Contrôle des FARDC à...

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont réussi à maintenir le contrôle de la localité stratégique de Kanyamahoro, contrecarrant ainsi les tentatives infructueuses de la coalition RDF/M23 de s'emparer de la position. Cette information a été confirmée par le porte-parole militaire du Nord Kivu.

Tensions régionales : Le...

Le représentant permanent du Rwanda aux Nations Unies, Ernest Rwamucyo, a soulevé des inquiétudes majeures lors d'une récente intervention devant le Conseil de sécurité. Il a accusé le Burundi et la République démocratique du Congo (RDC) de chercher à provoquer un changement de régime au Rwanda.

Chérubin Okende : L’Union...

Au cours de la 173e session du Comité des droits de l'homme des parlementaires de l'Union interparlementaire, tenue du 23 janvier au 08 février, une exigence sans équivoque a été adressée aux autorités congolaises.

Repositionnement des Combats dans...

Goma, RDC - Ce mercredi 21 février, les bruits sourds des affrontements ont une fois de plus secoué la région instable du Nord-Kivu, mettant en scène la coalition des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et Wazalendo contre les rebelles du M23, appuyés par l'armée rwandaise.
AccueilA la Une4e République :...

4e République : Steve Mbikayi n’abandonne pas ses réformes

Steve Mbikayi est député national. Il veut que la RDC passe de la 3e à la 4e République. Mais avant il doit y avoir des réformes. Le président du Parti Travailliste (PT) espère faire adopter des nouvelles dispositions législatives dans la Constitution. De la suppression de certaines institutions, aux finances des politiciens, au nombre d’années du mandat présidentiel en passant par la double nationalité, l’ancien ministre de l’Enseignement Supérieur veut obtenir des changements.

Steve Mbikayi vise déjà la 4e République et la Constitution qui va s’y adapter. Il envisage de réguler les finances des politiciens pour qui « avoir un compte bancaire à l’étranger serait un acte de haute trahison ». Les réformes sont nombreuses. Pour les candidats présidents et députés, ils « devront prouver qu’ils paient des impôts ». Les autorités selon Mbikayi doivent être des modèles.

La double nationalité devra être accordée à tous les Congolais qui la voudront. Mais des conditions s’imposent pour ceux qui voudront faire la politique : « Quand on décide de faire la politique, il faut rapatrier son argent et clôturer les comptes à l’étranger. Si on n’est pas d’accord, on garde ses comptes à l’étranger et on renonce à la politique. Si un Congolais a des comptes à l’étranger, il reste Congolais, mais qu’il choisisse de faire autre chose que la politique », signifie-t-il.

Pour le président du PT des institutions comme le Sénat, la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH), le Conseil d’audiovisuel du Congo (CSAC) et tant d’autres doivent être supprimées car jugées « budgétivores ».

Le président de la République n’a pas le temps de mettre en place sa politique de développement en cinq ans, alors il propose que le nombre d’un mandat présidentiel soit prolongé des deux ans. Il passera de cinq à sept ans.

Ces nouvelles réformes divisent les Congolais. Les uns les soutiennent et pensent que ces nouvelles diapositives légales permettront de sécuriser l’accès au pouvoir par tout le monde, seuls les Congolais qui voudront travailler pour l’intérêt du pays seront élus. Les autres les rejettent, car ils estiment que Steve Mbikayi n’est pas la bonne personne pour lancer ses réformes compte tenu de son instabilité politique.

La Rédaction
congo-press.com

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Contrôle des FARDC à Kanyamahoro : La Coalition RDF/M23 Déjouée

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont réussi à maintenir le contrôle de la localité stratégique de Kanyamahoro, contrecarrant ainsi les tentatives infructueuses de la coalition RDF/M23 de s'emparer de la position. Cette information a été confirmée par le porte-parole militaire du Nord Kivu.

Tensions régionales : Le Rwanda accuse le Burundi et la RDC de soutenir une coalition militaire menaçante

Le représentant permanent du Rwanda aux Nations Unies, Ernest Rwamucyo, a soulevé des inquiétudes majeures lors d'une récente intervention devant le Conseil de sécurité. Il a accusé le Burundi et la République démocratique du Congo (RDC) de chercher à provoquer un changement de régime au Rwanda.

Chérubin Okende : L’Union interparlementaire réclame transparence et justice

Au cours de la 173e session du Comité des droits de l'homme des parlementaires de l'Union interparlementaire, tenue du 23 janvier au 08 février, une exigence sans équivoque a été adressée aux autorités congolaises.