AccueilEn continuCeniLamuka: voici la...

Lamuka: voici la proposition de la loi portant identification et enrôlement des électeurs

Au cours d’une conférence de presse ce vendredi 08 avril 2022, animée conjointement par Martin Fayulu et Adolphe Muzito, la coalition Lamuka a présenté sa proposition de Loi portant identification et enrôlement des électeurs. Ladite proposition s’articule en 8 points qui sont :

. création d’un nouveau fichier électoral ;

. les opérations d’identification et d’enrôlement doivent se faire simultanément sur toute l’étendue du territoire national ;

. le rôle de l’observateur a été renforcé et ses observations peuvent affecter la crédibilité du processus ;

. publication du fichier électoral provisoire dans les Centres d’Inscription et sur le site Web de la CENI agrégé par Centre d’Inscription ;

. institution de l’audit obligatoire du fichier électoral et publication par la CENI du fichier définitif audité 30 jours avant la tenue des scrutins ;

. privilège accordé aux congolais n’ayant pas encore fait l’objet d’une décision judiciaire irrevocable leur privant des droits politiques ou civils d’être identifiés et enrôlés ;

. sanction prévue contre le chef de quartier ou de village qui violerait les prescrits liés au témoignage en faveur d’un candidat électeur non détenteur d’une des pièces réquises ;

. possibilité offerte aux Congolais, requérants électeurs, résidant à l’étranger de porter leurs recours devant le Tribunal administratif de Kinshasa/Gombe, par l’entremise de la représentation diplomatique ou consulaire de la RDC du ressort abritant son C.I.

Pour ce qui est de la mutualisation des opérations d’enrôlement des électeurs et du recensement de la population avant la tenue du prochaine scrutin, la coalition Lamuka par l’entremise de Martin Fayulu s’y oppose farouchement.

« A ceux qui évoquent le recensement comme préalable aux élections, rappelez-vous qu’en 2015, on a failli nous emmener dans ce sens et il y a eu des troubles ici. Le peuple a dit non. Nous avons un système qui a fait ses preuves. Nous sommes allés  à l’identification des électeurs en 2005, en 2010 et en 2017. Nous avons l’expérience pour cet exercice »,  a déclaré Martin Fayulu.

Et d’ajouter: « ça coûte moins que recenser tous les citoyens congolais. Le recensement va plus loin. Il concerne tout le monde, même les étrangers. Pour les élections, l’enrôlement est suffisant. Même dans les pays qui organisent le recensement, ils demandent toujours aux gens d’aller s’enrôler pour les élections ».

Il sied de noter qu’au cours de cette conférence de presse, Martin Fayulu a passé le bâton de commandement de la plateforme à Adolphe Muzito.


Djodjo Vondi
congo-press.com

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Kinshasa : Daniel Bumba, nouveau gouverneur, sollicite un crédit de 200 millions USD chez FirstBank DRC

À peine installé en tant que nouveau Gouverneur de Kinshasa, Daniel Bumba a rapidement pris des mesures audacieuses pour pallier le déficit budgétaire hérité à l'Hôtel de Ville. Face à des caisses vides, il a engagé des discussions avec FirstBank DRC SA en vue d'obtenir un crédit substantiel de 200 millions USD pour financer ses premiers grands projets de développement urbain.

Koffi Olomidé : Entre liberté d’expression et responsabilité sociale

La récente apparition de Koffi Olomidé au « Panier The Morning Show » de la RTNC a ravivé le débat sur la liberté d'expression et la responsabilité sociale des personnalités publiques en République Démocratique du Congo. Lors de son intervention, le célèbre artiste congolais a suscité la controverse en commentant la situation sécuritaire dans l'Est du pays, notamment l'avancée des troupes du M23 et les tensions frontalières avec le Rwanda.

RDC : Jacky Ndala, derrière Corneille Nangaa à la messe, une alliance inattendue ?

Lors d'une messe dominicale à la paroisse Saint Aloïs, située dans le territoire de Rutshuru sous contrôle de l'armée rwandaise, une présence intrigante a attiré l'attention : celle de Jacky Ndala, ancien coordonnateur national de la jeunesse d'Ensemble pour la République. Il était vu derrière Corneille Nangaa, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), suscitant des spéculations sur un possible ralliement à une nouvelle cause.