Rester informé sur l'actualité de la RDC et d'ailleurs

Situation Épidémiologique en RDC

samedi, octobre 16, 2021
57,269
Personnes infectées
Updated on October 14, 2021 6:51 pm
5,250
Personnes en soins
Updated on October 14, 2021 6:51 pm
50,930
Personnes guéries
Updated on October 14, 2021 6:51 pm
1,089
Personnes mortes
Updated on October 14, 2021 6:51 pm

Sankuru : la population décrit les tracasseries des militaires

Les habitants de Tshumbe, territoire de Lubufu, province du Sankuru, baignent dans la tracasserie à outrance des militaires depuis bientôt trois semaines. Ces derniers, 15 au total, venus de Lodja avec épouses, ont assiégé le bureau du secteur de Mondja Ngando basé dans cette cité.
Selon nos sources , ces 15 militaires sous commandement d’un lieutenant, un certain John, se livrent à la tracasserie de la population. Au-delà de dépouiller les pauvres citoyens de tout, ils les soumettent à une bastonnade systématique. Il semblerait qu’un vieil homme qui a tenté de protester en «otetela kema fumbe» contre leur dickat, se retrouve sur le lit de l’hôpital à cause de la frappe subie. De même, deux commerçants qui ont résisté à ces agents de l’ordre, ont été tabassés à mort.
Alors que la population se demande que font ces militaires terroristes à Tshumbe alors qu’ils sont censés être uniquement à Lusambo ou à Lodja, deux villes du Sankuru, le vice-gouverneur assumant la fonction de son titulaire confiné présentement en France, n’est pas au courant de cette présence militaire à Tshumbe, tout comme le ministre provincial de l’intérieur du Sankuru, moins encore l’administrateur du territoire intérimaire de Lubefu. Ce dernier prétexterait qu’il y a des bandits et des coupeurs de route dans son secteur à mater.
Par ailleurs, au conseil provincial de sécurité à Lusambo-ville, le colonel Kalala aurait avoué que c’est lui qui a déployé ses éléments à Tshumbe, mais sans aviser les autorités politico-administratives. Et ses éléments, non seulement, s’illustrent par la violation des consignes, mais aussi par celle de droits humains.
Les notables de Lusambo-ville, de leur côté, font savoir que la vacance du gouverneur de province influe négativement sur le comportement des autorités policières et militaires au Sankuru, qui se considèrent comme des maîtres de cérémonie dans une républiquette, mieux dans une république bananière. Les habitants de Sankuru déplorent donc ce comportement  que doivent réprimander leurs hiérarchies respectives.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.