RDC : malgré l’interdiction de la BCC, les cambistes continuent d’afficher le taux de change publiquement

Les spéculations autour du cours de change, acheteur et vendeur, semblent gagner de plus en plus du terrain sur le marché parallèle en République Démocratique du Congo (RDC).

À ce jour, dans les différents bureaux de change et auprès des cambistes (personnes physiques) agréés ou non agréés, le taux de change affiché est de l’ordre de 2 200 CDF pour un dollar américain.

Cependant, la Banque Centrale du Congo (BCC) a formellement interdit depuis 2017 l’affichage public du cours de change acheteur et vendeur.

« Conformément aux dispositions réglementaires de l’instruction administrative N°007, modification N°2, du 6 septembre 2017, la Banque Centrale du Congo avait fait savoir que seuls les bureaux de change et cambistes manuels personnes physiques agréés sont habilités à effectuer les opérations de change manuel en République Démocratique du Congo (RDC)», lit-on dans un communiqué de la Banque Centrale du Congo daté du mois d’août 2020.

A cette époque, la Banque Centrale du Congo avait fait savoir que les bureaux de change et les cambistes étaient tenus d’afficher leurs cours de change exclusivement à l’intérieur de leurs locaux.

A LIRE  Transport en commun : Grève des chauffeurs, que reclament-ils?

Au vu de la situation du marché de change au début d’année 2023, l’instruction de l’Institut d’émission semble restée une lettre morte.

La tendance spéculative observée au niveau du marché parallèle risquerait d’impacter sur les prix des produits de première nécessité dans les différents marchés locaux. Ce, dès lors que la Republique Démocratique du Congo importe près de 90% des produits de consommation de base.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.