Rester informé sur l'actualité de la RDC et d'ailleurs

Situation Épidémiologique en RDC

dimanche, septembre 26, 2021
56,617
Personnes infectées
Updated on September 26, 2021 3:55 am
24,676
Personnes en soins
Updated on September 26, 2021 3:55 am
30,858
Personnes guéries
Updated on September 26, 2021 3:55 am
1,083
Personnes mortes
Updated on September 26, 2021 3:55 am

USA : Le Capitole de nouveau frappé par la peur

L’individu qui menaçait de faire exploser une bombe près du Capitole à Washington s’est rendu jeudi, après des heures de négociations tendues dans cette ville encore meurtrie par le souvenir du violent assaut mené le 6 janvier par des manifestants pro-Trump.

Le suspect, âgé de 49 ans, a été identifié sous le nom de Floyd Ray Roseberry par la police.

Cet homme blanc au crâne rasé et portant le bouc s’était filmé en direct dans la matinée sur un compte Facebook au nom de Ray Roseberry, en proférant des menaces incohérentes.

Le suspect est sorti de son véhicule et s’est rendu sans résister, a annoncé le chef de la police du Capitole, Thomas Manger, en début d’après-midi.

Il a été placé en détention sans incident, a précisé M. Manger, en indiquant ne pas encore savoir si des explosifs se trouvaient bien dans le véhicule.

L’enquête sur les lieux est encore en cours et il faudra des heures pour s’assurer que le périmètre est sécurisé.

La camionnette noire était stationnée sur le trottoir devant la bibliothèque du Congrès.

À ce stade, les enquêteurs ne disposent pas d’éléments indiquant que le suspect avait des complices, a déclaré le policier lors d’une conférence de presse.

Je crois que sa mère était décédée récemment, et nous avons parlé avec des membres de sa famille, il était aux prises avec d’autres problèmes, a révélé M. Manger.

Sur des images de la chaîne NBC, on peut voir le suspect sortir de son véhicule, lever les bras en s’agenouillant puis ramper vers les policiers.

Autant que nous le sachions, cela a simplement été sa décision de se rendre à ce stade, a expliqué le chef de la police du Capitole.

Ses messages sur les réseaux sociaux suggèrent qu’il fait partie du mouvement pro-Trump MAGA, acronyme de « Make America Great Again » (Rendre sa grandeur à l’Amérique), le slogan de l’ex-président Donald Trump, a souligné le groupe de surveillance des sites extrémistes SITE.

Facebook a depuis rendu son profil indisponible et enquête sur les faits, a indiqué à l’AFP un porte-parole de la plateforme.

J’essaye d’avoir Joe Biden au téléphone, déclarait le suspect dans la vidéo consultée par l’AFP, où il tourne parfois son objectif vers le Capitole, de l’autre côté d’un parc.

Je vous le dis, si les snipers arrivent, qu’ils commencent à tirer sur cette fenêtre, cette bombe explosera, disait-il en référence aux tireurs d’élite déployés sur les lieux.

Des tireurs d’élite ont pris position dans le secteur.

L’individu suggérait par ailleurs que quatre autres bombes avaient été placées ailleurs, dans d’autres voitures. Il s’attaquait au parti démocrate de Joe Biden, majoritaire au Congrès.

Vous savez ce que vous faites, les démocrates? Vous tuez l’Amérique. Vous donnez aux gens l’envie de quitter l’Amérique.

Les forces de l’ordre restaient déployées en milieu d’après-midi autour d’un vaste périmètre encerclant le siège du Congrès américain. Le FBI et la police de Washington participaient à l’opération.

Immeubles évacués

Tous les immeubles aux alentours, la Cour suprême, le siège du parti républicain ainsi que les bureaux du Congrès, avaient été évacués dans la matinée.

C’est à 9 h 15 que cet individu au volant d’une camionnette noire est monté sur le trottoir devant la bibliothèque du Congrès, qui fait face au majestueux dôme du Capitole.

Le conducteur de la camionnette a dit à l’agent arrivé sur les lieux qu’il avait une bombe et il semblait, selon l’agent, qu’il y avait un détonateur dans la main de cet individu, a précisé M. Manger.

Le Congrès n’est pas en séance cette semaine, mais des employés et assistants parlementaires étaient présents au Capitole.

L’enceinte du Capitole est sous haute sécurité depuis l’assaut meurtrier mené le 6 janvier par des partisans de Donald Trump.

Des centaines de manifestants pro-Trump avaient alors forcé l’entrée du Congrès pendant que les parlementaires étaient réunis à l’intérieur pour certifier la victoire du démocrate Joe Biden face au président républicain sortant.

Le 2 avril, un policier avait été tué et un autre, blessé, lorsqu’un jeune homme avait précipité sa voiture contre un barrage qui en protégeait l’entrée, avant d’être abattu.


Radio – Canada

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.