De l’ombre à la...

Dans un contexte où les tensions politiques et sociales sont palpables en République Démocratique du Congo (RDC), les récentes révélations judiciaires concernant la tragique disparition de Chérubin Okende ont suscité une vague d'émotions et de réactions au sein de la population. Au cœur de ces tourments, un citoyen burundais partage ses réflexions et met en garde contre les dangers d'une manipulation médiatique susceptible d'aggraver la situation.

Bintou Keita en visite...

Dans le cadre d'une mission délicate, Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la République Démocratique du Congo (RDC), a posé ses valises à Mikenge, situé dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu, ce jeudi 29 février. Ce déplacement s'inscrit dans le processus d'évaluation de l'application d'un plan de désengagement stratégique de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco)

Nouvelle vague de violence...

Dans une récente montée de tension au Nord-Kivu, la région de Masisi a été le théâtre d'une tragédie humaine ce vendredi 1er mars 2024, suite à des bombardements attribués aux rebelles du M23/RDF. Ces attaques ont semé la terreur parmi la population, entraînant la mort de trois personnes et laissant plusieurs autres blessées.

Kinshasa accueille une session...

Dans la capitale de la République démocratique du Congo, Kinshasa, le parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé), dirigé par l'opposant Martin Fayulu, a inauguré ce vendredi 1er mars 2024, une session extraordinaire de son conseil national. Cette réunion de haut niveau, prévue pour s'étendre jusqu'au 4 mars
AccueilA la UneDes mandats d’arrêt...

Des mandats d’arrêt internationaux exigés contre les leaders du M23

Parmi les peuples les plus traumatisés par les différents cycles de violence au Nord-Kivu figure la grande communauté hutu. Lassés par les affres de la guerre, les jeunes hutu haussent le ton.

Dans une déclaration publiée le 28 mai 2022, la jeunesse de la communauté hutu en République démocratique du Congo, s’est ouvertement réjouie des décisions prises par le Conseil supérieur de la défense le 27 mai 2022 désignant le M23 comme mouvement terroriste à l’instar des ADF opérant un peu plus au nord, notamment dans le territoire de Beni. « Ce qui est particulier au groupe armé terroriste du M23 soutenu par le régime actuel du FPR au Rwanda, c’est son caractère ethnique et génocidaire », note monsieur Rurindagabo Rugero Innocent, coordonnateur de l’association culturelle Igisenge Hutu, coordination provinciale de la jeunesse de Kinshasa.

L’association mentionne qu’actuellement, « les visées terroristes du M23, c’est de déplacer volontairement les populations à majorité hutu des territoires de Nyiragongo pour les empêcher de se développer dans tous les secteurs de la vie. Ils enrôlent par force des enfants hutu et les envoient à la première ligne de front pour qu’ils soient tués », explique-t-il.

Mandats d’arrêt internationaux exigés

Pour la jeunesse hutu, les terroristes du M23 commettent à l’encontre des hutu un épistémicide (tuerie de la connaissance) sans précédent. Elle évoque notamment la destruction des écoles, des tueries et viols sur des femmes etc. Le M23 n’est pas seulement terroriste, soutiennent encore ces jeunes arguant qu’il est aussi un mouvement « ethnico-génocidaire » en RDC. « Nous demandons à notre gouvernement d’émettre des mandats d’arrêt internationaux contre tous les membres de ce groupe terroriste ethnico-génocidaire du M23 pour qu’ils rendent compte de leurs actes ignobles devant les tribunaux compétents en RDC ou ailleurs », plaide monsieur Rurindagabo Rugero Innocent, coordonnateur de la jeunesse hutu de Kinshasa. Il demande au gouvernement Sama Lukonde de prendre toutes les dispositions nécessaires pour rechercher, arrêter et punir selon la loi, tous les collaborateurs des terroristes du M23 en République démocratique du Congo. Le même message s’adresse à la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC (Monusco) à laquelle ces jeunes demandent d’interdire immédiatement à son sous-traitant ESKO de ne plus acheter le lait « Inyange » et autres produits rwandais pour nourrir ses contingents dans les provinces du Nord-Kivu, Sud-Kivu et Ituri. Car, poursuit la déclaration, « cet argent sert à soutenir le groupe terroriste ethnico-génocidaire du M23 ».

A la suite des derniers affrontements armés entre les FARDC et le M23, plusieurs populations du territoire de Rutshuru et Nyiragongo ont été contraintes d’abandonner leurs milieux naturels de vie; les uns se sont repliés à Rutshuru centre et à Kiwanja pendant que d’autres (ceux de Jomba) ont franchi la frontière congolo-ougandaise pour trouver asile dans la localité voisine de Kisoro.

Landry Amisi
Ouragan FM

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

De l’ombre à la lumière : leçons burundaises sur la manipulation médiatique en RDC

Dans un contexte où les tensions politiques et sociales sont palpables en République Démocratique du Congo (RDC), les récentes révélations judiciaires concernant la tragique disparition de Chérubin Okende ont suscité une vague d'émotions et de réactions au sein de la population. Au cœur de ces tourments, un citoyen burundais partage ses réflexions et met en garde contre les dangers d'une manipulation médiatique susceptible d'aggraver la situation.

Bintou Keita en visite à Mikenge pour superviser le plan de retrait progressif de la Monusco

Dans le cadre d'une mission délicate, Bintou Keita, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la République Démocratique du Congo (RDC), a posé ses valises à Mikenge, situé dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu, ce jeudi 29 février. Ce déplacement s'inscrit dans le processus d'évaluation de l'application d'un plan de désengagement stratégique de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco)

Nouvelle vague de violence au Nord-Kivu : L’escalade du conflit avec le M23 fait des victimes civiles

Dans une récente montée de tension au Nord-Kivu, la région de Masisi a été le théâtre d'une tragédie humaine ce vendredi 1er mars 2024, suite à des bombardements attribués aux rebelles du M23/RDF. Ces attaques ont semé la terreur parmi la population, entraînant la mort de trois personnes et laissant plusieurs autres blessées.