Sécurité à Goma :...

Dans un contexte marqué par une insécurité croissante à Goma, Kasereka B., analyste politique congolais, recommande au gouvernement de recourir à des mesures extrêmes pour réprimer les assassinats qui secouent la ville.

Crise au Lac Kivu...

Les opérateurs de bateaux civils au Lac Kivu, RDC, dénoncent des attaques par les milices M23, menaçant vies et biens. Ces violences, qui ont touché même des acteurs économiques comme Alfred Genty Kimbutu, exacerbent les tensions et l'anxiété locales, poussant à clamer une action internationale pour sécuriser la région et ses voies navigables. La communauté internationale est appelée à contribuer à une paix durable.

Réunion d’urgence à Kinshasa...

Des ministres de la santé de onze pays africains se réunissent à Kinshasa pour une urgence face aux épidémies de Mpox. Ils visent à améliorer la coopération pour contenir la propagation du virus, qui s'intensifie notamment à l'est de la RDC. Cette rencontre est soutenue par le président Tshisekedi et précède une session ministérielle importante.

Trois raisons d’opter pour...

Le cuivre, précieux dans la construction, la plomberie et la médecine, gagne en popularité grâce à sa durabilité contre la corrosion et sa longue durée de vie sans maintenance complexe. Facile à entretenir et entièrement recyclable, ce matériau est aussi écologique, permettant de diminuer l'empreinte carbone.
AccueilTribune libreRDC : «Les...

RDC : «Les Assemblées Provinciales : une expérience en voie d’échouer» (Jean-Claude Katende)

Au regard de l’article 197 de la Constitution, les Assemblées Provinciales jouent un rôle crucial dans la marche et le développement d’une province. Elle délibère et décide sur les questions qui relèvent de la compétence de la province et contrôle le Gouvernement provincial et autres services publics. Ces pouvoirs sont confiés à l’Assemblée provinciale pour assurer que tout ce qui se passe dans la province se fait au profit des citoyens que les députés provinciaux représentent.
Qu’ils soient élus ou cooptés, les députés provinciaux sont des protecteurs et défenseurs des intérêts politiques, économiques et sociaux des citoyens. Ils sont là par les citoyens et pour les citoyens.
Mais, chaque jour qui passe, les espoirs que les citoyens fondaient sur ces Assemblées provinciales se dissipent. Depuis la législature de 2006, beaucoup de ses assemblées n’ont pas joué leur rôle pour faire que la gouvernance des provinces soit faite au profit des citoyens. Avec la mise en œuvre du découpage du pays, la déception des Assemblées Provinciales a atteint encore des limites intolérables.
Les députés provinciaux sont devenus des véritables guerriers. Ils sont en guerre contre les bureaux des Assemblées Provinciales ou alors contre les gouvernements provinciaux. La majorité des provinces est touchée. Ils règlent des comptes aux bureaux. Ils règlent le compte aux gouverneurs. Mais, ils ne font pas l’essentiel du travail pour lequel elles ont été créées.
Depuis le début de cette législature, combien d’édits ces Assemblées Provinciales ont pris pour améliorer les conditions de vie des citoyens ? Il y a des Assemblées Provinciales qui n’ont pris aucun édit, qui n’ont jamais interpelé les services de l’Etat pour qu’on améliore la fourniture en eau potable ou en électricité aux citoyens… Les citoyens sont abandonnés et les députés provinciaux sont dans des querelles politiciennes interminables.
Mais chaque mois, les députés provinciaux touchent leur salaire. Et c’est pour quel travail qu’ils rendent aux citoyens ? Ils ont détourné cette institution de sa mission pour s’en servir pour leurs intérêts partisans.
Ces Assemblées Provinciales mises en place pour rapprocher le pouvoir du peuple, sont devenues ennemi du peuple.
A mon point de vue, cette expérience a totalement échoué.
Il est urgent de faire l’évaluation du travail fait par ces Assemblées Provinciales depuis de 2006 pour tirer des conclusions.
Il ne sera pas malvenu de les supprimer et de mettre en place d’autres mécanismes pour s’assurer que les provinces sont gérées dans la transparence et dans l’intérêt des citoyens.
Une fois, les Assemblées Provinciales supprimées, on peut créer des représentations de l’IGF auprès de chaque gouvernement provincial pour s’assurer que les moyens mis à la disposition des gouvernements provinciaux sont gérés dans la transparence et au profit des citoyens. On peut aussi exiger aux gouverneurs de publier régulièrement les états financiers de la province pour permettre aux citoyens d’assurer le contrôle citoyen.
Pour recevoir les avis des citoyens sur les priorités de la province, on peut instituer des consultations/ concertations régulières des forces sociales et politiques qui permettront aux gouverneurs d’intégrer dans leur programme de gouvernance les préoccupations des citoyens.
Ainsi, l’argent destiné au fonctionnement des Assemblées Provinciales et au paiement des salaires des députés provinciaux peut servir directement au développement des provinces.
L’utilisation des institutions publiques pour s’enrichir et régler des comptes aux autres citoyens est immorale.
Fait à Kinshasa, le 22 avril 2021
Me Jean-Claude KATENDE

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

RDC : Jeannot MUBENGA demande à FATSHI de contraindre les réseaux de téléphonie mobile à restituer les unités coupées et réparer les dégâts causés

Cher Président FATSHI, d'emblée je m'en vais vous dire merci pour avoir suspendu cette escroquerie de RAM. Ceci prouve que vous êtes à l'écoute de la population. Cher Président, les dégâts causés par cette redevance sont déjà énormes, et peut-être...

Kinshasa-Renforcement des capacités des communicateurs : CeFoRCE organise une formation pratique sur la «conception du plan de communication»

Dans le cadre de contribuer à la formation des communicateurs et apprenants de la science de la communication, le Centre de Formation et de Recyclage en Communication des Entreprises (CeFoRCE) organise une formation pratique qui portera particulièrement sur la...

RDC : «L’état de siège : ce qu’il ne faut pas accepter» (Papy TAMBA)

La notion de l'état de siège tire son origine des concepts qui entourent des pratiques dictatoriales. Comparé dans une certaine mesure à la loi martiale, l'état de siège transfère les pouvoirs civils aux militaires. Il restreint aussi les libertés...