine, cette rencontre dite « d’unité et de réconciliation katangaises » qui a fait couler de l’encre. Entre autres résolutions importantes, il faut signaler ce vœux des katangais d’accéder « rapidement au fédéralisme » du pays qu’ils appellent de tous leurs vœux ; mais aussi la fin de cette « épine » dans leur pied avec les hostilités de la milice tribale « Bakata Katanga » de triste mémoire. Les participants ont également formulé une demande quant à la libération des Katangais arrêtés pour leurs opinions politiques

Le fait qui aura marqué cette rencontre demeurera cette poignée des mains publique et l’accolade du dimanche 22 mai 2022 lors de la messe en la cathédrale Saint Pierre et Paul de Lubumbashi entre Joseph Kabila, ancien Chef d’Etat et Moïse Katumbi, ancien gouverneur de l’ex-province du Katanga. Deux personnalités qui n’étaient plus en « odeur de sainteté » depuis leur rupture politique en novembre 2015.

Autre symbole de réconciliation entre les deux hommes, ce lavage des mains dans une bassine d’eau bénite sur le parvis de l’église comme pour marquer un nouveau départ.

A LIRE  Loi Tshiani : “Le Chef de l’Etat a usé de sa sagesse pour calmer la tempête” (Nsingi Pululu)

Autres moments forts de détente, les matchs de l’après-midi dans le Stade TP Mazembe avant le repas partagé au soir en l’absence de Moise Katumbi tout comme ceux des gouverneurs Jacques Kyabula (Haut-Katanga) et Fifi Masuka (Lualaba) où Joseph Kabila s’est adressé aux jeunes les appelant à « faire le suivi des recommandations du forum ».

L’enthousiasme était si débordant que quelqu’un s’est écrier parmi les participants au diner de réconciliation dans la salle à l’endroit de Joseph kabila « On n’est pas encore fatigué de toi » avant la réponse du concerné « « Je ne suis pas non plus fatigué de vous ». Une réponse en pleine interrogation technique sur la possibilité juridique du retour en course pour la future élection présidentielle du sénateur à vie.

Comme il fallait s’y attendre, en véritable « patron » de cette rencontre, Kabila n’a pas manqué de rappeler en Swahili au cours de la soirée : « Le plus important dans cette cérémonie de l’unité du Katanga, ce ne sont pas les résolutions qui en sont ressorties, mais surtout leur application ; vérifier dans la suite si ces résolutions seront réellement appliquées. Nous allons nous appliquer à tout ce que l’Église nous a recommandé.

Roger Diku et Thaddée Luaba Wa Ba Mabungi
Afriwave

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.