Elon Musk critique publiquement des cadres de Twitter et fait scandale

Le milliardaire Elon Musk est accusé de harceler des responsables du réseau social, qu’il devrait acquérir pour 44 milliards de dollars.

Elon Musk, qui vient de passer un accord pour racheter Twitter, a critiqué et s’est moqué publiquement de cadres de l’entreprise californienne, suscitant la colère alors que de nombreux salariés semblent déjà inquiets à l’idée d’être dirigés par le patron de Tesla. Après avoir appuyé un tweet désobligeant sur Vijaya Gadde, la juriste du réseau social chargée des règlements et de la sécurité, le multimilliardaire s’est en outre fendu mercredi d’un meme (image parodique) pour se moquer des règles de la plateforme en matière de modération des contenus et de la responsable.

« Le harcèlement, ce n’est pas du management », a réagi Dick Costolo, qui a dirigé Twitter de 2010 à 2015. Elon Musk a décidé d’acquérir Twitter notamment parce qu’il estime que le réseau ne respecte pas suffisamment la liberté d’expression. Mais sa vision absolutiste inquiète les défenseurs des libertés de chacun sur internet, qui prônent des échanges sans haine ni désinformation.

« Le harcèlement, ce n’est pas du management »

D’après Politico, Vijaya Gadde a fondu en larmes lors d’une réunion en ligne avec ses équipes, rassemblées pour parler du changement de propriétaire. « Elle a fait part en détail de sa fierté pour le travail de ses collègues et a encouragé les employés à continuer leur bon travail », précise l’article.

Le tweet initial à son sujet évoquait la décision de Twitter de bloquer le partage d’un article du New York Post, un quotidien américain conservateur, pendant la campagne présidentielle, parce qu’il enfreignait son règlement. L’affaire avait suscité la colère d’élus républicains et la plateforme avait relaxé la sanction.

« Suspendre le compte Twitter d’une organisation de presse majeure, pour avoir publié un article véridique, était, évidemment, incroyablement inapproprié », a déclaré Elon Musk en commentaire de ce message.

« Il dépasse les bornes »

« Créer des memes ciblant des cadres comme Vijaya Gadde, qui a une longue carrière passée à chercher le bon équilibre entre sécurité et liberté d’expression (…), est complètement inacceptable », s’est indigné Alex Stamos, de la prestigieuse université de Stanford, et ancien responsable de la sécurité chez Facebook.

« Les responsables des autres sociétés d’Elon doivent lui dire qu’il dépasse les bornes. »

UltraViolet, une ONG de défenses des droits des femmes, a appelé le conseil d’administration du groupe californien à faire machine arrière sur l’accord passé avec l’homme le plus riche au monde.Play Video

« Le harcèlement d’Elon Musk à l’égard de Vijaya Gadde est la preuve claire et nette que sa gouvernance va ouvrir grand les portes au harcèlement et aux abus, spécifiquement contre les femmes et personnes de couleurs », a déclaré Bridget Todd, directrice de la communication, dans un communiqué.SUR LE MÊME SUJET

L’accord de rachat signé par Elon Musk l’autorise expressément à tweeter sur l’opération, mais avec cette restriction: « à condition que les tweets en questions ne dénigrent pas l’entreprise ou ses représentants. »

Par A.G avec AFP

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.