AccueilA la UneTriomphe de la...

Triomphe de la démocratie en RDC : Le fichier électoral de la Céni validé après un audit rigoureux

Le fichier électoral de la République démocratique du Congo (RDC) est fiable et prêt à être utilisé lors des élections prévues en décembre de cette année. Tel est le constat tiré après l’audit réalisé par des experts recrutés par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) pendant une période de six jours. Ces experts, comprenant un Malawite, une Sud-africaine et trois Congolais, ont toutefois relevé quelques faiblesses.

Une analyse préalable du fichier indiquait un peu plus de 47 millions d’électeurs, mais après cet audit, seuls 43 millions d’électeurs ont été autorisés à voter.

En clair, plus de trois millions de noms ont été retirés de la liste, notamment en raison de doublons, c’est-à-dire des personnes qui se sont enregistrées plusieurs fois.

Cet audit a également permis d’exclure près d’un million de mineurs du fichier, étant donné que les enfants ne sont pas autorisés à voter.

Selon la mission d’audit, les irrégularités constatées lors de l’enrôlement des électeurs n’ont pas eu d’impact significatif sur la qualité du fichier électoral. « Voici la question cruciale : pensons-nous que cette opération a été fiable ? Croyons-nous que les résultats disponibles et présentés sont crédibles compte tenu du système ? La réponse de tous les membres de cette équipe est oui », a expliqué Janet Love, coordinatrice de la mission et originaire d’Afrique du Sud.

Cet audit s’est déroulé dans un climat de méfiance. L’Organisation internationale de la Francophonie, qui s’est retirée en jugeant le délai trop court, ainsi que des opposants politiques et des membres de la société civile avaient estimé qu’il était impossible d’auditer le fichier en seulement six jours.

Cependant, Janet Love ne partage pas cet avis. « Pour nous, il ne s’agit pas de déterminer quel est le délai idéal pour réaliser l’audit du fichier électoral. Si nous avions disposé de plus de temps, nous aurions peut-être traîné en longueur. Avions-nous besoin de perdre davantage de temps ou de réaliser le travail ? Vous parlez à des personnes qui ont déjà organisé des élections. Ce travail doit être effectué », a-t-elle affirmé.

L’ancien président de la Céni, Corneille Nangaa, s’est montré très critique quant à ce délai. « Prétendre auditer un fichier en six jours relève de l’utopie, c’est le comble du ridicule, du mensonge », a-t-il déclaré à ce sujet.

De son côté, la Céni s’est félicitée du travail réalisé par les experts et a validé les statistiques finales. Elle s’est réjouie du chemin parcouru et insiste sur la tenue des élections en décembre de cette année. « Nous respectons les délais », a salué Patricia Nseya, rapporteure de l’institution. « Nous souhaitons que toutes les parties prenantes et les partenaires nous accompagnent également dans l’accomplissement du calendrier électoral que nous avons publié le 26 novembre 2022. Il est essentiel de respecter les délais constitutionnels ». En parallèle, la Céni a adopté l’avant-projet de loi portant sur la répartition des sièges.

La prochaine étape consiste à soumettre au vote la loi sur la répartition des sièges à l’Assemblée nationale avant le scrutin. Cette étape revêt une grande importance dans le processus électoral, car elle détermine la représentation politique des différents partis et groupes au sein de l’Assemblée.

La Céni s’engage fermement à garantir l’intégrité et la transparence du processus électoral. L’audit du fichier électoral a été une étape cruciale pour assurer la crédibilité des élections à venir. Malgré les critiques et les doutes émis par certains acteurs, les experts internationaux ont conclu que le fichier était fiable, ce qui renforce la confiance dans le processus électoral.

La suppression des noms en double et des mineurs du fichier électoral contribue à éliminer les fraudes potentielles et à garantir l’exactitude des résultats. En veillant à ce que seules les personnes habilitées à voter soient enregistrées, la Céni renforce la légitimité des élections et préserve la volonté du peuple congolais.

Il est important de souligner que la préparation d’un fichier électoral fiable et représentatif est une tâche complexe et exigeante. Les délais serrés imposés par le calendrier électoral ont suscité des inquiétudes quant à la possibilité d’un audit approfondi. Cependant, les experts ont relevé ce défi avec rigueur et professionnalisme, prouvant ainsi qu’il est possible d’accomplir cette tâche dans des délais restreints.

La réussite de cet audit témoigne de la détermination de la Céni à organiser des élections transparentes et démocratiques. Les autorités congolaises sont conscientes des enjeux et des attentes de la population en matière d’élections justes et équitables. Elles ont travaillé en étroite collaboration avec les experts internationaux pour garantir que toutes les étapes du processus électoral respectent les normes et les standards internationaux.

Dans les mois à venir, la RDC sera le théâtre d’un événement historique : l’élection de ses représentants politiques. C’est une occasion pour le pays de renforcer sa démocratie et d’ouvrir une nouvelle ère de progrès et de développement. Grâce à un fichier électoral fiable et à un processus électoral transparent, les électeurs congolais pourront exercer leur droit de choisir leurs dirigeants et de participer activement à la vie politique du pays.

En conclusion, l’audit du fichier électoral de la RDC a confirmé sa fiabilité et sa conformité aux normes requises pour des élections démocratiques. La Céni et les experts internationaux ont travaillé de manière rigoureuse pour s’assurer que seuls les électeurs habilités à voter soient enregistrés. Cette étape importante renforce la confiance dans le processus électoral et ouvre la voie à des élections justes et transparent

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Les nouveaux sénateurs du Nord-Kivu exhortés à agir pour la paix dans la province

Les acteurs de la société civile et les organisations de jeunesse du Nord-Kivu attendent des sénateurs fraîchement élus de cette province une prise de position ferme et des actions concrètes pour rétablir la paix...

Reprise des combats entre les FARDC et le M23 à rutshuru

Les affrontements entre l’armée congolaise et les rebelles du M23, soutenus par le Rwanda, ont repris avec intensité ce lundi 27 mai dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu...

L’ARSP appelle la Gécamines à faciliter la recommandation de plus de 20 entreprises à TFM

Lundi 27 mai, l’Autorité de régulation de la sous-traitance dans le secteur privé (ARSP) a exhorté la GECAMINES à ne pas entraver la recommandation de plus de 20 entreprises à Tenke Fungurume Mining (TFM).