AccueilA la Une« Le bilan...

« Le bilan à mi-mandat de Félix Tshisekedi est positif » (Monsenepwo)

« On peut dire qu’en 2 ans, il y a des éléments très favorables qui plaident pour le Président de la République. (Par conséquent), son bilan est positif », déclare, invité du Magazine Face-à-Face sur Top Congo FM, Thierry Monsenepwo, président de la jeunesse de la Convention des congolais unis (CCU), le parti de Lambert Mende, au sujet du bilan de Félix Tshisekedi.

La gratuité de l’éducation de base

« L’élément le plus important, à mon humble avis, c’est la gratuité de l’enseignement de base », commence-t-il.

Certes, il a du plomb dans l’aile, et « c’est cela est tout à fait normal. Lorsque vous mettez un nouveau système en marche, il y a des choses qu’il faut rectifier au fur et à mesure », explique-t-il.

« Mais, déjà l’actuel ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique est en train de faire un travail exceptionnel. Aujourd’hui, avec les rapports que nous sommes en train de suivre, il y a un recul de 33% en ces 2 années en ce qui concerne le taux d’analphabétisme dans notre pays, c’est grâce à la gratuité de l’enseignement de base », se félicite Thierry Monsenepwo.

« Au-delà de ça, il y a l’orthodoxie financière. Celle-ci a permis de renouer avec les institutions de Bretton Woods, (et) ce qui est donné à la RDC pour appuyer ses réserves de change ».

Il y également « l’épineuse question sécuritaire dans la partie Est de notre pays. C’est vrai qu’il y a beaucoup d’attentes des populations quant à l’état de siège, mais il y a déjà de grandes avancées en ce qui concerne le démantèlement des usines où on fabriquait des fusils artisanaux pour attaquer les populations. Depuis le lancement de l’état de siège, il y a 14 groupes armés qui ont déposé les armes même si le principal, les forces démocratiques alliées (ADF) ne l’ont pas encore fait », reconnaît-il pourtant.

« Mais déjà, leurs états-majors ont été démantelés. Ils sont aujourd’hui en fuite, c’est pourquoi ils posent des actes de sabotage à leur passage. Vous savez, un mouvement qui a existé dans un coin depuis pratiquement 1985 ne peut être élagué en 2 mois d’état de siège », estime le Chef de la jeunesse de CCU.

Enfin, « je ne vous parlerais pas de la fréquentabilité dont bénéficie la RDC sur le plan diplomatique. Cela aura été un travail personnel du président de la république », assure Thierry Monsenepwo.

Soutien à Félix Tshisekedi en 2023 déjà acté ?

« La CCU va tenir incessamment son congrès. Nous allons nous décider. Laissons-nous le temps d’aller vers notre base. Il y a encore 2 années et demie », répond-t-il

« Ce qui compte, ça n’est pas soutenir le Président de la République, encore faut-il qu’il y ait des avancées en ce qui concerne le social des Congolais, la diplomatie par rapport à ce qui est déjà fait, la sécurité, l’économie », fait-il remarquer.

« S’il n’y a pas d’avancées, nous allons voir comment rectifier, s’il y en a, nous allons applaudir », conclut Thierry Monsenepwo.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Rencontre proposée entre Tshisekedi et Kagame pour la crise des réfugiés

Le 20 juin, Journée internationale des réfugiés, Dieudonné Musagalusha, coordonnateur du panel des experts de la société civile, a appelé à une rencontre entre les présidents Félix Tshisekedi de la République démocratique du Congo et Paul Kagame du Rwanda

Solidarité avec les réfugiés : le message de Patien Sayiba Tambwe

Aujourd'hui, la Journée Mondiale du Réfugié est célébrée sous le thème : « Pour un monde qui accueille les personnes réfugiées. » Ce message appelle à la solidarité envers les millions de réfugiés à travers le globe, et particulièrement en République Démocratique du Congo.

La RDC interdit le ravitaillement en carburant des véhicules burundais à la frontière de Kavimvira

Le service de migration de la République Démocratique du Congo a pris une mesure radicale en interdisant aux véhicules portant l’immatriculation burundaise de traverser la frontière congolaise pour se ravitailler en carburant à la frontière de Kavimvira, à Uvira (Sud-Kivu)...