Procès 100 jours : Vital Kamerhe ce mercredi devant la barre

Le feuilleton judiciaire de Vital Kamerhe est loin de connaître son dénouement.

La réouverture du procès après la décision de la Cour de cassation est prévue ce mercredi 11 mai 2022 à la Cour d’appel de la Gombe.

Condamné à 20 ans de prison par le tribunal de grande instance de la Gombe pour détournement de deniers publics destinés au programme de 100 jours du président de la République, le président de l’Union pour la nation congolaise (UNC) a vu sa peine allégée à 13 ans au niveau de la Cour d’appel de la Gombe. Ainsi, le compteur est remis à zéro avec l’annulation de sa condamnation au niveau de la Cour de cassation.

Tous les regards sont tournés donc sur ce procès qui fixera le sort de l’ancien directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. Cependant, en cas d’un probable acquittement, Vital Kamerhe deviendra ainsi éligible à la présidentielle de 2023. Son neveu Massaro détenu à la prison centrale de Makala pour la même affaire, a bénéficié de la liberté provisoire.

A LIRE  Kikwit : une femme arrêtée pour trafic d'êtres humains

Condamné en avril 2020 à 20 ans de prison, il avait vu sa peine réduite en appel à 13 ans de servitude pénale. Non satisfait, Vital Kamerhe avait alors décidé d’attaquer l’arrêt de la cour d’appel de Kinshasa devant la Cour de cassation. Parallèlement, il avait pu obtenir, en décembre dernier, une liberté provisoire et une autorisation d’aller se faire soigner en France.

Selon cette haute juridiction, le juge de la Cour d’appel avait « violé le droit de la défense » de Vital Kamerhe. La Cour de cassation affirme «que l’affaire n’était pas en état» d’être jugée. Le dossier est renvoyé devant la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe et de nouveaux juges seront désignés. Les avocats de Vital Kamerhe se montrent confiants, clament toujours son innocence et espèrent son acquittement.

Dans un communiqué publié juste après la décision de la Cour de cassation, le parti de Vital Kamerhe a rendu hommage à Félix Tshisekedi, pour dit-il «son sens élevé de devoir d’État». «Il est resté, tout au long de la procédure, au-dessus de la mêlée garantissant l’indépendance de la Justice», a rappelé le secrétaire général de l’UNC, Billy Kambale. Dans le même registre, le parti de VK a salué, «la progression manifestée dans l’effectivité de l’État de droit en RDC».

A LIRE  Justice: la sénatrice Goya Kitenge confirme sa plainte contre Thambwe Mwamba


OURAGAN

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.